Momenta: au-delà du réel

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mario Cloutier
La Presse

Le Mois de la photo a changé de nom, mais Momenta, la Biennale de l'image, démontre une égale recherche de qualité sous la direction d'Audrey Genois et le commissariat d'Ami Barak. La Presse a visité l'exposition centrale de l'événement, présentée en deux lieux: les galeries de l'UQAM et Vox.

Entre la connaissance et la perception, les 23 photographes et vidéastes inclus dans l'exposition centrale de Momenta affirment - comme Magritte il y a 90 ans avec son dessin de pipe - que ceci n'est pas, du moins pas tout à fait, ce que vous voyez. À l'exact opposé du World Press Photo, leurs oeuvres offrent une diversité de points de vue basés non pas uniquement sur le réel, mais aussi sur les manières de l'aborder, voire de le saborder en le questionnant, le manipulant et le décomposant. Voici nos coups de coeur.

Vox

Tracking Happiness (2009) de Mircea Cantor (Roumanie)

Cette vidéo admirable passe du blanc au blanc et du flou au net en montrant des femmes toutes de blanc vêtues balayer du sable blanc afin d'effacer les traces laissées les unes par les autres. Touchante métaphore du temps qui passe, de l'apparition et de la disparition. Avons-nous existé?

Rue Notre-Dame 1887 (2013) de Frédéric Lavoie (Québec)

L'artiste utilise une photo d'archives du déneigement à Montréal, réalisée il y a plus de 100 ans, en y ajoutant une bande sonore plutôt cocasse. Cet hommage au célèbre photographe montréalais William Notman attire notre regard sur des détails de la photo tout en nous plongeant en pleine fiction.

Glass (2011) de Moshe Ninio (Israël)

Installation photographique en quatre parties d'apparence tout à fait anodine. En fait, l'artiste a photographié à différents moments la cabine de protection du nazi Adolf Eichmann lors de son procès de 1961. Le travail de Ninio fait apparaître un spectre sur le bois de la cabine. Troublant!

Phoebe de la série Desvetidas (2015) de Luis Arturo... (photo LUIS ARTURO AGUIRRE, FOURNIE PAR MOMENTA) - image 2.0

Agrandir

Phoebe de la série Desvetidas (2015) de Luis Arturo Aguirre (Mexique)

photo LUIS ARTURO AGUIRRE, FOURNIE PAR MOMENTA

UQAM

Desvetidas (2015) de Luis Arturo Aguirre (Mexique)

Le triptyque présenté à Momenta fait partie d'une série de 28 photos qu'a réalisées l'artiste. Il s'agit de portraits d'hommes au torse nu, maquillés à outrance, à l'image de certaines femmes connues, Amy Winehouse et Carmen Miranda notamment, ou non. Leur regard semble vouloir nous provoquer: qu'as-tu à me juger?

Scarscapes 2 (2017) de Nadia Myre (Québec)

L'artiste présente ici des tirages photographiques de son minutieux travail de perlage rappelant les blessures subies par les Premières Nations au fil des ans. En fixant notre regard sur ces gros plans, on se met à imaginer chacune des perles comme un être humain lié à une foule anonyme, mais enfin prise en considération.

Utopia UT #022 (2008) de Seung Woo Back (Corée du Sud)

Sujet brûlant d'actualité. Ces photos en apparence banales donnent à voir un édifice vu de loin et un cabinet médical. Il s'agit, en fait, d'images composées de différentes photos réalisées à la fois en Corée du Nord et en Corée du Sud. Parfaitement fusionnées, elles démontrent que les deux pays ont bien plus en commun que la politique ne veut le laisser croire.

_________________________________________________________________________

Momenta est présentée dans une vingtaine de lieux à Montréal jusqu'au 15 octobre.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer