Rose-Line Brasset: romancière globe-trotteuse

Rose-Line Brasset... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Rose-Line Brasset

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Lorsqu'elle a créé le personnage de Juliette, il y a trois ans, Rose-Line Brasset ne s'attendait pas à rejoindre autant de jeunes adolescents avec ses histoires qui font découvrir le monde. Huit romans plus tard, Juliette a toujours 13 ans, bientôt 14, et continue de parcourir le globe de ville en ville avec sa mère.

« Quand j'écris un Juliette, c'est d'abord et avant tout parce que j'ai visité un endroit avec ma fille, raconte l'auteure qui vit à Québec. Je me documente de façon très minutieuse et je trouve un "fixer" sur place qui va nous aider à rencontrer des familles pour voir comment elles vivent. »

En plus de transporter ses lecteurs dans les aventures de cette jeune fille moderne - qui ne manque jamais de faire une foule de rencontres - , la série est doublée d'un guide touristique et truffée d'informations sur la façon de vivre et les valeurs locales.

« À Rome, par exemple, on a rencontré des enfants dans une école à qui on a pu poser toutes nos questions. Et là, on arrive d'Athènes, où mon réseau de journalistes m'a permis de rencontrer une photographe de presse qui a une fille de l'âge de la mienne [19 ans], alors on a pu faire plein d'activités ensemble. »

Après Barcelone, Amsterdam, La Havane, Paris et, plus récemment, San Francisco, Rose-Line Brasset vient de terminer la rédaction de Juliette à Londres, qui devrait sortir au printemps prochain. « J'ai toujours pensé faire autant de romans dans la série que je ferais de voyages avec ma fille. Tant qu'on voyage ensemble, il va y avoir des Juliette parce que j'ai à coeur de continuer avec ce personnage », confie l'auteure, qui en profite pour aborder dans ses livres des thèmes sensibles, comme l'intimidation, la difficulté de grandir dans une famille monoparentale et la maladie d'un parent.

« J'ai envie de dire aux enfants que ce qu'ils vivent, d'autres le vivent aussi. J'ai réellement le sentiment de faire oeuvre utile... J'ai l'impression qu'en exprimant les sentiments et les événements que vivent les jeunes, ils vont se reconnaître dans les bons et les mauvais jours de Juliette et se sentir acceptés. »

En attendant son prochain voyage, la romancière se réjouit de la toute nouvelle arrivée de Juliette en bande dessinée, chez l'éditeur belge Kennes. Le lancement du premier tome - Juliette à New York - a été prévu pour coïncider avec le Salon du livre de Montréal. Et Juliette n'aura pas le temps de chômer, puisque le deuxième album est déjà en chantier.

Souvenir de Salon : Une rencontre mémorable

Rose-Line Brasset se souvient d'une jeune fille de Montréal, originaire d'Amérique du Sud, qui apprenait le français et avait commencé à lire ses romans. « Le tuteur qui lui donnait un coup de main m'a écrit de sa part pour me dire à quel point la lecture des Juliette avait changé sa vie, qu'elle s'identifiait au personnage et à son désir de se lier avec des gens de tous les pays visités, et qu'elle se reconnaissait aussi bien dans son ouverture au monde que dans son imperfection. Elle rêvait de me rencontrer. Comme elle a bien réussi son année scolaire, l'an dernier, sa maman l'a amenée à l'une de mes séances de signature à Québec pour la récompenser d'avoir bien travaillé à l'école. On a pu se parler et prendre une boisson gazeuse ensemble. Je crois que mes histoires ont vraiment un impact dans la vie des enfants. »




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer