• Accueil > 
  • Arts > 
  • Livres 
  • > Éloge de la proximité aux Correspondances d'Eastman 

Éloge de la proximité aux Correspondances d'Eastman

Comment décrire les Correspondances d'Eastman? «C'est un événement... (Photo: Maxime Picard, La Tribune)

Agrandir

Comment décrire les Correspondances d'Eastman? «C'est un événement extrêmement sain, simple et inclusif, où l'on fait des rencontres, où l'on est carrément dans le public, avec qui on discute et prend un verre», explique le co-porte-parole du festival littéraire, David Goudreault.

Photo: Maxime Picard, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Rares sont les festivals littéraires en été, mais il y en a un, et de taille: les Correspondances d'Eastman, qui, dans un charme bucolique, ravissent participants et public depuis 10 ans. Le poète et performeur David Goudreault, co-porte-parole de l'événement avec Francine Ruel, nous en parle.

Francine Ruel est tombée sous le charme de David Goudreault, premier Québécois à avoir remporté la Coupe du monde de poésie de Paris, en 2011. C'est elle qui a insisté pour qu'il partage la sympathique tâche de porte-parole de l'événement, d'autant que Goudreault est un gars du coin. Une ouverture qui plaît à cet artiste multidisciplinaire, qui se dit «pour le mélange et l'orgie littéraire».

«Les Correspondances ouvrent la porte à plein de genres différents, la chanson, la bédé, la poésie, le slam, le roman. [Les organisateurs] risquent d'être surpris eux-mêmes, car je vais m'en permettre et tester les limites de ce cadre!» David Goudreault aime plus particulièrement la formule chaleureuse des Correspondances, où se mêlent le public et les artistes. «Vous partagez un bed & breakfast avec de grands auteurs, et pourquoi pas une chambre avec un grand auteur, lance-t-il à la blague. C'est un événement extrêmement sain, simple et inclusif, où l'on fait des rencontres, où l'on est carrément dans le public, avec qui on discute et prend un verre.»

Les Correspondances d'Eastman, depuis le début, célèbrent les lettres et l'écriture manuscrite, comme le nom l'indique. Dans un monde de textos et de courriels, cela est assez inusité. «Pour moi, c'est comme un retour à la terre, confie David Goudreault. Ça me fait souvent rire quand je dis que je suis un auteur qui aime le texte, mais qui ne texte pas! Écrire à la main est pour moi un plaisir, un contact charnel, j'aime les ratures, c'est-à-dire avoir la preuve du doute, de l'erreur, plutôt que de seulement effacer. On efface les courriels, mais on conserve les lettres toute sa vie. Tout le volet épistolaire des correspondances d'Eastman, c'est un moment d'arrêt qu'on peut se permettre, des vacances pour les gens qui ont un intérêt pour la littérature sous toutes ses formes. Ce peut être un bon moment pour prendre congé de la ville et reconnecter avec l'écriture.»

«Cela dit, ajoute-t-il, les gens qui textent sont aussi les bienvenus, on va leur trouver un enclos près du bureau de poste.»

Programme riche

David Goudreault animera le cabaret «Lis ta rature» au cours duquel le public sera invité à un micro ouvert. Ce travailleur social de formation, très à l'aise sur scène comme slammeur, comme chanteur, a acquis une expertise pour pousser les gens à écrire et à se dévoiler, puisqu'il dirige régulièrement des ateliers d'écriture dans les écoles et les centres de détention, autant au Québec qu'en France. «La façon dont les gens écrivent en dit tellement, note-t-il. C'est très personnel, la calligraphie, en tout cas, c'est plus intime, plus impliquant, d'écrire à la main que d'écrire en Arial 12.»

Outre le cabaret de David Goudreault, les Correspondances d'Eastman proposent comme d'habitude une programmation riche et variée. Spectacles, cafés littéraires, grands entretiens, ateliers; plus de 25 auteurs et artistes vont y participer, parmi lesquels Kim Thúy, Éric Dupont, Louise Forestier, Dominique Fortier, Deni Y. Béchard, Thomas Hellman, Stéphane Dompierre, Caroline Allard, Dorothée Berryman, Louise Dupré, Carl Leblanc, Michel Rabagliati, Michel Marc Bouchard... Les chanceux qui prendront la route pour Eastman ne feront pas le trajet pour rien.

Nos choix

> Le grand entretien de Louise Forestier accordé au journaliste David Desjardins aujourd'hui, de 12h30 à 13h45.

> Le café littéraire «Les femmes fortes de l'histoire: destins piégés et résilience» avec Éric Dupont, Jacques Allard et Nicole Houde, aujourd'hui de 14h à 15h15.

> Le concert littéraire de Thomas Hellman, aujourd'hui, 20h, qui rend hommage à Roland Giguère, Eduardo Galeano, Allen Ginsberg, Patrice Desbiens et Samuel Archibald.

> Le café littéraire «Entre images et mots: BD et roman graphique» avec Michel Rabagliati, Maryse Dubuc et Marc Delafontaine, dimanche, de 12h30 à 13h45.

______________________________________________________________________________

Les 11es Correspondances d'Eastman, jusqu'à dimanche. Toute la programmation au www.lescorrespondances.ca.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer