Salon du livre: petit guide de survie

Pour la majorité des auteurs, les séances de... (PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Pour la majorité des auteurs, les séances de signature au Salon du livre sont un exercice de grande humilité.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Salon du livre de Montréal 2016

Arts

Salon du livre de Montréal 2016

Découvrez nos entrevues avec les écrivains et les moments forts du Salon du livre de Montréal 2017. »

Des dizaines de milliers de visiteurs, plus de 2000 auteurs et environ 1000 maisons d'édition... Visiter le Salon du livre peut s'avérer sportif. Voici quelques conseils pour en faire une expérience positive.

Attention aux ego fragiles!

Pour la majorité des auteurs, les séances de signature sont un exercice de grande humilité. Dans Passez au salon - 150 anecdotes de salons du livre (Québec Amérique), les journalistes Hugo Fontaine et Isabelle Massé ont recueilli les témoignages de plusieurs auteurs, dont celui de Georges-Hébert Germain. Il confiait que lors d'une séance de dédicace pour sa biographie de Guy Lafleur, les gens ignoraient complètement qui il était. Quand il proposait une dédicace aux lecteurs, venus pour voir leur héros, ces derniers répondaient: «Si vous voulez...» Claudia Larochelle, qui a déjà signé des livres aux côtés d'India Desjardins, raconte pour sa part qu'une jeune fille lui avait demandé une signature «parce qu' [elle faisait] pitié». Petit conseil aux visiteurs: ménagez l'ego des pauvres écrivains moins connus. Et ne leur demandez pas où se trouve la table de Patrick Senécal ou de Louise Penny...

Profitez des activités

On aime bien aller au Salon du livre pour faire dédicacer le livre de son auteur préféré, mais le Salon, c'est beaucoup plus que cela. Durant six jours, on présente des dizaines de tables rondes, des entrevues devant public et toutes sortes d'activités autour du livre. Les occasions d'écouter des écrivains échanger autour d'une oeuvre ou d'une idée sont assez rares, il faut en profiter.

Claudia Larochelle, qui a déjà signé des livres... (PHOTO BERNARD BRAULT, archives LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Claudia Larochelle, qui a déjà signé des livres aux côtés d'India Desjardins, raconte pour sa part qu'une jeune fille lui avait demandé une signature «parce qu' [elle faisait] pitié».

PHOTO BERNARD BRAULT, archives LA PRESSE

Visitez les petites maisons d'édition

Quand l'auteure Sophie Bienvenu visite le Salon du livre, elle en profite pour sortir des sentiers battus. «Je vais visiter les petites maisons d'édition, celles qui publient des romans graphiques ou de la poésie. Souvent, l'éditeur est sur place et on a le temps de discuter.» Une bonne idée à emprunter.

Échangez avec les auteurs

«On est là pour parler, pas pour vendre des livres», confie Marie Laberge dans Passez au salon. Alors si vous ou votre enfant collectionnez les signets, prenez tout de même la peine d'échanger quelques mots avec l'auteur s'il est seul à sa table. Ça lui fera sûrement plaisir.

Profitez des heures moins fréquentées

Vous n'aimez pas les foules? Ne visitez pas le Salon du livre le samedi après-midi, vous allez souffrir. Cela dit, ce n'est pas une raison pour bouder le Salon. En début ou en fin de journée ainsi qu'autour de l'heure des repas, l'affluence diminue.

«À la fin du Salon, tout le monde finit avec une grippe du c..., raconte Marie-Sissi Labrèche dans Passez au salon. Nous sommes desséchés, la peau nous craque dans la face comme la Joconde, l'air est sec, les lèvres sont gercées au possible et les yeux sont injectés de sang.» Vous voyez le topo? Alors n'oubliez pas de vous hydrater.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer