Igloofest: Dubstep? Loin derrière Skream

Depuis le milieu de la précédente décennie, Oliver Dene Jones est un... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Depuis le milieu de la précédente décennie, Oliver Dene Jones est un incontournable de la musique électronique anglaise.

Sous le pseudonyme Skream, il a été l'un des DJ/réalisateurs les plus marquants du dubstep, style électro très en vogue il y a quelques années... et que ses esprits fondateurs (Benga, Hatcha, Artwork, Digital Mystikz, Kode 9, Horsepower Productions, etc.) ont progressivement abandonné lorsque la standardisation de la forme et les enjeux commerciaux l'ont emporté sur l'innovation.

Rappelons que le dubstep était à l'origine un sous-genre issu du croisement... d'autres sous-genres: 2-step garage (excroissance du UK garage qui s'inscrit dans la lignée house), broken beat londonien, drum'n'bass, jungle, dub, reggae.

Originaire de la banlieue sud de Londres, nous rappellent ses profils biographiques, Oliver Dene Jones a été disquaire chez Big Apple Records. Il y a connu Hatcha et Benga, autres pionniers du dubstep. À l'âge de 15 ans, il séchait ses cours et se procurait le logiciel de mixage FruityLoops pour ainsi se mettre à la tâche avec les résultats que l'on sait.

En 2005, sa pièce Midnight Request Line a été considérée comme le premier tube dubstep. Surtout pour ses qualités mélodiques, donc plus propices au succès de masse, l'approche de Skream a marqué la planète électro. Depuis ses débuts, il aurait ficelé plusieurs centaines de pièces, chansons et remixes. Il a aujourd'hui 27 ans.

En circulation depuis 2004, les enregistrements de Skream sont nombreux, quoiqu'il n'ait lancé qu'une paire d'albums, comme c'est souvent le cas dans la musique électronique. Il a ainsi préféré multiplier les pièces et chansons de toutes tailles, maxis, remixes et travaux de réalisation avec plusieurs artistes - Harmless, Goldie, Laroux, Bat for Lashes, Chromeo et autres John Legend. Pas étonnant qu'il ait été associé à une pléthore de labels - Tempa, Ministry of Sounds, Defected Records, Planet Mu, Ringo, Basshead, etc. En 2006, la station anglaise Rinse FM lui a donné l'occasion d'animer l'émission hebdomadaire Stella Sessions.

Les deux seuls albums complets de Skream ont été lancés sous étiquette Tempa, Skream! et Outside the Box, respectivement en 2006 et 2010. Avec ses collègues Benga et Artwork, il a formé le groupe Magnetic Man et lancé en 2010 un opus sous la même bannière.

Skream a tourné la page dubstep. Désormais, il refuse d'être associé au sous-genre dont il a été un des principaux architectes. À titre de DJ/réalisateur, ses interventions récentes sont plus éclatées, et donc plus difficiles à circonscrire; si elles touchent parfois la techno actuelle, elles peuvent aussi s'approcher de la house originelle, de la disco ou du funk avec un fort parfum des années 70.

Qu'en sera-t-il samedi soir, 22 h 30, scène Sapporo?

L'expérience Igloofest

Nouvelle scène

À l'Igloofest, on est très fier de la nouvelle scène Vidéotron Mobile qui peut accueillir jusqu'à 700 technoheads dans un environnement immersif que bordent des conteneurs disposés en losange. À l'intérieur de cette «muraille», la firme 4U2C (for you to see), branche créative de la société de sonorisation Solotech, a imaginé un environnement multimédia pas piqué des vers: éclairages sophistiqués et projections vidéo étoffent les performances des DJ/réalisateurs. Voilà qui s'annonce fort différent du modeste Igloo Virgin Mobile des années précédentes, dont la capacité d'accueil (180 personnes) était nettement inférieure à celle du nouvel espace.

Plus de lumières, plus d'images

La scénographie de la scène Sapporo, indiquent les promoteurs de l'Igloofest, a été entièrement revue, puisque la surface de projection a été doublée. Pour créer les images de ces 12 soirées prévues au programme, plusieurs VJ montréalais ont été recrutés - Baillat Cardell et fils,TiND, Ma', Gridspace, Diagraf, Chocobeets, etc. Côté sonorisation, on promet une intelligibilité sonore accrue en inaugurant un système «5.1 surround». On apprend, en outre, que les éclairages ont aussi été améliorés; on nous promet «plus de punch» pour chaque intervention technoïde au programme. Rappelons que l'aire principale de l'Igloofest peut compter environ 7000 personnes à la fois.

Le Village d'Igloo

Les aménagements du Village d'Igloo, espace de détente et d'amusement pour l'igloofestivalier, ont aussi été améliorés. Le château de glace y est plus considérable que lors des années précédentes. Deux glissades ont été construites (au lieu d'une auparavant). De nouvelles activités gratuites sont offertes: curling sur glace, compétition de tambours taïko, jeu de Yéti qui consiste à crier très fort et ainsi déclencher une avalanche de cubes sur lesquels est prévue une projection 3D (mapping), etc. Comme par les années passées, sont maintenus les bars de glace, les feux de bois avec guimauves, le studio de photo réservé aux porteurs de combinaisons une pièce, etc. La capacité d'accueil du Village d'Igloo est d'environ un millier de personnes.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Igloofest: un temps doux parfait

    Autres festivals

    Igloofest: un temps doux parfait

    Après les froids arctiques et le grésil de l'an dernier, les cieux ont fait un cadeau aux organisateurs d'Igloofest avec un temps doux fort agréable... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer