Nathan Lane: pour l'amour des planches

Avec un gala intitulé The Nathan Lane Showstopper,... (Photo fournie par Just For Laughs)

Agrandir

Avec un gala intitulé The Nathan Lane Showstopper, le comédien américain de 60 ans devra être la hauteur des attentes et promet d'ores et déjà un numéro musical d'ouverture qui devrait animer les spectateurs de la salle Wilfrid-Pelletier.

Photo fournie par Just For Laughs

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Juste pour rire
Juste pour rire

Nos articles sur le Festival Juste pour rire. »

En près de 40 ans de carrière, Nathan Lane a plus d'une fois livré sur scène des performances considérées comme étant le clou d'une pièce ou d'une comédie musicale. Ce soir, il présentera dans le cadre de Just for Laughs The Nathan Lane Showstopper à la salle Wilfrid-Pelletier. Entrevue avec le comédien de 60 ans, qui se considère aujourd'hui comme au sommet de son art.

Dans le jargon théâtral anglophone, on désigne le numéro qui suscite une ovation de la part des spectateurs comme étant un «showstopper».

Avec un gala intitulé The Nathan Lane Showstopper, le comédien américain de 60 ans devra être à la hauteur des attentes et promet d'ores et déjà un numéro musical d'ouverture qui devrait animer les spectateurs de la salle Wilfrid-Pelletier. Pour cet habitué de Broadway, le défi ne devrait pas être si difficile à relever.

«C'est un beau sentiment quand les spectateurs veulent te récompenser en t'applaudissant si chaudement. On ne s'y habitue jamais vraiment. Mais disons que j'ai connu quelques beaux moments sur scène!»

«Dans la comédie musicale The Producers, poursuit l'acteur, j'avais ce qu'on appelle "le numéro de 23 h" [le plus souvent le clou du spectacle, situé vers la fin d'une comédie musicale]. J'interprétais Betrayed, un numéro qui se déroule dans une cellule de prison. Mon personnage est au bord de la crise de nerfs et fait un peu le récapitulatif de l'histoire. Eh bien, ç'a souvent été un showstopper

Le comédien se rappelle également très bien l'accueil chaleureux du public de Broadway en 1992 alors qu'il jouait dans Guys and Dolls. «Chaque soir ou presque, quand on faisait notre numéro de groupe Sit down, you're rocking the boat!, les gens arrêtaient le spectacle pour nous applaudir!», raconte le comédien.

Il s'agira du second gala de Nathan Lane dans le cadre de Just for Laughs puisqu'il avait déjà participé au festival dans les années 90 alors qu'il était à Montréal pour le tournage du film Isn't She Great aux côtés de Bette Midler. Parmi les invités du comédien ce soir, on retrouvera notamment Alan Carr, Mark Watson, Adam Hills, Piff the Magic Dragon, Kathleen Madigan, Sean Emeny et Ron Josol.

La scène à tout prix

Bien qu'il ne se considère pas comme un humoriste, Nathan Lane a amorcé sa carrière en faisant du stand-up après avoir chanté des télégrammes pendant quelque temps!

«Ça remonte aux années 70 et c'était un boulot purement alimentaire! Je devais porter un smoking et un chapeau haut de forme, prendre le métro et aller chez quelqu'un ou dans un bureau pour chanter "Joyeux anniversaire" ou "Félicitations pour votre mariage". Si j'étais chanceux et que la personne n'était pas trop embarrassée, je recevais un pourboire!», s'amuse Nathan Lane.

Alors qu'il tente de percer en tant qu'acteur à New York, Lane se tourne vers le stand-up pour se faire remarquer.

«J'avais un partenaire avec qui je faisais des sketchs. Nous sommes partis ensemble pour L.A., où nous avons connu un certain succès. Nous avons même fait un peu de télé. C'était une belle vitrine et surtout une bonne expérience: c'est à cette période que j'ai appris à écrire de la comédie. Mais je ne suis pas un humoriste de stand-up. Ça m'a surtout permis de savoir ce que je voulais vraiment : travailler comme acteur dans un théâtre!», lance-t-il.

Cet automne, Nathan Lane incarnera sur Broadway le rédacteur en chef de la mythique pièce The Front Page aux côtés de John Goodman et de John Slattery (Mad Men).

«J'ai toujours aimé cette pièce. Avec 25 acteurs sur scène, c'est une énorme production et un véritable classique de la comédie américaine du XXe siècle. Elle n'a pas été montée à New York depuis 1986. C'est intéressant de la présenter à une nouvelle génération», dit-il.

En janvier prochain, Nathan Lane enchaînera avec Angels in America, qui sera présentée au London National Theatre. «Je vais jouer Roy Cohn [un avocat dans le placard qui vit avec le VIH] sous la direction de Marianne Elliott [War Horse]. Je serai le seul Américain au sein de cette distribution britannique incroyable. Ce rôle est un de mes rêves qui se réalise. Je suis un gars chanceux; je me pince chaque matin!», conclut-il.

________________________________________________________________________________

À la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts ce soir, 19 h, dans le cadre de Just for Laughs.

Qui est Nathan Lane?

Abonné aux productions d'envergure de Broadway, comme The Producers, il s'est également illustré au grand écran dans The Birdcage et à la télévision dans American Crime Story: The People vs. O.J. Simpson, The Good Wife ou encore Modern Family.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer