Festival Phénomena: à la mémoire d'Hélène Monette

La poète Hélène Monette, photographiée en 2004... (Photo Martin Tremblay, Archives La Presse)

Agrandir

La poète Hélène Monette, photographiée en 2004

Photo Martin Tremblay, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mario Cloutier

Le 6e Festival Phénomena présente les envolées, sans filet, d'artistes de tous horizons qui n'ont qu'une envie: nous entraîner dans leurs audaces. Quoi de mieux que des cabarets pour y arriver et qui de mieux qu'une grande poète disparue, Hélène Monette, pour y apparaître, le temps d'un hommage bien mérité. 

Deux ans après la disparition d'Hélène Monette, sa fille unique Lili Monette-Crépô se dit prête à rendre hommage à l'auteure de Thérèse pour joie et orchestre et Où irez-vous armés de chiffres?

«Vivre le deuil a été éprouvant et c'est dur de rentrer là-dedans parfois. L'eau a passé sous les ponts. Je pense à elle tous les jours, mais je sentais que c'était le bon moment et le bon festival. Comme je connais Kimm, j'étais convaincue que ça allait fonctionner.»

C'est en faisant le tri parmi les archives de sa mère que Lili a trouvé des notes en vue d'une soirée hommage, pensée en partie par Hélène!

«Elle m'en avait parlé avant son décès, dit le jeune journaliste. Elle voulait que ce soit une fête. Elle m'a aussi donné la mission de finir d'écrire son dernier recueil qui se trouve dans plusieurs cahiers actuellement.»

Hélène Monette continuera donc de vivre parmi nous. Sur scène et sur papier. 

«Ça va être une belle soirée, ça va être émouvant, je crois. Hélène était une amie. J'ai commencé à monter des spectacles grâce à elle. Petites, nos filles étaient amies ensemble», commente la directrice de Phénomena et codirectrice artistique du cabaret, D. Kimm. 

«Je vais faire un montage de Montréal brûle-t-elle? qui est le texte qui l'a vraiment lancée, dit-elle. On a distribué d'autres textes à différentes personnes pour couvrir tous ses écrits importants.» 

«Pour Hélène, il était important de livrer les textes pour le public, et on a respecté cette volonté.»

Sur scène, on retrouvera notamment la comédienne Markita Boies, les écrivains Paul Chamberland, José Acquelin, Stanley Péan et Catherine Lalonde, ainsi que les musiciens Bernard Falaise, Nicolas Letarte-Bersianik (fils de Louky) et Alexandre St-Onge. 

«Je me sentais plus à l'aise pour animer la soirée, avoue Lili Monette-Crépô, et de rassembler tous ces gens-là autour de moi. J'ai fait un bac en théâtre et quand j'anime, je me sens plus en contrôle. On va passer un beau moment.»

_______________________________________________________________________

Phénomena se déroule jusqu'au 20 octobre à La Chapelle et à la Sala Rossa. festivalphenomena.com

D. Kimm, directrice de Phénomena, et Lili Monette-Crépô, fille d'Hélène Monette... (Photo Alain Roberge, La Presse) - image 2.0

Agrandir

D. Kimm, directrice de Phénomena, et Lili Monette-Crépô, fille d'Hélène Monette

Photo Alain Roberge, La Presse

Quatre autres cabarets d'intérêt, selon D. Kimm

> Kiss my Cabaret, 13 octobre

«Danette MacKay est une comédienne franco-ontarienne qui a vu un cabaret à New York il y a plusieurs années et a créé le sien avec 2boys.tv et Bonbon Bombay, entre autres. Elle est très drôle. Elle anime et joue avec une copine dans un numéro de matantes hilarantes.»

> Cabaret Weimar New York à Montréal, 14 octobre

«On a un artiste incroyable, M. Lamar, le frère jumeau de l'actrice Laverne Cox qui joue dans Orange Is the New Black. C'est aussi un drag queen. Il chante, entre autres choses. On travaille avec le producteur Earl Dax. Ça va être une soirée très class

> Bye Bye Kitty & Friends - Cabaret d'animalités sauvages, 17 octobre

«Claudia Chan Tak, c'est vraiment la relève en danse. Elle est très active. Son cabaret présente les danseurs et danseuses qui montent, comme Philippe Dandonneau, David Albert-Toth et Ariane Famelart. Ça va être corsé. Phénomena donne la chance aux artistes de faire quelque chose de différent.»

> Cabaret du corps dada, 19 octobre

«Phénomena commence à être connu pour sa volonté de changer les habitudes des artistes et des spectateurs. On a un cabaret dada chaque année, mais cette fois j'ai confié la direction artistique à Éliane Bonin, une artiste de cirque anarchiste. C'est l'adorable Krin Haglund qui va animer. Ce sont des gens que j'aime beaucoup.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer