Festivals estivaux: la recette du succès

Éric Harvey (à gauche) et Fred Poulin ont eu... (Photo Flora Garnier, fournie par Ambiances Ambiguës)

Agrandir

Éric Harvey (à gauche) et Fred Poulin ont eu l'idée d'organiser un nouveau festival, La Noce, à Saguenay, leur ville natale. « Il y avait un manque au niveau de l'offre culturelle », affirme Éric Harvey.

Photo Flora Garnier, fournie par Ambiances Ambiguës

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphanie Dupuis
La Presse

Des centaines de festivals animent les fins de semaine estivales du Québec année après année. Comment s'assurer du succès d'un événement alors que l'offre est si grande? La Presse en a discuté avec Simon Proulx, Fred Poulin et Éric Harvey, qui lancent cet été deux nouveaux événements.

Producteurs d'événements depuis une vingtaine d'années, Fred Poulin et Éric Harvey d'Ambiances Ambiguës se lancent dans une nouvelle aventure: La Noce, un événement destiné à valoriser la vie culturelle de Saguenay.

Lancer un événement dans leur ville natale allait de soi pour eux. «Il y avait un manque au niveau de l'offre culturelle», affirme Éric Harvey.

Pour le Drummondvillois Simon Proulx, membre des Trois Accords et cofondateur du Festival de la poutine et du nouveau Festival de la blague, sa ville natale est le «centre du monde». En plus d'être à l'origine de la recette de la poutine, elle propose un nombre croissant de rassemblements culturels. Ce qui en ressort, c'est la fierté des gens pour leurs racines.

Implanter un festival dans une région signifie aussi offrir une programmation qui lui ressemble. Cela suscite un engouement autant chez les artistes locaux que chez les résidants. «Le Saguenéen Philippe Brach est rapidement entré dans l'équation lorsqu'on a commencé à parler du projet de La Noce», ajoute Éric Harvey.

De l'importance de la préparation

Pour renforcer la crédibilité du projet, les producteurs ont défini un message à véhiculer. «En réfléchissant à une équation réinventée pour les 10 ans du Festival de la poutine, nous nous sommes rendu compte du détour humoristique que l'on prenait. Ainsi est née l'idée du Festival de la blague», raconte Simon Proulx.

Pour mettre sur pied un festival, il faut des partenaires. La notoriété des personnes au coeur du projet joue donc un rôle primordial. «Lorsque la ville ou les gens ont une bonne expérience avec toi, ils ont tendance à embarquer dans tes projets», indique Fred Poulin.

Le lieu de l'événement doit aussi être rassembleur.

Simon Proulx croit que la clé du succès est la préparation. Sans oublier le budget, qui se doit d'être réaliste: «Quatre-vingt-dix pour cent des gens se font recaler lorsqu'ils ne sont pas préparés.»

Les aspects visuels comme le logo et l'affiche peuvent ensuite être conçus.

«C'est important d'avoir une image forte dont les gens se souviendront», indique Fred Poulin, d'Ambiances Ambiguës.

Le Festival de la poutine célèbre cette année... (PHOTO FRÉDÉRIC CÔTÉ, FOURNIE PAR SPECTRE MÉDIA) - image 2.0

Agrandir

Le Festival de la poutine célèbre cette année son 10e anniversaire.

PHOTO FRÉDÉRIC CÔTÉ, FOURNIE PAR SPECTRE MÉDIA

Des années à l'encre rouge

Les premières années financières d'un festival sont souvent marquées à l'encre rouge. Éric Harvey et Fred Poulin croient qu'il faut investir avant tout dans la qualité pour réussir à long terme.

«C'est pourquoi il est important de trouver de bons partenaires dès le début. Encore là, ça peut être long avant d'avoir des retours. La patience devient un atout», confit Fred Poulin.

La météo représente aussi un stress important. En mettant les billets en prévente, les organisateurs s'assurent que les festivaliers seront au rendez-vous.

Éric Harvey estime d'ailleurs qu'un festival gratuit n'est pas une solution viable. «On veut se donner la liberté de faire ce que l'on veut », dit-il. Or, la rigidité de certains commanditaires peut restreindre les choix. « On est toujours dépendant de ceux qui fournissent de l'argent. Je préfère dépendre des festivaliers pour mieux servir leurs intérêts», ajoute-t-il.

Aux yeux des organisateurs, l'événement semble aussi avoir une plus grande valeur lorsqu'il est payant.

Faire vivre une expérience

L'expérience du festivalier est bien entendu au centre de l'attention quand on crée un festival. Ce que les gens sous-estiment, c'est l'importance de l'arrière-scène.

«Tous les moyens sont bons pour faire parler de nous, de la bonne nourriture à l'installation de l'équipement pour l'artiste», avance Fred Poulin.

C'est donc une expérience aussi pour l'artiste qui se produira. «L'objectif n'est pas de faire de l'argent nécessairement, mais d'installer quelque chose d'unique», soutient Éric Harvey.

Deux villes, trois festivals

Festival de la poutine

Le Festival de la poutine de Drummondville, qui célèbre cette année ses 10 ans, est un événement musical et gastronomique qui célèbre la fierté culinaire québécoise. Half Moon Run, Alex Nevsky, Les soeurs Boulay et Les Trois Accords sont parmi les artistes qui monteront sur scène entre le 24 et le 26 août.

Festival de la blague

Le Festival de la blague est un événement d'humour à Drummondville. Jay Du Temple, Guillaume Wagner et Jean-Thomas Jobin figurent parmi les têtes d'affiche de ce nouveau festival qui se tiendra les 4 et 5 août.

La Noce

La Noce est un événement musical qui aura lieu dans la Zone portuaire de Saguenay le 8 juillet. Philippe Brach, Klô Pelgag et Mordicus, entre autres, prendront part aux festivités.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer