Bilan Juste pour rire: exceptionnel, vous avez dit?

Guy Jodoin a livré une fin de gala...

Agrandir

Guy Jodoin a livré une fin de gala énergique... sur la paresse.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Juste pour rire
Juste pour rire

Nos articles sur le Festival Juste pour rire. »

Sur le même thème

Il est toujours délicat d'associer le qualificatif «exceptionnel» à une édition de festival, mais, cette année, le 33e Juste pour rire a bel et bien battu des records. De popularité, de qualité, d'originalité et d'impact international grâce notamment à un millésime «cru du siècle» pour Just for Laughs. Gilbert Rozon veut pourtant faire mieux et plus gros en 2016...

RECORDS

Avec ses cinq festivals en un (Juste pour rire, Just for Laughs, Zoofest, Bouffons! Montréal et le Mondial des jeux), JPR a vendu plus de 250 000 billets (200 000 l'an dernier), dont 55 000 pour Grease et 54 000 pour les galas et spectacles à la Place des Arts. Un total de 250 spectacles et 1400 représentations (dont 600 gratuites) ont été présentés du 11 au 25 juillet. Le festival a réuni 1500 artistes, dont 500 humoristes francophones et anglophones. L'humoriste et comédien américain Kevin Hart est passé à l'histoire en présentant le plus grand spectacle depuis la création de Just for Laughs devant 14 000 spectateurs. Même la première édition de Bouffons! Montréal a dépassé toutes les attentes avec plus de 100 000 repas servis, dont 1000 kg de homard frais de la Gaspésie écoulés par le camion Europea du cuisinier Jérôme Ferrer.

INTERNATIONAL

Alors que le manque de vedettes francophones européennes s'est cruellement fait sentir à Juste pour rire (mis à part le talentueux Kev Adams), Just for Laughs est passé cette année à un niveau supérieur, présentant son plus beau plateau de stars «à vie». Qui d'autre aurait pu réunir en l'espace de deux semaines Dave Chappelle (pour 10 spectacles), Neil Patrick Harris, Taran Killam, Jane Lynch, Sir Patrick Stewart, Wanda Sykes, Trevor Noah, T.J. Miller, Mike Myers et Ellie Kemper? Le festival pouvait bien afficher «We reached for the Stars!»... D'ailleurs, la notoriété de Just for Laughs dans le monde anglophone ne fait que croître. Le gala de Howie Mandel (Deal or no Deal) sera diffusé à la chaîne américaine CW tandis que le Nasty Show animé par notre Mike Ward national le sera sur les ondes de Showtime. Toute une visibilité internationale...

QUALITÉ

Parfois sujets de controverses médiatiques, les galas Juste pour rire ont atteint cette année un calibre assez étonnant, la qualité du comique et des textes l'emportant sur le spectaculaire. Quelque 130 artistes ont dans l'ensemble réussi leur pari avec des numéros dont 96 % étaient inédits. Les spectacles de Just for Laughs ont aussi été d'un niveau remarquable grâce aux têtes d'affiche exceptionnelles. Les critiques ont aussi été bonnes pour la pièce Les trois mousquetaires, mise en scène au TNM par Serge Denoncourt. Et la programmation extérieure, très diversifiée, a permis de combler autant les amateurs de musique classique, les partisans de Mado, les gourmands (avec Bouffons! Montréal) que les nombreux fans de Wyclef Jean qui ont fait vibrer la place des Festivals pour un concert à la fois magique et déchaîné!

JEUNESSE

Une des forces de Juste pour rire est d'avoir su se renouveler. Il n'y a qu'à voir la moyenne d'âge de l'équipe de Juste pour rire pour réaliser que le festival a désiré son virage jeunesse. Il y a eu beaucoup de jeunes encore cette année dans les petites salles du Zoofest, le bébé de Juste pour rire adoré des étudiants. Beaucoup de jeunes aussi au Melting Pot pour danser après les shows. Les jeunes ont envahi la Promenade des artistes, sous les fenêtres du pavillon Président-Kennedy, pour jouer à des jeux de société, au baby-foot ou aux échecs. Ils ont adopté le Mondial des jeux qui en était à sa seconde édition. La compétition Counter Strike: Global Offensive de l'ESWC, qui regroupait 24 équipes des cinq continents, a été vue par 22 millions de personnes par le truchement de l'internet en trois jours dont 250 000 pour la finale en direct.

DIVERSIFIÉ

Huit galas Juste pour rire, une trentaine de spectacles Just for Laughs dont huit galas, les spectacles de Jean-Marc Parent, Stéphane Rousseau, Valérie Blais et Vincent C, la pièce Les trois mousquetaires, le Mondial des jeux, les 180 spectacles de Zoofest et sa nouvelle zone extérieure Spot Zoofest, les différents arts de la rue (avec notamment Lise Dion, Les Trois Accords avec l'OSM, Wyclef Jean et Rachid Badouri), la comédie musicale Grease, le spectacle Hahahaïti, les danseurs acrobates de Streb, la conférence Comedy Pro, la lecture publique de The Big Lebowski avec Jennifer Lawrence, Michael Fassbender et Dennis Quaid. La diversité est un credo rozonien. «Notre stratégie est de créer une constellation d'événements ayant chacun leur structure et le droit de se concurrencer, mais tous ont un lien, le bonheur», dit Gilbert Rozon.

POPULAIRE

La diversité de l'offre de Juste pour rire a généré une affluence qu'on a plutôt l'habitude de voir au Festival de jazz ou aux FrancoFolies. L'ajout de Bouffons! Montréal - avec ses 15 jours de dégustations gastronomiques - a fortement contribué à l'aspect festif de Juste pour rire. Gilbert Rozon estime à 1,5 million, voire 2 millions, le nombre de personnes qui ont circulé sur le site du festival et/ou vu des spectacles entre le 11 et le 25 juillet. La popularité de l'humour ne se dément pas. Les Québécois y sont très attachés et les touristes affluent de plus en plus à Juste pour rire. Les galas et autres spectacles ont été vendus en moyenne à 80 %, certains galas affichant complet. L'affiche exceptionnelle de Just for Laughs (et un taux de change monétaire favorable) a drainé bien des Américains à Montréal. Just for Laughs a vendu 45 % de billets de plus que l'an dernier.

IMPACT

Créé en 1983, Juste pour rire ne s'essouffle pas. Au contraire, le festival cartonne localement et à l'étranger. Le succès de Zoofest, qui a huit ans cette année, fait qu'il sera bientôt décliné à la télé au Québec. Et les télés étrangères étaient très présentes à Juste pour rire cette année. «On a dû tourner 200 heures de télé pour des chaînes de l'Europe à l'Australie en passant par les États-Unis, dit Gilbert Rozon. C'est comme ça qu'on a de l'impact à l'échelle mondiale. On rejoint des milliards de téléspectateurs. Avec les gags tournés autour du site du festival, on est présent dans 135 pays et sur 85 lignes aériennes et, chaque jour, des millions de personnes les voient sur YouTube.» Quand, en plus, Kevin Hart vante Just for Laughs et écrit «Montreal, you hold a special place in my heart» sur Twitter à ses 20 542 631 abonnés, ça a forcément de l'impact pour le festival et la métropole...

FUTUR

«Dire que ça a été un événement extraordinaire dans notre histoire serait un euphémisme, dit Gilbert Rozon. C'est plus grand que ce que je pensais embrasser un jour.» Gilbert Rozon se réjouit, mais veut un Juste pour rire encore plus touffu. «Ça pourrait être deux fois plus gros, dit-il. C'est dans la tête qu'on manque d'ambition.» Maintenir la qualité de Just for Laughs comme de Juste pour rire l'an prochain sera par contre tout un défi. Le Melting Pot, cette disco extérieure ouverte jusqu'à 3 h, reviendra avec plus d'ampleur l'an prochain. «On a un filon», dit Gilbert Rozon. Ça sent les gros DJ en 2016... Le gourou du rire veut aussi poursuivre la croissance du Mondial des jeux, espérant même organiser à Montréal le tournoi international d'échecs en 2017, et veut donner plus d'ampleur à Bouffons! Montréal pour permettre aux Montréalais et aux touristes de découvrir toujours plus de facettes de la gastronomie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer