• Accueil > 
  • Arts > 
  • Livres 
  • > Vickie Gendreau: écrire dans un monde qui ne lit plus 

Vickie Gendreau: écrire dans un monde qui ne lit plus

Vickie Gendreau est morte en mai 2013 à... (Photo: fournie par le FIL)

Agrandir

Vickie Gendreau est morte en mai 2013 à l'âge de 24 ans d'une tumeur au cerveau, non sans avoir terminé un second roman, Drama Queens.

Photo: fournie par le FIL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Mathieu Arsenault a fait paraître mardi La vie littéraire en même temps que Drama Queens, deuxième roman de la regrettée Vickie Gendreau, sa meilleure amie partie trop tôt. Portrait d'une amitié royale qui se poursuit au-delà de la mort, dans les mots et un amour d'une littérature vivante qui refuse d'être embaumée par l'industrie du livre. Ou quand écrire rime avec vivre.

Elle est passée en coup de vent dans le monde des lettres québécoises et Testament, récemment adapté au Théâtre de Quat'sous, aurait pu être le livre unique d'une fille condamnée.

Vickie Gendreau est morte en mai 2013 à l'âge de 24 ans d'une tumeur au cerveau, non sans avoir terminé un second roman, Drama Queens. Elle s'était promis d'écrire jusqu'à la fin, et Mathieu Arsenault aura été d'un appui indéfectible pour son amie. On sent bien, lorsqu'il en parle, que la blessure est toujours vive.

«Le rapport à la littérature de Vickie dans la maladie n'était pas différent de ce qu'on vivait avant qu'elle ne soit malade. Nous étions très intenses, je pense que c'est pour ça qu'on s'est reconnus. Vickie était danseuse, elle n'avait rien dans la vie, mais écrire, c'est la seule chose qu'elle avait à tout moment. Elle écrivait vraiment bien dans l'urgence. Le rapport à la littérature qu'elle avait, et que j'ai aussi, c'est quelque chose qui permet d'intensifier la vie. Et à un moment donné, ça devient toute notre vie.»

Drama Queens reprend les thèmes de Testament, en plus sombre, et creuse encore plus profondément le rapport au lecteur, tout en célébrant des «reines» comme Josée Yvon, Ève Cournoyer ou... Marie-Soleil Tougas! Mathieu Arsenault a accompagné Vickie jusqu'au bout de la nuit, et du manuscrit, en intervenant le moins possible. «Ce n'était pas quelqu'un qui était fait pour être dirigé! J'étais plus son «surmoi», disons. Toute l'année, elle a écrit d'autres textes. Quand il y avait des inquiétudes, c'était des textes sur la maladie qui revenaient. Ce qui est super triste, c'est qu'elle ne savait pas qu'elle allait mourir à la fin de son livre. Tout le tournant est là, les personnages se défont, la maladie revient, c'est l'histoire de son année. À un moment donné, j'ai fait un montage, parce qu'elle n'allait pas bien du tout, c'était la période la plus noire de sa vie, il n'y avait plus d'espoir, elle savait qu'elle n'avait plus beaucoup de temps. On a lu mon montage, page par page, mais elle se l'est réapproprié quand elle allait mieux. Sa version était la meilleure.»

Relecture difficile

En évoquant son amie disparue, Mathieu Arsenault semble plus enthousiaste que pour son propre livre. C'est d'ailleurs Vickie qui l'a forcé à terminer plus rapidement son manuscrit, puisqu'elle désirait que les deux livres soient publiés en même temps. Et les deux livres, bien que différents, s'envoient quelques clins d'oeil. «C'était super difficile pour moi de relire ça, se rappelle Arsenault. Je crois que je suis le seul personnage dont elle n'a pas changé le nom et quand j'ai découvert ça, je me suis mis à brailler. J'espère tellement qu'il est bon, parce que c'est son livre. Elle était fière, parce qu'elle était vivante là-dedans. C'était clair qu'elle ne se posait plus la question de savoir si c'était un témoignage bien écrit ou un vrai livre appartenant à la littérature. Elle savait que c'était une oeuvre qu'elle faisait.»




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Mathieu Arsenault: créer son époque

    Entrevues

    Mathieu Arsenault: créer son époque

    Mathieu Arsenault est un électron libre du milieu littéraire québécois. Tout le monde le connaît, sauf le grand public, peut-être même plus pour ses... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer