Romans historiques jeunesse: à l'abordage !

Camille Bouchard: «Comme pour tous les thèmes abondamment... (Photo Fournie par Hurtubise)

Agrandir

Camille Bouchard: «Comme pour tous les thèmes abondamment utilisés en littérature ou au cinéma, si on veut se démarquer, il faut pratiquement réinventer le genre.»

Photo Fournie par Hurtubise

Jade Bérubé, collaboration spéciale
La Presse

Versailles, Titus, Kremlin... Les romans historiques n'intéressent pas que les adultes. Pourtant, les titres s'adressant aux jeunes lecteurs restent souvent méconnus du grand public. Portrait d'un genre littéraire en plein essor.

Camille Bouchard est la figure de proue du roman historique jeunesse au Québec. Récemment finaliste au prestigieux prix du Gouverneur général pour l'excellent Un massacre magnifique (prix qu'il a raflé en 2005 avec Le ricanement des hyènes), le prolifique auteur et aventurier nous offre ces jours-ci le deuxième et dernier tome de la saga historique À bord de l'Ouragan, une histoire empreinte de l'esprit de la piraterie au XVIe siècle.

Camille Bouchard n'était évidemment pas à Montréal pour l'entrevue, mais bien à l'autre bout de la planète, traquant un nouveau héros et une nouvelle histoire. «Être publié signifie que quelqu'un partage mon imaginaire, j'ai la responsabilité de ne pas écrire n'importe quoi», indique celui qui passe plusieurs mois par année dans des contrées exotiques afin de trouver l'inspiration. «Et cette responsabilité-là, je la ressens plus forte du fait que je m'adresse principalement à des jeunes.»

«Voyager est d'ailleurs devenu un prolongement de mon plaisir de plonger les lecteurs dans des univers différents, poursuit-il. Écrire un livre historique demande bien sûr un travail de recherche colossal. Mais je ne voudrais pas que les jungles, les déserts ou les montagnes deviennent de simples arrière-plans décoratifs. Je veux que l'ambiance imprégnant le récit soit un personnage à part entière.»

La barre à tribord !

Camille Bouchard, connu pour offrir aux lecteurs curieux des versions rafraîchissantes de la colonisation de l'Amérique, nourrit une véritable passion pour la navigation et la piraterie. On retrouve d'ailleurs ces thématiques dans pas moins d'une dizaine de ses oeuvres, dont le très attendu La religion des autres qui paraît ces jours-ci chez Hurtubise.

«La piraterie est prétexte aux découvertes, à l'action!» répond-il, enthousiaste, avant d'avouer qu'il faut savoir combattre les clichés du genre. « Comme pour tous les thèmes abondamment utilisés en littérature ou au cinéma, si on veut se démarquer, il faut pratiquement réinventer le genre. Dans mes livres, j'opte pour une époque différente de celle généralement abordée et que l'on appelle l'âge d'or de la piraterie. Dans mes séries, il y encore des conquistadores, par exemple. Les armes à feu sont différentes aussi.»

Jeunes flibustiers

Dans La religion des autres, le petit Gédéon que l'on a connu dans Le trésor perdu entre dans l'adolescence. «C'est la période des premiers émois, des premières rébellions envers l'autorité des adultes. C'est aussi l'âge des questionnements», résume Bouchard. En fait, Gédéon n'est guère différent d'un adolescent contemporain si ce n'est qu'il veut faire ses preuves en se battant sur le pont des navires abordés et qu'il doit risquer sa vie pour sauver celle de la jeune fille dont il est tombé amoureux. « Rien de moins.

«Se placer dans la tête de son lecteur qui est 40, 45 ans plus jeune que soi est un tour de force, avoue néanmoins l'auteur. Quand j'écris pour les adultes, j'écris pour le lecteur que je suis. Ce n'est pas le cas quand je m'adresse aux jeunes. Comment dois-je raconter telle ou telle histoire à un lecteur de 8 ans, de 12 ans, de 15 ans? Je n'écris plus pour moi, mais pour l'autre. Et mon art acquiert alors tout son sens en tant qu'outil de communication.»

Camille Bouchard privilégie d'ailleurs l'appellation « grand public « plutôt que « livres pour adultes « lorsqu'il s'agit de catégoriser ses écrits. « Je ne voudrais pas que des lecteurs entre 13 et 17 ans s'imaginent que mes romans plus approfondis ne s'adressent pas à eux. Tout comme je dis souvent que les lecteurs adultes se privent d'un grand plaisir à penser que la littérature jeunesse ne peut pas les rejoindre... « En effet.

Un massacre magnifique

Camille Bouchard

Hurtubise. Dès 15 ans.

À bord de l'Ouragan, t.2 La religion des autres

Camille Bouchard

Hurtubise. Pour les 10 ans et plus. Sortie le 1er mars.

POUR ALLER PLUS LOIN

Les romans historiques pour la jeunesse se multiplient sur nos tablettes. On note, entre autres, l'arrivée de la version française de la saga Les années de famine de Caroline Pignat. Le premier tome, lauréat du prix du Gouverneur général, dépeint l'exode de milliers d'Irlandais vers le Canada au XIXe siècle à travers les yeux de Kathleen, jeune adolescente vivant sur une terre infestée par le mildiou. Le récit de ce premier tome, empreint d'une violence âcre, parvient à décrire avec beaucoup d'émotion la misère mais aussi l'espoir d'une famille expulsée de son pays. En partie autobiographique, ce roman d'une très grande qualité s'adresse aux

10 ans et plus.

Avec beaucoup d'humour, l'auteur Michel Langlois raconte quant à lui l'histoire toute simple d'un jeune garçon dans la Beauce des années 50, dans Un p'tit gars d'autrefois. La petite communauté y est dépeinte avec une grande tendresse et les chapitres courts présentent efficacement diverses thématiques, de la débâcle de la rivière à la partie de pêche. Un charmant roman d'apprentissage pour les 12 ans et plus. Encore au Québec, il faut également mentionner deux récents romans qui exploitent habilement la crise d'octobre. Mesures de guerre d'André Marois s'adresse à des lecteurs de 8 ans et plus tandis que 21 jours en octobre de Magali Favre décrit cette période tumultueuse qui a marqué notre histoire à des lecteurs un peu plus vieux. >

Les années de famine, T.1

Catherine Pignat,

Boréal, 14,95$

Un p'tit gars d'autrefois

Michel Langlois,

Hurtubise, 12,95$

Mesures de guerre

André Marois,

Boréal, 9,95$

21 jours en octobre

Magali Favre,

Boréal, 10,95$

AUSSI PARUS

La véritable histoire de Titus de Pascale Bouchie, Bayard, 11,95$.

Une charmante biographie de l'empereur pour les 6 ans et plus.

Mystère au Moyen Âge de Cynthia Harnett, Gallimard, 12,50$.

Les enquêtes du fils d'un maître lainier au XVIe siècle, pour les 10 ans et plus.

Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre de Ruta Sepetys, Gallimard, 22,95$.

La Russie au temps de la Seconde Guerre mondiale pour les 12 ans

et plus.

L'aiguille empoisonnée d'Annie Jay, Livre de poche, 10,50$.

Une incursion dans l'univers de Versailles sous Louis XIV

pour les 12 ans et plus.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer