Le Festival de Bayreuth s'ouvrira sans Angela Merkel

Angela Merkel... (Photo: AFP)

Agrandir

Angela Merkel

Photo: AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Simon Morgan
Agence France-Presse
Francfort

Les nuages s'amoncellent dans le ciel du célèbre Festival d'opéra de Bayreuth, qui s'ouvrira vendredi sans Angela Merkel pour la première fois en dix ans, après une édition 2013 chahutée lors du bicentenaire de Richard Wagner.

Depuis son entrée en fonctions en 2005, la chancelière allemande n'avait manqué aucune ouverture de cet événement musical et mondain organisé chaque été en Bavière et entièrement dédié à l'oeuvre de Wagner. Cette année, elle a évoqué un «conflit d'agenda».

Mme Merkel, pour qui Bayreuth est l'une des rares occasions de troquer ses traditionnels tailleurs-pantalons contre une robe de soirée, fera le déplacement dans le courant du festival, a assuré le porte-parole de l'événement, Peter Emmerich.

Il se murmure cependant, parmi les festivaliers, que sa défection viendrait de l'oeuvre jouée en ouverture de cette 103e édition, le Tannhäuser mis en scène par l'Allemand Sebastian Baumgarten, qui fait l'unanimité contre lui depuis sa création en 2011.

Lapidaire, le Frankfurter Allgemeine Zeitung a estimé que Bayreuth souffrait d'«artériosclérose artistique» et devenait «à peu près aussi excitant qu'une bière éventée».

Kalachnikovs et prostituées

Depuis longtemps, le choix des metteurs en scène divise les aficionados de Wagner qui gravissent chaque année la fameuse colline verte sur laquelle trône la Festspielhaus, le théâtre dessiné par le compositeur pour que son oeuvre y soit représentée.

Loin de faire taire les critiques, l'arrivée en 2009 des arrières-petites-filles de l'artiste à la tête de l'événement, Katharina Wagner et Eva Wagner-Pasquier, les a au contraire exacerbées à un niveau inégalé.

Katharina, elle-même directrice de théâtre, prendra seule l'an prochain les rênes du festival. Mais ses productions, dont elle partage l'esthétique punk avec nombre des metteurs en scène qu'elle invite à Bayreuth, n'ont jamais été très populaires.

L'un de ces metteurs en scène, l'enfant terrible du théâtre allemand Frank Castorf, avait marqué l'édition 2013 par son interprétation controversée du Ring, la célèbre tétralogie de Wagner, présentée à l'occasion du bicentenaire de la naissance du compositeur.

Le public plutôt conservateur de Bayreuth avait longuement hué cette relecture à la Tarantino de L'Or du Rhin, la Walkyrie, Siegfried et Le Crépuscule des Dieux, avec kalachnikovs, coït de crocodiles et prostituées en guise de vierges du Rhin.

Castorf, désigné tardivement pour la mise en scène de la tétralogie après une première tentative auprès du cinéaste Wim Wenders, avait déjà fait savoir l'an dernier qu'il avait manqué de temps pour travailler.

Sièges vides?

Plus vindicatif cette année, il a accusé le duo de directrices de l'avoir traité comme un «idiot» et de régner sur la Festspielhaus dans un climat de peur et d'intimidation digne de l'ex-Allemagne de l'Est, dans une entrevue à l'hebdomadaire Der Spiegel.

Le metteur en scène a laissé entrevoir une possible bataille judiciaire, annonçant avoir pris conseil auprès de l'avocat et figure de la gauche radicale allemande Gregor Gysi.

La désaffection publique et critique pour les mises en scène retenues à Bayreuth commence à se refléter dans les ventes de billets, un indicateur alarmant pour un festival habitué à se tenir à guichets fermés.

Les billets pour Bayreuth sont traditionnellement les plus courus dans le monde de l'opéra et de la musique classique, avec des listes d'attente s'élevant à dix ans et plus.

Mais cette année, alors qu'une série de billets a pour la première fois été mise en vente directement sur l'internet, tous n'ont pas été immédiatement écoulés. Il reste même des places libres pour l'un des volets du Ring la semaine prochaine.

Le Festival de Bayreuth se tiendra jusqu'au 28 août, avec au total 30 représentations de sept opéras, Tannhäuser, Le Vaisseau Fantôme, Lohengrin et les quatre oeuvres du Ring. Après le gros effort consenti l'an dernier pour monter le Ring, aucune production nouvelle n'est annoncée.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer