Andy Samberg: recalé une autre fois

Andy Samberg à la cérémonie Guys Choice Awards... (Photo: archives AP)

Agrandir

Andy Samberg à la cérémonie Guys Choice Awards en juin dernier en Californie.

Photo: archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mario Cloutier

En fin de soirée, jeudi, le comédien Andy Samberg a animé «son» gala Just for Laughs à la salle Wilfrid-Pelletier. Heureusement, il y avait quelques humoristes, parce que l'animateur, lui...

Les attentes étaient élevées, et Andy Samberg a grandement déçu les spectateurs. Tellement que certains ont réclamé un remboursement à la sortie.

Est-ce parce que plusieurs s'attendaient à ce qu'un Justin Timberlake, grand ami de Samberg, le rejoigne sur scène? La rumeur avait circulé jeudi, mais l'animateur n'avait tout simplement pas la tête à ça.

Nouvelle gloire de l'humour aux États-Unis, Andy Samberg, qui provenait du web, a brillé à Saturday Night Live avant de faire son chemin comme drôle de comédien drôle, notamment dans Brooklyn Nine-Nine au réseau Fox, rôle pour lequel il a obtenu un Golden Globe.

Il a ouvert le gala en refaisant le numéro qu'il avait présenté en audition à Just for Laughs il y a 10 ans. Mauvaise idée. Rejeté alors, il n'était pas plus drôle jeudi soir.

Andy Samberg est resté bêtement collé au défilement du téléscripteur toute la soirée. Ses présentations d'humoristes étaient fades et, lors d'une faille technique, il s'est tout simplement tu. Des pros comme Don Rickles ou Lewis Black, dans un tel moment de panique, auraient saisi la balle au bond pour faire s'esclaffer l'auditoire.

Les humoristes invités étaient pour la plupart très peu connus. Nous ne mentionnerons que ceux qui ont vraiment tenté d'éviter que la soirée ne tourne en fiasco (selon nos collègues de The Gazette, le gala de Chevy Chase, juste avant celui de Samberg, a été tout aussi pénible).

Le comique K Trevor Wilson, de Winnipeg, a bien ouvert les hostilités en s'en prenant à notre interminable hiver et, surtout, en se moquant des céréales trop sucrées des Américains, à la Capitaine Crouche.

L'Anglais Noel Fielding a fait sa part en sifflotant Les parapluies de Cherbourg pour décrire sa danse avec une méduse qui l'a piqué dans l'océan pendant qu'il y faisait pipi.

Échange étonnant, ensuite, entre des nouveaux venus, The Lucas Brothers. Pas tout à fait réussi leur truc, mais prometteur.

À la fin, Kumail Nanjiani et TJ Miller, avec leur humour absurde, ont presque réussi à nous faire oublier l'inepte Samberg.

Le premier s'est moqué de l'océan d'urine que laissent les hommes sur le sol dans les toilettes publiques. Le second a rendu hommage à l'inventeur du beurre d'arachide et s'est moqué de l'eau Evian qui existe, semble-t-il, en atomiseur pour rafraîchir. Nanjiani et Miller, des noms à retenir.

Pour le reste, terminons en disant que la mascotte du festival, Victor, a rejoint Andy Samberg à quelques reprises jeudi soir sur scène. Le bonhomme vert était plus drôle que l'animateur, seulement venu encaisser ses billets verts.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer