Howie Mandel, le nouveau visage de Juste pour rire

Howie Mandel, copropriétaire de Juste pour rire, se veut... (Photo Aaron Davidson, archives Agence France-Presse)

Agrandir

Howie Mandel, copropriétaire de Juste pour rire, se veut rassurant: le siège social demeurera à Montréal, les divisions en France et aux États-Unis ne seront pas abolies et les 3000 employés gardent leur emploi.

Photo Aaron Davidson, archives Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Juste pour rire
Juste pour rire

Nos articles sur le Festival Juste pour rire. »

Le copropriétaire de Juste pour rire, Howie Mandel, ne veut plus que son festival soit le secret le mieux gardé de l'humour. Comme pour le festival de musique californien Coachella, il souhaite voir Montréal rayonner à l'international à travers l'humour. La vedette de la télévision américaine nous fait part de sa vision de l'entreprise et de sa recherche d'associés québécois.

Dans les bureaux de Juste pour rire, tout avance rondement pour offrir la prochaine édition, qui aura lieu du 14 au 29 juillet. Malgré tous les changements qu'a provoqués le scandale Rozon, Howie Mandel croit que les festivaliers ne s'apercevront même pas que le festival a été acheté par lui et le groupe américain ICM.

«Mais un oiseau nous a dit que la transaction n'avait pas encore été conclue... Est-ce vrai?

- C'est une bizarre de question... comment faites-vous pour parler aux oiseaux?»

Son équipe lui explique qu'il s'agit d'une expression française. L'humoriste chevronné éclate de rire: «Non, non, non! Vous n'allez pas vous approprier les oiseaux qui parlent! Je faisais une blague, j'avais compris! C'est aussi une expression en anglais», dit en riant l'animateur d'America's Got Talent, avant d'affirmer que la vente a été conclue.

Juste pour rire confirme toutefois que ICM cherche un important partenaire dans la province, qui s'occuperait entre autres du volet francophone du festival. Ça permettra ainsi à l'entreprise d'avoir droit aux subventions du gouvernement du Québec.

«Mon partenaire, ICM, s'occupe de toutes ces transactions. Ils parlent aux personnes du Québec et aux banques. Moi, je m'occupe du côté créatif et... de répondre aux questions d'une personne qui parle aux oiseaux», dit le Canadien, qui a grandi en Ontario.

Hier, l'animateur de Deal or No Deal (le pendant américain du Banquier) a consacré sa journée à rencontrer les médias. Pourquoi? A-t-il peur que la réputation du festival soit entachée et que le public québécois ne soit pas au rendez-vous en juillet?

«Je veux vraiment m'impliquer! Je veux être ici, je veux être dans les bureaux [de Juste pour rire] et je veux parler avec les gens d'ici. Je n'ai pas juste mis de l'argent dans une entreprise. Ça m'importe vraiment. C'est réel, mon intérêt... ce n'est pas comme votre oiseau!», dit l'homme marié depuis 38 ans, père de trois enfants et grand-père de deux petits-enfants.

Redorer l'image de marque?

Howie Mandel se veut rassurant: le siège social demeurera à Montréal, les divisions en France et aux États-Unis ne seront pas abolies et les 3000 employés gardent leur emploi, dont les productrices Luce et Lucie Rozon et le directeur de Zoofest, Patrick Rozon.

Le copropriétaire de Juste pour... (Photo Ryan Remiorz, La Presse canadienne) - image 2.0

Agrandir

Photo Ryan Remiorz, La Presse canadienne

Il le dit avec ferveur, le festival Juste pour rire est «phénoménal! Il n'a pas besoin d'ajout ou de modification». Là où le bât blesse, c'est son rayonnement à l'international, dit-il.

«Je ne veux pas "rebrander" Juste  pour rire, je veux le "brander"! L'image de marque est bonne, mais personne à l'extérieur du Québec ne connaît le bonhomme vert.»

L'exemple qu'il reprend continuellement en entrevue est le festival de musique Coachella, en Californie. Il est persuadé que plus de personnes prennent part aux festivités de Juste pour rire qu'à celles du festival américain, et pourtant, l'événement montréalais est beaucoup moins connu.

Il souhaite utiliser la vidéo et les nouvelles technologies pour faire voyager le festival montréalais un peu partout dans le monde. Il cite comme exemple le spectacle-événement de Beyoncé à Coachella, qui a été vu par plus de 41 millions d'internautes en direct sur YouTube, et ce, dans 232 pays.

«Les humoristes les plus populaires au monde montent sur les scènes de Montréal, mais il n'y a jamais de visionnement en direct», reproche-t-il.

Montrer Montréal

Il ajoute: «Nous connaissons Coachella parce que nous l'avons vu sur Instagram, Facebook, Twitter. On voit comment les gens sont habillés. Eh bien, je vous le dis, juste de montrer au monde entier les rues de Montréal en juillet, je suis persuadé qu'ils vont venir.»

Nous ne pouvions le quitter sans lui parler du mariage princier, qui sera célébré ce samedi. La future épouse du prince Harry, Meghan Markle, fut tout de même l'une des jeunes femmes arborant une valise numérotée. L'animateur (qui n'a aucun souvenir de la future Altesse Royale la princesse Henry de Galles!) dit à la blague qu'il a refusé l'invitation.

«Mais sincèrement, je n'y vais pas parce que j'ai oublié de leur acheter un cadeau... En fait, je ne sais pas dans quel magasin ils ont enregistré leur liste de cadeaux. Et franchement, qu'est-ce qu'on donne à un couple royal? Un panier de fruits? Oh, je sais! Un oiseau qui parle!»




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer