Prix du FIJM: les lauréats dévoilés

Erykah Badu... (Photo: archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Erykah Badu

Photo: archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Nouvelles et entrevues
Nouvelles et entrevues

Nos articles sur le Festival de jazz de Montréal. »

La Presse Canadienne
Montréal

James Cotton, Erykah Badu, Al Di Meola, King Sunny Ade, Jim Galloway et Bill Milkowski sont les lauréats des prix du Festival international de jazz de Montréal (FIJM) de cette année.

James Cotton devient ainsi le deuxième lauréat du prix B.B.-King, nommé en l'honneur de la légende du blues décédée la semaine dernière. Le FIJM a créé la distinction en 2014, lors de sa 35e édition, afin d'honorer le talent d'un artiste s'étant illustré sur la scène du blues.

James Cotton a réussi à faire sa marque armé du plus petit des instruments à vent: l'harmonica. Harmoniciste attitré de Muddy Waters pendant 12 ans, il a entamé en 1966 une carrière solo jalonnée de tournées nationales et internationales et d'une trentaine d'album, dont Deep in the Blues, qui lui a valu un Grammy. Celui qui s'est attiré le surnom de «Superharp» montera sur la scène de la salle Wilfrid-Pelletier dans un programme triple avec Taj Mahal et John Mayall le 27 juin.

Le prix Ella-Fitzgerald, qui récompense un chanteur ou une chanteuse de jazz qui a eu un impact et une influence majeurs sur la scène internationale, est quant à lui remis à Erykah Badu. Celle dont le premier album, Baduizm, avait fait une entrée fracassante sur les palmarès en 1997 en plus de lui valoir deux Grammy, sera en spectacle le 29 juin à 19 h 30, à la salle Wilfrid-Pelletier.

Le guitariste de jazz fusion Al Di Meola reçoit le prix Miles-Davis, qui rend hommage à un artiste de jazz de renommée internationale, à son oeuvre et à sa contribution au renouvellement du genre. Al Di Meola compte plus de 40 ans de carrière, que ce soit avec Chick Corea au sein du groupe Return to Forever ou avec son trio composé de Paco de Lucia et de John McLaughlin. Sa dernière tournée en mode électrique passera par le FIJM le 26 juin, au Théâtre Maisonneuve.

Le prix Antonio-Carlos-Jobim va à King Sunny Ade. La récompense est décernée chaque année à un artiste qui s'est particulièrement démarqué dans le domaine de la musique du monde. Roi de la musique juju, King Sunny Ade fait partie depuis plus d'un demi-siècle des musiciens les plus célèbres du continent africain. Il sera au Club Soda le 30 juin.

Jim Galloway devient le 27e artiste à recevoir le prix Oscar-Peterson, qu'il obtient à titre posthume. Ce prix est attribué à un grand musicien du pays pour reconnaître sa contribution au jazz canadien et la qualité de son art. Le saxophoniste s'est démarqué par son style lyrique et son penchant pour le swing. Il a cofondé le Downtown Jazz Festival, devenu depuis le Toronto Jazz Festival. Il est décédé le 30 décembre 2014.

Enfin, Bill Milkowski reçoit le prix Bruce-Lundvall, remis à une personne non musicienne qui a marqué le monde du jazz ou contribué à son développement. Auteur indépendant basé à New York, Bill Milkowski couvre la scène jazz depuis 1980.

Le Festival international de jazz de Montréal se tiendra du 26 juin au 5 juillet.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer