• Accueil > 
  • Arts > 
  • Arts visuels 
  • > Installation de Jean-Robert Drouillard: un cadeau de Québec à Montréal 

Installation de Jean-Robert Drouillard: un cadeau de Québec à Montréal

À l'occasion des 375 ans de Montréal, Québec... (Photo Martin Tremblay, La Presse)

Agrandir

À l'occasion des 375 ans de Montréal, Québec a offert à Montréal une installation sculpturale de Jean-Robert Drouillard. Constituée de quatre colonnes surmontées d'une statue d'ado en bronze, l'oeuvre a été insérée dans un nouvel espace, à l'angle des rues Sherbrooke et Rachel.

Photo Martin Tremblay, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À l'occasion du 375e anniversaire de Montréal, la Ville de Québec a offert aux citoyens montréalais, hier, une grande installation du sculpteur Jean-Robert Drouillard. Constituée  de quatre colonnes en fonte surmontées d'une statue d'adolescent en bronze, l'oeuvre  a été insérée dans un nouvel espace aménagé à la jonction des rues Sherbrooke et Rachel.

«Le 375e anniversaire de Montréal est non seulement une célébration de qui nous sommes, d'où l'on vient et vers quoi l'on veut se rendre, mais c'est aussi une occasion d'avoir des marques indélébiles comme celle témoignant de notre magnifique amitié» avec la ville de Québec, a déclaré le maire de Montréal, Denis Coderre, hier, lors de l'inauguration de l'oeuvre d'art public offerte par la Vieille Capitale.

En 2008, Montréal avait offert Rêver le Nouveau Monde, oeuvre de Michel Goulet, à Québec à l'occasion de son 400e anniversaire. Le maire de Québec, Régis Labeaume, présent hier à l'inauguration, a tenu à rendre la politesse à la métropole. 

Poésie et sculpture

Retenue à la suite d'un concours, l'oeuvre a un titre en alexandrins: Le contour des conifères dans la nuit bleue, et les étoiles derrière ma tête sont dans tes yeux. Elle a été installée au sein d'un espace baptisé promenade de la Ville-de-Québec, inséré entre les parcs Guido-Nincheri et Marie-Victorin, au carrefour des artères Sherbrooke, Pie-IX et Rachel et en face de l'entrée du Jardin botanique.

Conçu par la firme d'architecture de paysage Civiliti, l'espace est moderne, avec des bosquets, des lignes courbes tracées au sol, des bancs et des murets de béton qui feront le plaisir des passants... et des planchistes.

Au coeur de l'espace, les colonnes de 4,6 m de Jean-Robert Drouillard ont l'air fragiles, avec leur couleur aluminium qui leur donne un aspect de légèreté. Mais c'est un leurre, car ces colonnes ancrées profondément dans le sol sont en fonte.

Nature québécoise

Sur le côté des colonnes, l'artiste a dessiné huit signes artistiques inspirés notamment de la nature laurentienne et boréale et de l'histoire du Québec.

Le sculpteur Jean-Robert Drouillard devant une des quatre... (Photo Martin Tremblay, La Presse) - image 2.0

Agrandir

Le sculpteur Jean-Robert Drouillard devant une des quatre colonnes de son installation intitulée Le contour des conifères dans la nuit bleue, et les étoiles derrière ma tête sont dans tes yeux.

Photo Martin Tremblay, La Presse

Au-dessus des colonnes, éclairées la nuit de l'intérieur, quatre personnages en bronze de quatre pieds de haut sont vêtus de chandails de baseball portant un numéro renvoyant à la fondation de Québec en 1608 (08), à celle de Montréal en 1642 (42), à Expo 67 (67) et aux Jeux olympiques (76).

«Quelle brillante idée que d'avoir mis des chandails de baseball. Ça me touche, ça vient me chercher!» a lancé le maire Coderre, hier, avant de déclarer que ce legs pérenne témoignait de la «longue et profonde amitié entre nos deux villes». 

Commémoration

Les personnages de Drouillard sont narratifs et poétiques. Ils évoquent le passé et le présent, la jeunesse et l'histoire, la culture et la nature, la famille et l'américanité. Ils célèbrent la mémoire collective comme l'espoir en un avenir radieux. 

On retrouve dans l'oeuvre l'inspiration et la signature propres à Jean-Robert Drouillard: une taille directe exprimant tradition et modernité dans un attachement profond à la mémoire et à l'humanité. 

«Il y a un aspect ludique dans l'installation et des codes reliés à notre histoire, mais aussi le code statuaire et commémoratif», a dit l'artiste né en 1970 en Ontario, mais ayant grandi d'abord à Gaspé.

L'artiste a réalisé une oeuvre d'art populaire et actuelle, compréhensible par tout le monde, et qui rappelle les statues grecques comme la statuaire religieuse. Idéalement, il aurait voulu créer neuf sculptures au lieu de quatre, mais le budget du projet de 250 000 $, financé à 80 % par Québec et à 20 % par Montréal, ne le permettait pas.

Après trois oeuvres d'art public créées ces deux dernières années à Québec, Montréal et Cap-Tourmente, l'artiste présentera ses nouvelles oeuvres en bois au Musée des beaux-arts de Sherbrooke dès le 14 octobre, puis à la galerie Art mûr, à Montréal, en janvier prochain, «avec quelque chose de plus expérimental», dit-il.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer