Artistes de cirque: de la tête aux pieds

Raphaël Dubé est membre du duo Les Beaux... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

Agrandir

Raphaël Dubé est membre du duo Les Beaux Frères. Ce diplômé des écoles de cirque de Québec et de Montréal (en jonglerie) fait maintenant partie du collectif Machine de cirque.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Comment les artistes de cirque se préparent-ils physiquement et mentalement avant une performance? Que mangent-ils? Comment s'entraînent-ils? À quelle fréquence? Nous avons sondé sept artistes qui se produiront à Montréal complètement cirque, du 2 au 12 juillet.

La tête

La préparation psychologique des artistes de cirque varie d'une personne à l'autre, mais certains moments-clés sont propices au recueillement et à l'état de disponibilité recherché. Le maquillage, par exemple, est souvent décrit comme une étape durant laquelle les artistes entrent dans leur personnage et visualisent les éléments les plus périlleux de leur numéro. Les exercices de respiration avant de monter sur scène sont également fréquents. Le jour d'une performance, les acrobates mangent peu, font une sieste et se détendent. Certains gardent sur eux la photo d'un proche, d'un parent ou d'un amoureux.

Francis Roberge est l'un des hommes forts du... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Francis Roberge est l'un des hommes forts du Cirque Alfonse (Timber, Barbus), où il est porteur et acrobate. Il a été formé à l'École de cirque de Québec et a aussi fait partie de l'équipe canadienne de rafting.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Le ventre

On pourrait croire que les artistes de cirque, qui sont considérés comme des athlètes d'élite, comptent leurs calories et enfilent les jus verts. Il n'en est rien. Même si certains d'entre eux disent faire l'effort de manger sainement, la plupart des sept artistes interrogés affirment manger et boire à peu près n'importe quoi. Poutines et burgers compris. Sans oublier la bière. Seule règle: avant un entraînement ou une performance, on se limite à des fruits, des noix et de l'eau. Une constante: les acrobates mangent souvent plusieurs fois par jour. Et la plupart sont carnivores. Certains mettent le paquet le matin, où ils peuvent avaler quatre oeufs, du bacon et des patates.

Olivier Sylvestre est sorti de l'École nationale l'an... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

Olivier Sylvestre est sorti de l'École nationale l'an dernier avec une spécialité en roue allemande. Cet artiste polyvalent n'a pas l'intention de se limiter à la roue. Dans le spectacle Ruelle, on le verra dans des numéros aériens.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Les bras et les épaules

Le haut du corps est particulièrement musclé chez les artistes aériens (trapèze, corde lisse, tissu, sangles), mais aussi chez les porteurs qui font du main à main. Les exercices de musculation sont donc fréquents, mais c'est surtout en s'entraînant dans leur discipline, parfois trois ou quatre fois par jour, qu'ils se préparent. Évidemment, durant une série de représentations, les entraînements sont réduits au minimum, les performances faisant office de répétitions. Les massages sont très fréquents et peuvent être quotidiens durant certaines périodes. Les exercices de physiothérapie sont également quotidiens, étant donné les blessures mineures dues aux mouvements répétitifs.

Nadine Louis est spécialiste de la contorsion et... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE) - image 4.0

Agrandir

Nadine Louis est spécialiste de la contorsion et de l'équilibre. Elle a commencé à travailler avec le Cirque du Soleil à l'âge de 12 ans (Nouvelle expérience, Saltimbanco, Ovo). On l'a aussi vu dans Rain du Cirque Éloize. Elle fait partie de la distribution de Ruelle.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Les abdos et les dorsaux

Les abdos et les muscles dorsaux sont les plus critiques pour la plupart des acrobates, que ce soit les artistes aériens ou les acrobates travaillant au ras des pâquerettes, sans oublier les contorsionnistes et les équilibristes, qui doivent aussi assouplir leur bassin et séparer chacune de leurs vertèbres. S'il y a une constante chez les artistes de cirque, c'est qu'ils n'ont pas de ventre! Sans ces muscles, les porteurs s'écrouleraient sous le poids de ceux qu'ils portent... Les étirements et autres exercices d'assouplissement sont primordiaux et quotidiens. Les exercices de renforcement musculaire également, incluant l'haltérophilie que pratiquent certains porteurs (comme ceux du Cirque Alfonse!).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer