FrancoFolies: un Gainsbourg symphonique avec la muse Birkin

Arthur H interprétera l'intégralité de L'histoire de Melody... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Arthur H interprétera l'intégralité de L'histoire de Melody Nelson, premier album-concept de Serge Gainsbourg, dans le cadre des 28es FrancoFolies.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Lemay
La Presse

Un Gainsbourg symphonique avec l'OSM et Jane Birkin: voilà le grand coup annoncé hier par les FrancoFolies de Montréal, qui en seront à leur 28e présentation du 9 au 18 juin 2016.

En première partie de ce spectacle historique à plus d'un égard, Arthur H. interprétera l'intégralité de L'histoire de Melody Nelson, premier album-concept (1971) de Serge Gainsbourg, dans lequel Jane Birkin, sa muse, apparaissait brièvement.Simon Leclerc, un des grands célébrants québécois du mariage pop-symphonie, dirigera l'OSM pour ce concert du vendredi 10 juin à la Maison symphonique - soirée qui, d'emblée, place les prochaines «Francos» sous d'heureux auspices.

«Au-delà du performer capoté, j'ai toujours eu beaucoup de respect pour Serge Gainsbourg», nous disait hier Simon Leclerc, chef associé de la série de concerts OSM Pop qui vient notamment de présenter deux soirées soul avec Normand Brathwaite et sa garde rapprochée.

«Gainsbourg, c'est l'audace, bien sûr, mais c'est aussi l'intelligence de la musique et des textes.»

Contrairement à son habitude, le chef n'aura pas à écrire les arrangements, déjà réalisés par le Japonais Nobuyuki Nakajima, le pianiste de Jane Birkin.

Par contre, Leclerc et l'équipe de l'OSM cherchent à mettre la main sur les partitions originales de Melody Nelson, qui ajouteraient beaucoup, évidemment, à la «vérité» de la recréation avec Arthur H.

Comme «personnage éclaté» pour incarner Gainsbourg, l'OSM a proposé Arthur H, un favori des Québécois, et Mme Birkin a tout de suite donné son aval. Et les partitions? «Ce n'est pas gagné, mais on y travaille...»

Quatre autres spectacles

LOUISE ATTAQUE

Dix ans après son dernier disque, le groupe rock français Louise Attaque, qui vient de se reformer, sera au Métropolis le 14 juin pour des retrouvailles longtemps attendues: la seule visite de l'énergique sextet aux FrancoFolies remonte à 1998.

SEPT JOURS EN MAI

Côté québécois, l'intérêt est d'abord attisé par le projet «actuel» Sept jours en mai, qui a réuni Michel Rivard, Luc De Larochellière, Éric Goulet, Mara Tremblay et le duo Mountain Daisies. Pendant sept jours en mai (2015), ces talents vivants, forts, divers ont, ensemble, écrit, composé, arrangé et enregistré un disque dont on annonce déjà le rendu scénique, avant même sa sortie. Une idée de l'infatigable Rivard, ces Sept jours en mai, présentés en concentré le 16 juin au Gesù.

PELCHAT CHANTE BÉCAUD

Et maintenant... Bécaud! Autre connexion franco-québécoise: cet hommage de Mario Pelchat à celui que l'on surnommait «Monsieur 100 000 volts», une suite normale, attendue, si l'on se fie aux ventes du disque du même titre sorti en septembre. Gilbert Bécaud (1927-2001) a chanté une seule fois aux FrancoFolies, en 1992 au St-Denis. Le jour où la pluie viendra, le vendredi 17 juin, ses vieux fans, réunis au Théâtre Maisonneuve seront «les plus riches du monde»...

LE «BLACK JACQUES BREL»

Soulignons finalement la quatrième visite depuis 2009 d'Oxmo Puccino, rappeur des cités qui mélange en un art unique les rythmes urbains à la poésie de la chanson française traditionnelle, lignes coups de poing en sus. Oxmo Puccino, de son vrai nom Abdoulaye Diarra, entraînera ses fans dans sa propre Voie lactée, le 11 juin au Métropolis. À Montréal, le «Black Jacques Brel» du Mali ne s'est jamais produit ailleurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer