Montréal complètement cirque: survoler Montréal!

Un numéro de sangles aériennes en solo.... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

Agrandir

Un numéro de sangles aériennes en solo.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est par un ciel parfaitement dégagé qu'ont été lancées hier dans le Quartier latin les activités extérieures du festival Montréal complètement cirque. Une sixième manifestation où plus d'une trentaine d'acrobates et de danseurs ont pris la rue (et les airs!) de la métropole qui jazze encore.

Comme par les années passées, ils ont investi la rue Saint-Denis pour les traditionnelles Minutes complètement cirque, petites performances urbaines mises en scène par Anthony Venisse. Hier soir, ils se sont livrés à un «Grand Jeu» de type «Jean dit...», juste devant l'édifice Saint-Sulpice.

Parmi les circassiens présents, des danseurs, mais aussi des élèves des écoles de cirque de Montréal et de Québec comme Nathan Knowles, de l'École nationale de cirque, membre en règle de la «brigade des minutiens». Le jeune Vancouvérois fera entre autres un numéro de cerceau aérien entre les rues Sherbrooke et Ontario.

Le grand spectacle de la place Émilie-Gamelin (Duels) a suivi juste après, précédé d'un numéro de funambule (sur une corde plate) exécuté à près de 50 pieds dans les airs.

La nouveauté cette année, c'est que vous ne saurez plus où donner de la tête, les artistes de cirque survolant les Jardins Gamelin de tous bords, tous côtés.

Au lieu de l'immense structure d'échafaudage du spectacle Babel présenté depuis deux ans, Anthony Venisse a érigé une seule tour de quatre étages, mais il l'a reliée au toit de la station de métro Berri-UQAM avec des câbles et a installé deux scènes circulaires sur la pelouse, de manière que l'action se transpose d'un endroit à l'autre.

Le metteur en scène l'a répété 100 fois au cours de la soirée, il s'agissait d'une «répétition générale», le mauvais temps ayant privé les artistes de précieuses heures de répétitions. Indépendamment des performances, l'idée d'investir totalement la place Émilie-Gamelin (au sol et dans les airs) est fabuleuse et a fait son effet.

Au cours des 10 prochains jours, vous pourrez voir des numéros de mât chinois, de sangles aériennes, de tissu et de trapèze. De courtes performances qui se passent dans la grande tour, mais qui se déplacent parfois dans les airs, grâce à une tyrolienne. Les répétitions permettront sans doute de rendre ces déplacements plus fluides.

La musique est également plus présente qu'au cours des deux dernières années. Les acrobates - épaulés par un «choeur» d'une vingtaine de citoyens (autre nouveauté) - se sont amusés à faire des figures parmi les spectateurs et les visiteurs du parc au cours de ce spectacle d'environ 45 minutes.

Le clou de la soirée: un numéro d'équilibre exécuté sur l'une de ces petites scènes déposées au milieu de la foule. Une femme en fauteuil roulant y est entrée, escortée de quatre artistes qui multipliaient les figures d'équilibre en s'accrochant à son fauteuil et en donnant parfois l'impression de la faire voler avec eux. Très touchant.

Les 35 circassiens de ces Duels donneront deux représentations par jour (à 19 h et 22 h) tous les soirs jusqu'au 12 juillet.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer