Leméac relance Les Allusifs

Brigitte Bouchard avait fondé Les Allusifs en 2001;... (Photo: Robert Skinner, archives La Presse)

Agrandir

Brigitte Bouchard avait fondé Les Allusifs en 2001; elle a quitté la maison le printemps dernier à la suite de divergences d'ordre administratif avec le nouvel actionnaire principal.

Photo: Robert Skinner, archives La Presse

Partager

Sur le même thème

Daniel Lemay
La Presse

Les derniers détails ayant été réglés avec les syndics, Leméac Éditeur relance Les Allusifs, la petite maison dont l'éditeur montréalais avait pris le contrôle en 2010.

«Le projet éditorial est le même que proursuivait Brigitte Bouchard», précise d'emblée Lise Bergevin, la directrice générale de Leméac qui dirigera de Montréal le travail des deux nouveaux éditeurs des Allusifs. Brigitte Bouchard avait fondé Les Allusifs en 2001; elle a quitté la maison le printemps dernier à la suite de divergences d'ordre administratif avec le nouvel actionnaire principal.

Les Allusifs continuera donc de publier, au rythme d'une douzaine par année, des romans courts, traduits pour la plupart. Le catalogue actuel est constitué de 80 titres de 53 auteurs écrivant dans douze langues différentes: du Serbe Goran Petrovic au Suédois Fredrik Sjöberg, de la Norvégienne Hanne Ostravik au Mexicain Gabriel Trujillo Munoz. Parmi les Québécois déjà publiés aux Allusifs, on note Pan Bouyoucas (Portrait d'un  mari avec les cendres de sa femme), Éveline Mailhot (L'amour au cinéma), Stanley Péan (Bizango) et Daniel Bélanger (Auto-stop).

Outre les auteurs de la première décennie qui, comme Bouyoucas, resteront aux Allusifs, la relance s'articulera autour des voix nouvelles qu'auront découvertes, de Paris, Florence Robert, et de Montréal, Jean-Marie Jot. «J'ai toujours su que ma place était dans l'édition», nous disait Florence Robert mercredi, quelques heures avant de reprendre l'avion pour Paris après un premier voyage éclair à Montréal. Ancienne chroniqueure littéraire, Mme Robert a ensuite travaillé comme éditrice chez Denoël où elle s'est occupée, entre autres, des romans de Gilles Rozier (Un amour sans résistance, La promesse d'Oslo) qui a déjà souligné sa rigueur: «Elle ne lâche rien».

Jean-Marie Jot, lui, est libraire chez Olivieri, le grand rendez-vous de la Côte-des-Neiges. Pour Les Allusifs, il a pour tâche de prospecter le Canada anglais et l'Amérique latine à la recherche de textes de sensibilité universelle. Né en France de père français et de mère britannique, ce citoyen du monde a choisi le Québec il y a une quinzaine d'années «pour la liberté et les perspectives que ce pays peut offrir». Paris-Londres-Rosemont. Maintenant c'est Montréal-Halifax-Vancouver-Mexico...

Actes Sud, dira encore Lise Bergevin, continuera de distribuer les titres des Allusifs en France, titres qui seront publiés dans les mêmes collections - Romans, ¾ Polar, Les Peurs -, à l'exception de Versant Visuel, abandonnée. Cette collection comptait entre autres Je voudrais pas crever de Boris Vian et Les Aventures illustrées de Minette Accentiévitch, «la mangeuse d'hommes». Cet album (voir lesaventuresdeminette.blogspot.ca) avait connu un beau succès ici, rappelle le directeur commercial de Leméac, Philippe Duboé-Laurence. Sa patronne sourit mais ne bronche pas...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer