Coup de jeune au 24e festival Présence autochtone

André Dudemaine, directeur du festival Présence autochtone, a... (Photo André Pichette, La Presse)

Agrandir

André Dudemaine, directeur du festival Présence autochtone, a dévoilé hier la programmation de la 24e édition.

Photo André Pichette, La Presse

Mario Cloutier

«Présence autochtone est le plus jeune des vieux festivals», selon son directeur André Dudemaine. Force est de lui donner raison devant un événement qui présente une flopée de jeunes artistes autochtones - cinéma, musique, théâtre, arts visuels - sous l'oeil de l'invitée d'honneur, le Prix Nobel Rigoberta Menchú, du 30 juillet au 5 août prochains.

Cinéma

Présence autochtone projette 21 longs métrages d'une dizaine de pays, la plupart en primeur, et 17 en compétition.

Lors de la soirée d'ouverture, l'on présentera un moyen métrage sur les jeunes joueurs de hockey autochtones de Kim Obomsawin, La ligne rouge.

Aussi: le plus récent film du légendaire cinéaste bolivien Jorge Sanjinés, Insurgentes, la fiction The Activist sur les crises autochtones aux États-Unis et une autoproduction (sans l'appui, donc, de Téléfilm ou de la SODEC) documentaire québécoise de Joel Montañez. Le jury sera présidé par le comédien Sébastien Ricard.

Musique

Trois concerts, dont le grand retour de Samian sur la place des Festivals. Le jeune homme a vécu un deuil et dit avoir «beaucoup appris» pensant son année loin de la scène. Dans une forme splendide, il revient avec un nouveau CD et un spectacle gratuit le 31 juillet qui oscillera entre «grande fête» et «gros pow-wow».

Shauit fera danser la foule tout de suite après au Club Soda. Aussi: DJ Shub (A Tribe Called Red) se produira avec la violoncelliste Cris Derksen pour une soirée Électrochoc. Enfin, le 2 août, deux vedettes montantes, les auteurs-compositeurs-interprètes inuits Beatrice Deer et Sinuupa.

Rigoberta Menchú

Prix Nobel de la paix 1992, Rigoberta Menchú participera pour la deuxième fois à Présence autochtone.

La digne représentante de la culture maya était au festival pour la première fois en 2001. Elle remettra un prix portant son nom à un film qui favorise le développement des communautés autochtones, et ce, pour les 13 prochaines années (le chiffre 13 correspondant à un cycle complet dans la numérologie maya).

Théâtre et arts visuels

Grâce à de nombreux partenariats, Présence autochtone couvre de plus en plus largement les démarches artistiques des membres des Premières Nations.

Il y aura donc du théâtre de rue avec l'artiste multimédia Moe Clark, des marionnettes géantes lors du Défilé de l'amitié Nuestraamerica.

Le photographe Roland Lorente proposera ses photos de danseurs de pow-wow et la prometteuse artiste Eruoma Awashish, ses oeuvres récentes.

Wapikoni

La soirée de clôture du festival soulignera les 10 ans du Wapikoni mobile et du travail extraordinaire de sa directrice Manon Barbeau. Des films de jeunes d'ici ainsi que de pays comme le Chili, la Bolivie et le Panama seront présentés.

Un symposium international, au sujet de cette réappropriation des moyens audiovisuels par les Premières Nations, aura également lieu dans le cadre du colloque Regards autochtones sur les Amériques.

Détails: presenceautochtone.ca




la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer