Bokanté: très heureux mélange

Le concert de Bokanté au Club Coda, hier... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRéCHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

Le concert de Bokanté au Club Coda, hier

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRéCHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Nouvelles et entrevues
Nouvelles et entrevues

Nos articles sur le Festival de jazz de Montréal. »

Le mot commence à peine à se passer : ce croisement afro-antillais, cuisson Snarky Puppy, est encore loin d'être connu à la hauteur de son potentiel. Écoutez l'album tout frais Strange Circles, visionnez les clips de Bokanté sur le web, ne ratez pas la prochaine escale de cette formation pour le moins explosive.

On comprendra que jeudi, vu le très jeune âge de Bokanté (à peine sorti de la pouponnière !), le Club Soda n'était rempli qu'à moitié par des spectateurs qui avaient eu du flair.

La figure de proue est une Montréalaise d'origine guadeloupéenne ; il y a lieu d'être fier de Malika Tirolien, car elle transcende ici toutes les expériences jazzo-créoles qu'elle nous suggère depuis les débuts d'une carrière qui, normalement, devrait la mener très loin.

Dans ce nouveau contexte, la chanteuse de puissance n'est pas l'invitée sporadique du guitariste et bassiste Michael League, leader de Snarky Puppy comme on le sait, elle en est l'associée à part entière pour un périple qu'on espère long et glorieux... si la rumeur finit par faire son effet, cela va sans dire.

Car rien ne ressemble à Bokanté ! Aucune expérience jazzo-américano-antillaise ne présente un tel mélange inédit de rythmes afro-caribéens, funk, rock, blues, soul/R&B, airs séculaires de Mère Afrique et... jazz-fusion. Eh oui ! De par ses harmonies et ses polyrythmes, l'idiome est le liant de cette transculture.

Derrière la chanteuse en pleine maîtrise, un bassiste, trois guitaristes, un joueur de lap steel, trois tambourineurs dont un virtuose des djembés. Que des cordes et des percussions issues des quatre coins du monde - d'Amérique du Nord, de Scandinavie, du Japon, du Ghana, de Guadeloupe.

Bref, ce mélange inédit se démarque clairement du funk jazz hip-hop signé Snarky Puppy ; il est à mon sens plus original, plus riche culturellement. Ce qui n'enlève rien au pouvoir attractif de Snarky Puppy, et ce qui n'empêche en rien Malika Tirolien et Michael League de reprendre en duo un extrait commun de l'album Family Dinner, avec surimpression de boucles, filtres vocaux et rap créole en direct. Wow. Vivement la suite !




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer