Miyubi: «Une expérience émotive forte»

Dans Miyubi, le porteur de casque de RV se place... (PHOTO FOURNIE PAR LE Studio Félix & Paul)

Agrandir

Dans Miyubi, le porteur de casque de RV se place dans la «peau» d'un robot japonais offert à un garçon le jour de son anniversaire.

PHOTO FOURNIE PAR LE Studio Félix & Paul

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mario Cloutier

Les studios montréalais Félix & Paul présentent cette semaine à South by Southwest un tout premier moyen métrage de fiction en réalité virtuelle, Miyubi.

Depuis plus de trois ans, Félix Lajeunesse et Paul Raphaël multiplient les premières en réalité virtuelle (RV). Ils montreront la version finale d'une primeur mondiale - un moyen métrage de fiction en RV - aujourd'hui, dans le cadre du festival South by Southwest, à Austin, au Texas.

D'autres festivaliers curieux avaient eu droit à une version «finie à 80 %» en janvier à Sundance, explique Félix Lajeunesse en entrevue.

«La version officielle sera lancée dans les prochaines semaines. On annoncera la première montréalaise très bientôt», précise Félix Lajeunesse.

Miyubi est un moyen métrage de 40 minutes qui a nécessité huit mois de production et de postproduction, en partenariat avec Funny or Die, la chaîne de comédie de Will Ferrell. La RV met en vedette l'acteur Jeff Goldblum.

«C'est un développement très important pour notre médium, dit celui qui a signé la coréalisation du moyen métrage, tâche partagée avec son collègue Paul Raphaël. On n'avait jamais produit un film de plus de 15 minutes. Cette fois, on a laissé l'histoire nous guider au-delà des 20 minutes qu'on prévoyait faire pour aller jusqu'à 40 minutes en excluant les scènes cachées.»

Dans la «peau» d'un robot

Le porteur du casque de RV se place, en fait, dans la «peau» d'un robot japonais offert à un garçon le jour de son anniversaire. Le récit se déroule en 1982, donc au début des expériences en robotique domestique.

«C'est un jouet avec des fonctions de base. Il peut répéter des mots et calculer des formules mathématiques. On vit un an dans la "peau" du robot qui passe de septième merveille du monde, aux yeux de la famille, à jouet peu à peu délaissé.»

Félix Lajeunesse et Paul Raphaël ont coréalisé le... (PHOTO TAYLOR JEWELL, ARCHIVES INVISION/ASSOCIATED PRESS) - image 2.0

Agrandir

Félix Lajeunesse et Paul Raphaël ont coréalisé le film en réalité virtuelle Miyubi, produit en partenariat avec Funny or Die.

PHOTO TAYLOR JEWELL, ARCHIVES INVISION/ASSOCIATED PRESS

En réalité virtuelle, le rôle du spectateur est au centre des préoccupations des créateurs. Expérience virtuelle, immersive, interactive?

«Dans The People's House [une visite de la Maison-Blanche avec les Obama], on n'avait pas à ancrer le spectateur dans l'histoire. En fiction, on doit l'inclure sans que cela devienne un jeu vidéo. C'est une expérience narrative avec un certain niveau de participation du spectateur. C'est un équilibre à trouver.»

Toutes les scènes du film sont tournées à 360 degrés en plan-séquence, un cadre assez exigeant pour les acteurs. «C'était un gros défi dans Miyubi, le but étant de créer une expérience émotive forte pour le spectateur», admet Félix Lajeunesse.

Une série avec la NASA

Félix & Paul ont déjà tourné avec Barack Obama, le Cirque du Soleil et Reese Witherspoon. Toujours à l'avant-garde, ils s'intéressent à des projets de plus en plus interactifs, sans tomber dans le jeu vidéo, mais ils continueront aussi de créer des documentaires spectaculaires. Prochaine étape: les étoiles!

«On développe une série avec la NASA sur le présent et le futur de l'exploration spatiale. Il n'y a pas d'interactivité là-dedans. C'est vraiment du documentaire. Nous sommes des cinéastes et ne cherchons pas à entrer en compétition avec les jeux vidéo», explique Félix Lajeunesse.

À South by Southwest, ils présenteront Miyubi et leur documentaire avec la famille Obama. Chefs de file mondiaux obligent, ils donneront aussi une classe de maître, où ils ne dévoilent que 50 % de leurs secrets, glisse Félix Lajeunesse. Ils présenteront également leur nouveau portail internet.

En plus de trois ans, cette jeune entreprise montréalaise a senti le vent prendre dans ses voiles assez vite, dit-il. Le studio a ouvert un bureau à Los Angeles et emploie désormais une cinquantaine de personnes dans le Vieux-Montréal.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer