Leonard Cohen - Une brèche en toute chose: la lumière de Cohen

Le Musée d'art contemporain de Montréal présente une... (Photo Alain Roberge, La Presse)

Agrandir

Le Musée d'art contemporain de Montréal présente une exposition inventive, critique et émouvante sur Leonard Cohen jusqu'au 9 avril.

Photo Alain Roberge, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Éric Clément
La Presse

La dimension de l'homme comme de l'artiste rendait immense tout défi de célébrer Leonard Cohen. Le Musée d'art contemporain de Montréal (MAC) est parvenu à renouveler le sens de l'hommage avec une exposition inventive, critique et émouvante. Un grand moment qui révèle la lumière de Cohen, comblera ses fans et constitue un cas d'excellence muséale.

«C'est une exposition qui va marquer Montréal comme monsieur Cohen a marqué Montréal pour toujours.»

La présidente de la Société des célébrations du 375e anniversaire de Montréal, France Chrétien-Desmarais, a inauguré en ces mots, hier, l'exposition Leonard Cohen - Une brèche en toute chose. Une inauguration empreinte de solennité et de respect envers un homme, un poète, un écrivain disparu le 7 novembre 2016 et dont le talent et l'humanité sont célébrés partout depuis.

Mais célébrer n'est pas se prosterner. Les commissaires Victor Shiffman et John Zeppetelli (directeur du MAC) l'ont bien compris, il y a deux ans et demi, quand ils se sont penchés sur l'idée d'une expo sur Leonard Cohen à l'occasion de l'anniversaire de la ville qu'il chérissait. 

Une brèche en toute chose, c'est ainsi que pénètre la lumière, disait le chanteur dans Anthem. Ce sont ces brèches dans la carrière et la vie de Cohen que nous donnent à voir et à vivre les 20 oeuvres des 40 artistes de l'exposition. Une expo, autant le dire tout de suite, qu'on ne peut voir en une seule fois, tant il y a à découvrir, à savourer et à ressentir.

L'oeuvre la plus bouleversante s'intitule Passing Through. Diffusé sur trois murs, ce montage efficace et sensible de George Fok offre une heure de Leonard Cohen en concert. Cinq décennies de spectacles dans le monde entier. Des extraits mis parfois bout à bout pour donner à apprécier une chanson interprétée dans les années 60, puis dix ans plus tard. Une oeuvre qui éclaire la personnalité de Leonard Cohen - son humour, sa générosité, sa simplicité - tout comme l'amour de son public.

Dans le même esprit, soulignons la qualité de la création de Kara Blake, qui a monté des entrevues de Cohen dans lesquelles on apprend beaucoup sur sa vie, son travail d'écriture, sa spiritualité, son approche de l'amour. Trente-cinq minutes passionnantes durant lesquelles on retrouve la vivacité de son intelligence.

S'ensuit l'oeuvre magnifique de la Sud-Africaine Candice Breitz, qui est venue à Montréal enregistrer 18 fans de Leonard Cohen, âgés de plus de 65 ans, chantant des chansons de leur idole. Un exercice couplé aux voix de la chorale de la synagogue de l'artiste, Shaar Hashomayim. Superbe!

Les chansons de Cohen sont également célébrées par 18 interprétations nouvellement enregistrées. Confortablement assis, le visiteur peut écouter Ariane Moffatt et l'Orchestre symphonique de Montréal dans une reprise de Famous Blue Raincoat. Mais aussi Feist chantant Hey, That's No Way to Say Goodbye ou encore The National interprétant Memories avec notamment Ragnar Kjartansson.

Avec I'm Good at Love, I'm Good at Hate, It's in Between I Freeze, Michael Rakowitz élabore une réflexion sur les liens entre Cohen et le conflit israélo-palestinien. Un déchirement pour l'artiste juif et humaniste qui a joué devant les troupes d'Ariel Sharon durant la guerre du Kippour, mais qui n'a pu se produire à Ramallah, en Palestine.

Le réalisateur israélien Ari Folman (Valse avec Bachir) participe pour la première fois à une exposition muséale. Son hommage porte sur la mélancolie de Cohen. Il invite les visiteurs à s'allonger, une personne à la fois, dans une «chambre de dépression» qui plonge dans une expérience surnaturelle. Une oeuvre de cinq minutes pour laquelle il faut faire la file...

Expérience également originale des frères Sanchez. Leur installation reproduit le bureau de Cohen dans sa résidence de Los Angeles, ajoutant un élément holographique qui permet de voir le poète, assis sur son balcon, qui tourne soudain la tête vers le visiteur...

Autre coup d'éclat dans l'expo, les performances de Clara Furey. La chorégraphe et danseuse montréalaise propose, pendant 90 jours, une interprétation corporelle du poème When Even The, écrit par Cohen en 1982. Une réflexion sur la mémoire, la vie, la mort, qu'on peut voir aujourd'hui et demain, de 19 h à 20 h 30, et samedi et dimanche, de 14 h à 15 h 30.

Jon Rafman a créé une installation vidéo intitulée Legendary Reality que l'on découvre installé dans un vieux fauteuil troué de cinéma! Un film mêlant science-fiction et images de jeux vidéo qui s'inspire de la quête de sens de Leonard Cohen.

Parmi les oeuvres de conception très contemporaine, signalons Hallelujah, de Zach Richter. Une expérience de réalité virtuelle avec le chanteur Bobby Halvorson. Et la réalisation de Daily tous les jours (Mouna Andraos et Melissa Mongiat) pour laquelle le visiteur s'empare d'un micro pour fredonner Hallelujah en même temps qu'une chorale diffusée par des enceintes.

La chorale est constituée du nombre de personnes qui écoutent en même temps Hallelujah sur internet. Et vibrent donc toutes en même temps à l'exécution de cette chanson. D'ailleurs, quand vous fredonnez vous-même la chanson en étant proche du micro, vous sentez le sol vibrer. Une sensation conforme à l'impression générale qui se dégage de cette exposition qui honore autant Leonard Cohen que tous les artistes qui y célèbrent son art.

__________________________________________________________________________

Leonard Cohen - Une brèche en toute chose, jusqu'au 9 avril 2018 au Musée d'art contemporain de Montréal




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer