Terrace Martin: Lamar, Hancock et lui

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Nouvelles et entrevues
Nouvelles et entrevues

Nos articles sur le Festival de jazz de Montréal. »

C'est avec lui que Kendrick Lamar a fait son grand album To Pimp a Butterfly. La dernière fois qu'il s'est produit à Montréal, c'était avec son pote Snoop Dogg. Et en ce moment, il est en studio avec Herbie Hancock. Qui ? Terrace Martin, qui interprète les chansons de son album Velvet Portraits au Club Soda vendredi soir. Entrevue avec le fils d'un musicien jazz qui participe au renouveau du genre.

« Pour moi, ce sera une première de me produire dans un festival de jazz, lance Terrace Martin. La plupart du temps où je suis venu au Canada, c'était avec Snoop Dogg. »

Avant de nous poser des questions sur l'ambiance et la formule du Festival de jazz, il se dit surpris et flatté d'y avoir été invité. « J'arrive la veille en touriste », se réjouit-il.

Terrace Martin est associé au rap, mais il a aussi étudié avidement le jazz. Son père était un batteur. Sa mère, une chanteuse gospel. Leur fils, typique de sa génération, s'est mis au beatmaking en écoutant du hip-hop tout en apprenant le saxophone en parallèle.

Pour lui, la fusion du jazz et du hip-hop va de soi puisque son groupe fétiche à l'adolescence était A Tribe Called Quest.

« Dans ma culture, c'est un groupe plus important que les Beatles. Point ! A Tribe Called Quest a habitué une génération à entendre des cuivres et des groupes live. »

- Terrace Martin

Jeune, Terrace Martin a remporté une bourse de 30 000 $ à l'émission de Jay Leno. À l'invitation du batteur Billy Higgins, il a participé à un spectacle dans le cadre du programme artistique et éducatif The World Stage. Il a ensuite tourné avec Puff Daddy.

En 2004, le musicien prodige a produit plusieurs titres de l'album à succès R&G (Rhythm and Gangsta) : The Masterpiece de Snoop Dogg. Il a continué au fil des années de collaborer avec le célèbre rappeur de la côte Ouest avant de sortir son premier album solo en 2010, en marge de collaborations avec Quincy Jones, Charlie Wilson et Kendrick Lamar.

UNE AFFAIRE DE FAMILLE

En avril dernier, le musicien de 37 ans a sorti son quatrième album solo officiel, Velvet Portraits. « Quand je fais un album, je m'y investis entièrement. C'est après la séance d'enregistrement de To Pimp a Butterfly avec Kendrick Lamar que j'ai pu concrétiser mes idées. »

Velvet Portraits est « une affaire de famille » pour Terrace Martin. Son père y joue de la batterie. L'ami Kamasi Washington figure parmi les nombreux invités, tout comme le pianiste Robert Glasper, qui se produit également ce soir au Festival de jazz (et qui a aussi joué un grand rôle dans l'album de Kendrick Lamar). Des noms d'estime plus que de grandes valeurs commerciales. « Je voulais le meilleur son possible. »

Terrace Martin donne de rares spectacles solo à New York et à Los Angeles. C'est un privilège de l'accueillir à Montréal. « Honnêtement, c'est un peu nouveau. J'accompagne plus souvent d'autres musiciens. Je vais faire des chansons que je n'ai jamais interprétées... »

EN STUDIO AVEC HERBIE HANCOCK

Terrace Martin et Kendrick Lamar collaborent depuis plus de 10 ans. Avec To Pimp a Butterfly et untitled.unmastered, ils ont pratiquement marqué l'histoire du rap. « Nous avons une chimie, car nous gardons l'esprit ouvert. Nous n'avons pas d'ego en studio. Celui qui a le plus d'ego est la musique. »

D'autres musiciens jazz qui figurent sur To Pimp a Butterfly se produiront par ailleurs au Festival de jazz : le trompettiste Ambrose Akinmusire et le chanteur R&B Bilal.

« À 13 h, je serai en studio avec Herbie Hancock », précise au bout du fil Terrace Martin - c'est encore le matin à l'heure de Los Angeles.

« J'avais entendu dire qu'il voulait travailler avec moi, mais je n'y croyais pas. Un jour, on m'a invité en studio chez Capitol Records. Je suis arrivé et il y avait Herbie Hancock et Wayne Shorter. Je ne pouvais pas parler tellement j'étais nerveux. »

- Terrace Martin

Au bout du compte, Herbie Hancock lui a confié la réalisation de son prochain album sur lequel figureront Kendrick Lamar et Snoop Dogg.

Le 30 avril dernier, pour l'International Jazz Day, Terrace Martin a par ailleurs participé au spectacle donné à la Maison-Blanche par Aretha Franklin, Herbie Hancock, Robert Glasper, Chick Corea, Esperanza Spalding, Buddy Guy, Sting, Wayne Shorter, Marcus Miller et Pat Metheny, pour ne nommer qu'eux.

Présent dans la salle : le président Barack Obama.

« Je regardais tout le monde et je me pinçais d'être là parmi plein de gens que j'admire. »

L'humilité est une valeur importante pour Terrace Martin. « Je n'ai pas toujours été humble. Personne ne peut prétendre toujours être humble. J'aime parler aux gens et faire des rencontres, donc je ne peux me permettre d'être arrogant. »

Après le Festival de jazz, Terrace Martin se produira en Suisse avec Hancock. « Je n'aime pas tourner, mais lui, je le suivrais partout. J'apprends tellement. C'est un maître. »

________________________________

Au Club Soda vendredi soir, 22 h

CINQ ALBUMS AUXQUELS A CONTRIBUÉ TERRACE MARTIN

To Pimp a Butterfly (Kendrick Lamar, 2015) - Compositeur

Black Radio 2 (Robert Glasper Experiment, 2013) - Producteur, ingénieur de voix

Good Kid, M.A.A.D. City (Kendrick Lamar, 2013) - Compositeur, producteur

Malice n Wonderland (Snoop Dogg, 2009) - Producteur, mixeur et arrangeur, accordéon, claviers, saxophone

Tha Blue Carpet Treatment (Snoop Dogg, 2006) - Compositeur

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer