Notre virée aux Francos

Daniel Bélanger sur la scène Bell de la place... (Photo Olivier Jean, La Presse)

Agrandir

Daniel Bélanger sur la scène Bell de la place des Festivals, hier soir

Photo Olivier Jean, La Presse

Le temps était radieux et les bons spectacles presque trop nombreux, hier soir aux Francos de Montréal. Compte rendu de notre virée.

En communion avec Daniel Bélanger

Pendant ce temps, le grand Daniel Bélanger se produisait sur la place des Festivals. Saviez-vous que l'année 2018 marque son 35e anniversaire de carrière? Hier soir, le public avait la chance de voir gratuitement, à la belle étoile, le magnifique spectacle de son album Paloma. Il y avait foule dans les moindres recoins de la place des Festivals, dans des entrées de stationnement et même derrière la scène.

Après Temps fous, la magnifique ballade Tu peux partir et Fous n'importe où, nous étions au milieu du parterre parmi des spectateurs qui chantaient les paroles de Dans un spoutnik. «Six milliards de solitudes/Six milliards ça fait beaucoup/De seuls ensemble.» C'était un beau paradoxe. Car nous étions plutôt des dizaines de milliers en grande communion aux pieds de Daniel Bélanger. - Émilie Côté

Magnétique Catherine Ringer

L'âge ne semble aucunement affecter Catherine Ringer, 60 ans, force était de constater hier au Théâtre Maisonneuve. Svelte, agile, magnétique, furieusement en voix, elle a donné une performance débridée, à la hauteur de son personnage. Elle a su chauffer à bloc un parterre peuplé d'environ 800 fans venus à la rencontre d'une des plus redoutables bêtes de scène de la francophonie. Ses nouvelles chansons (album Chroniques et fantaisies) ne passeront probablement pas à l'histoire, ne supplanteront pas les grands classiques des Rita Mitsouko dont certains ont été entonnés hier, mais Catherine Ringer n'en demeure pas moins une très grande artiste sur le territoire de la pop de création. - Alain Brunet

Huber Lenoir au Club Soda... (Photo Olivier Jean, La Presse) - image 2.0

Agrandir

Huber Lenoir au Club Soda

Photo Olivier Jean, La Presse

Hubert Lenoir, sans inhibition

C'est comme rock star que la foule du Club Soda a accueilli Hubert Lenoir. Et c'est comme une rock star qu'il a fait son entrée de dos, les bras en l'air. Après une introduction instrumentale, Lenoir a démarré en lion au son de son tube Fille de personne. Il avait six musiciens à ses côtés et Lou-Adriane Cassidy (finaliste aux Francouvertes) comme choriste.

Lenoir a du Bowie et du Mercury dans le sang. Sur scène, il n'a aucune inhibition et tout est possible. Hier, une bonne partie du public le voyait pour la première fois. Peu importe, il métamorphosait déjà les chansons de son album. Il a poussé une nouvelle composition qui se résume à «la sexualité, c'est tellement personnel». Il a interprété torse nu Ton hôtel. Bref, quel grand sentiment de liberté incarne Lenoir! - Émilie Côté

Angèle, la star montante

Le Club Soda affichait complet pour la star montante belge Angèle qui montait sur scène avant Hubert Lenoir. L'auteure-compositrice-interprète, soeur du rappeur Roméo Elvis - qui se produisait samedi dernier au MTelus -, a séduit la foule avec sa musique qui peut rappeler celle de Lily Allen. Angèle était simplement accompagnée d'un batteur. Fort à l'aise à chanter au clavier, elle prenait parfois aussi le milieu de la scène pour danser.

La foule a pu entendre son extrait Je veux tes yeux, sans compter de nouvelles pièces et une reprise d'une chanson qui a pour titre sa ville d'origine, Bruxelles, écrite par Dick Annegarn. Les spectateurs attendaient surtout Hubert Lenoir, mais un admirateur avait apporté un drapeau belge. Non seulement Angèle a dégourdi le public, mais elle a aussi fini par le faire danser et chanter au son de son tube bilingue La loi de Murphy. Une révélation des Francos! - Émilie Côté

Incontournables Amadou & Mariam

Tous les 10 ans, la tradition veut que le mythique duo malien soit de la fête des Francos. C'était donc incontournable qu'Amadou & Mariam se produisent au 30e anniversaire du festival. À 20 h, ils ont insufflé leur joie de vivre sur la scène située à l'intersection des rues Clark et De Montigny. - Émilie Côté




Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer