MC Baldassari: les murs avant les motoneiges

MC Baldassari a créé récemment cette murale dans... (PHOTO FOURNIE PAR L'ARTISTE)

Agrandir

MC Baldassari a créé récemment cette murale dans le cadre de Chromatic Montréal.

PHOTO FOURNIE PAR L'ARTISTE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Avec ses dessins de jeunes femmes aux longs cheveux ondulés inspirés de la bande dessinée, MC Baldassari est une artiste visuelle plus qu'une muraliste.

Exposition Work in Progress, de MC Baldassari, à... (PHOTO FOURNIE PAR MC BALDASSARI) - image 1.0

Agrandir

Exposition Work in Progress, de MC Baldassari, à la galerie Fresh Paint (Montréal), en avril dernier.

PHOTO FOURNIE PAR MC BALDASSARI

L’œuvre sculpturale Boundless, que MC Baldassari expose au... (Photo fournie par MC Baldassari) - image 1.1

Agrandir

L’œuvre sculpturale Boundless, que MC Baldassari expose au MoMA de New York le 11 juin dans le cadre de l’exposition Towers of Power.

Photo fournie par MC Baldassari

Hormis ses collaborations avec le collectif En masse depuis 2011, elle a réalisé sa première véritable murale extérieure lors de l'événement Under Pressure en 2013. Pourtant, elle est parvenue en peu d'années à se frayer un chemin dans l'univers de l'art urbain international.

Le site de design hongkiat.com, mis en ligne à partir de la Malaisie, l'a placée l'an dernier au sein d'une liste de 20 artistes ou designers à suivre sur Instagram.

En outre, elle faisait partie récemment de l'événement Chromatic Montréal pour lequel elle a créé une murale. Et en avril dernier, elle a présenté sa première expo solo d'envergure à la galerie Fresh Paint.

Des motoneiges à Elisapie Isaac

Cette Montréalaise née à Orange, en France, se destinait pourtant à une carrière en design industriel. Après avoir étudié en arts plastiques à Avignon, elle est venue à Montréal faire un baccalauréat en design industriel. Diplôme en poche, elle a bien failli travailler au design de motoneiges et de motomarines...

« Je tripais transport automobile, dit-elle en entrevue. J'ai fait un atelier chez Bombardier Produits récréatifs et j'aurais bien pu continuer dans cette voie... »

Grâce à la qualité des illustrations qu'elle affichait sur son blogue, elle a été contactée pour créer une affiche pour le festival de musique Pop Montréal puis du visuel pour la chanteuse Elisapie Isaac.

Et puis tout a déboulé ? Pas du tout. L'artiste a dû travailler comme vendeuse et elle doit encore multiplier les efforts pour obtenir des contrats réguliers.

Des garçons aux filles

Si MC Baldassari a dessiné beaucoup de garçons (« quand j'étais très "tomboy" », dit-elle), elle s'est mise un jour à créer ces belles jeunes filles un peu rebelles, aux cheveux longs et aux grands yeux qui sont devenues sa signature. Des filles qui ne sourient pas, voire qui font la « baboune ».

« J'ai découvert ma féminité à travers mon art. Je me suis fait dire très souvent que ces filles étaient mon autoportrait. Quelque part, tu représentes qui tu es ou qui tu voudrais être. »

Féministe, MC Baldassari ? Pas du tout. « Quand j'étais jeune, mes amis étaient surtout des gars, indique-t-elle. Je ne me suis jamais sentie discriminée. Je dessine des femmes, mais je n'ai rien à défendre, même si je sais que la cause féministe existe. Mon engagement à moi, c'est le plaisir. Je ne peux même pas dire que je suis une "street artist". Je suis plus artiste visuelle pluridisciplinaire, portraitiste, designer. Je fais de tout et j'adore ça. »

Ce matin, elle amorcera sa murale sur la façade qui avait accueilli Fred Caron l'an dernier, dans la ruelle située à l'ouest du boulevard Saint-Laurent, à l'intersection de la rue Prince-Arthur. Elle y créera une oeuvre conforme à son style : « Des femmes, des cheveux ! »

Il s'agira de sa plus grande oeuvre jamais réalisée, un travail qui représente tout un défi pour elle, car la ruelle est étroite. Elle n'aura guère de recul pour la faire. De plus, l'oeuvre, qui nécessitera 10 jours de création, sera surtout visible de biais, depuis la rue Prince-Arthur. Mais l'artiste aime les défis.

Marie-Clémentine (de son vrai nom) n'a pas peur de s'impliquer. Elle participera d'ailleurs, le 11 juin au MoMA de New York, à l'exposition Towers of Power, où 35 femmes artistes présentent chacune une oeuvre inspirée des réservoirs d'eau installés sur les toits de New York, les fameux Boundless Brooklyn Water Towers. Une autre Montréalaise, Klor, du duo 123Klan (qui faisait partie de Mural 2014), a été retenue.

Talentueuses, les filles de Mural font parler d'elles...

Festival Mural

Du 4 au 14 juin, dans les environs du boulevard Saint-Laurent (fermé de la rue Sherbrooke à l'avenue du Mont-Royal)

20 nouvelles oeuvres murales

Artistes présents : Nychos (Autriche), Curiot (Mexique), Jaz (Argentine), Faith47 (Afrique du Sud), Bicicleta Sem Freo (Brésil), Axel Void (Espagne), 2Alas (États-Unis), Elian (Argentine), C-215 (France) et les Canadiens Xray, Earth Crusher de A'Shop, Monk.E, Astro, Melissa Del Pinto, MC Baldassari, Eric Clement, Benny Wilding, Jarus, Opire et 4-TIN.

Ce soir: Vernissage public de Cyrcle (États-Unis), à la galerie Station 16 (3523, boulevard Saint-Laurent), à 18 h

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer