Too Many Zooz: et vive le brass house!

Le trio Too Many Zooz était survolté hier soir,... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

Agrandir

Le trio Too Many Zooz était survolté hier soir, à L'Astral. «À trois, ils sonnent comme une fanfare!», écrit notre critique.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Tout un buzz pour Too Many Zooz! Hier soir, L'Astral était plein de non-jazzophiles... qui pourraient le devenir plus vite qu'ils ne le croyaient. On ne peut présumer de leur conversion, mais... ils ont bel et bien reçu un traitement-choc. Ils ont à la fois ressenti la ferveur du jazz primitif et carburé à une énergie hardcore bien d'aujourd'hui.

Devant eux, de méchants malades venus de la Grosse Pomme. Saxo baryton aux cheveux teints, membres tatoués, gestes lascifs, hurlements d'homme des cavernes entre les exécutions. Trompettiste baraqué, barbu, affublé d'une camisole de Vince Carter des Raptors, poumons infiniment gonflables. Percussionniste aux couleurs vives, grosse caisse modifiée en bandoulière. Trois bardes survoltés, pour employer une litote. À trois, ils sonnent comme une fanfare!

Nous sommes soufflés par ce cyclone qu'ils nomment brass house, spirale ascendante de fréquences jazzistiques, balkaniques, arabisantes, gitanes, funk, R&B, house, et plus encore. Rien n'est complexe dans l'articulation mélodique ou dans les progressions harmoniques, tout repose sur l'imbrication de riffs on ne peut plus incandescents. Tout relève de l'énergie brute et de la transe festive.

Chaque séquence de ce spectacle est construite à la manière d'une escalade d'intensité. Voilà qui n'est pas sans rappeler l'ensemble Moon Hooch, trio américain de même cousinage venu l'an passé au FIJM et plus porté sur l'électro, quoique... des compléments discrets renforcent l'instrumentation acoustique de Too Many Zooz et confèrent à cet escadron des propriétés semblables à l'EDM la plus contagieuse.

L'exécution sur scène de ce groupe new-yorkais s'avère ainsi supérieure sur scène à celle de ses enregistrements, pourtant très chauds. Ils sont de redoutables bêtes de son, nous sommes des bêtes de danse, nous sommes tous en transe. Et vive la brass house.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Petite Afrique de Somi

    Critiques

    Petite Afrique de Somi

    On souligne l'indéniable talent de Somi Kakoma depuis son premier passage au FIJM, soit en 2009. On le fera une autre fois! »

  • Le dixieland post-industriel de Too Many Zooz

    Festival de jazz

    Le dixieland post-industriel de Too Many Zooz

    Too Many Zooz propose une sorte de dixieland post-industriel, en ce sens que ses trois praticiens retrouvent la candeur et la spontanéité du jazz... »

  • Jean-Willy Kunz: dans un état proche du jazz

    Critiques

    Jean-Willy Kunz: dans un état proche du jazz

    À la suite d'une prestation pour le moins impressionnante de Christian Lane, que d'aucuns considèrent comme l'un des interprètes-clés du répertoire... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer