Le FTA dévoile quatre nouveaux spectacles

Cela fait près de 20 ans que Tartuffe n'a pas... (Photo fournie par le FTA)

Agrandir

Cela fait près de 20 ans que Tartuffe n'a pas été présenté à Montréal.

Photo fournie par le FTA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Luc Boulanger
La Presse

Le nouveau directeur artistique du Festival TransAmériques, Martin Faucher, a donné hier un avant-goût du 9e FTA, qui se déroulera du 21 mai au 4 juin. L'ensemble de la programmation sera annoncé le 17 mars. En voici un aperçu.

Tartuffe

Cela fait près de 20 ans que Tartuffe n'a pas été présenté à Montréal. On a donc hâte de voir la pièce de Molière revisitée à la puissance 1000 par le metteur en scène allemand Michael Thalheimer. Dans cette mise en scène, une unique croix remplace la maison du très catholique Orgon. Tartuffe, ce faux dévot qui veut séduire la fille d'Orgon, est un ange exterminateur qui ressemble au chanteur de Jesus Christ Superstar! «Thalheimer a inséré des passages de l'Ancien Testament dans le texte. Il en a charcuté la fin et a rendu les membres de la famille du bigot totalement déments, dit Faucher. Pour illustrer les dérives de l'extrémisme religieux, mais aussi la perversité et la fourberie de Tartuffe.»

Au Monument-National les 22, 23 et 24 mai

Dancing Grandmothers

Pour le spectacle d'ouverture du FTA, Martin Faucher a invité la chorégraphe de Séoul Eun-Me Ahn, qui a vécu à New York et collaboré avec Pina Bausch. Elle propose un spectacle qui, comme son titre l'indique, fait danser nos grands-mères! S'y retrouvent trois générations de femmes: des interprètes dans la vingtaine, elle-même (âgée de 50 ans) et plusieurs femmes de 60 à 90 ans. «Eun-Me Ahn interroge le rapport des femmes coréennes au corps, à la féminité et au désir. Ce spectacle va susciter l'enthousiasme et le questionnement. Une belle découverte et un rendez-vous pour toute la famille, de 7 à 97 ans», résume Martin Faucher.

Au Théâtre Jean-Duceppe les 21 et 22 mai

Polyglotte

Olivier Choinière est heureux de pouvoir annoncer son projet qui remonte à l'inauguration du théâtre Aux Écuries, situé dans un quartier d'immigrants (Saint-Michel). «Je me demande depuis toujours comment emmener les gens issus des communautés culturelles du quartier au théâtre, explique Choinière. À mon avis, il faut plus que les inviter ou les représenter dans des shows: il faut créer un spectacle avec eux.» Polyglotte mettra en vedette 16 membres de la diversité culturelle qui sont tous des non-acteurs. Avec sa complice à la mise en scène, Alexia Bürger, le créateur s'est intéressé à l'expérience des nouveaux immigrants en ce pays. Leur proposition s'inspire, entre autres, des cérémonies de citoyenneté canadienne.

Aux Écuries le 31 maiet les 1er, 2 et 3 juin

Hyperterrestres

Amis et complices de longue date, Benoît Lachambre et Fabrice Ramalingom avaient hâte de travailler à un projet ensemble. Avec la création Hyperterrestres, les deux artistes proposent une démarche charnelle et sensuelle. «Ils ont nagé avec des dauphins à Hawaii et vécu une expérience qui leur a donné accès à une zone de conscience de leur corps. Ils explorent les relations avec autrui, d'amitié et d'homoérotisme. Une fantasmagorie planante pour mieux toucher au moment présent.»

À l'Usine C les 28, 29 et 30 mai

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer