Les Sulpiciens, en ville depuis 360 ans

Les jardins du Séminaire de Saint-Sulpice seraient les... (Photo fournie par le Séminaire de Saint-Sulpice à Montréal)

Agrandir

Les jardins du Séminaire de Saint-Sulpice seraient les plus anciens de Montréal.

Photo fournie par le Séminaire de Saint-Sulpice à Montréal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À l'occasion des 375 ans de Montréal, le Séminaire de Saint-Sulpice présente, jusqu'au 27 août, De l'idéal mystique à l'entreprise seigneuriale: les Messieurs de Saint-Sulpice à Montréal, expo qui aborde l'arrivée des Sulpiciens au Canada en 1657 et leur rôle dans le développement de la métropole.

Voici une occasion de visiter des lieux historiques plutôt discrets. C'est en effet la première fois que le Séminaire de Saint-Sulpice du Vieux-Montréal ouvre toutes grandes ses portes au public. Et cela en vaut la peine...

Une visite guidée nous a récemment permis de découvrir que ce séminaire sulpicien possèdait un grand espace vert juste derrière la basilique Notre-Dame, entre son corps de logis de la rue Notre-Dame et la rue Saint-Paul. Il s'agirait des plus anciens jardins de Montréal.

Présentée à l'intérieur du Séminaire, l'exposition De l'idéal mystique à l'entreprise seigneuriale: les Messieurs de Saint-Sulpice à Montréal est un survol du projet missionnaire des Sulpiciens qui a contribué à l'expansion de Montréal. Il s'agit, en elle-même, d'un petit cours d'histoire de Montréal, puisque les premières décennies de la métropole sont intimement liées aux Sulpiciens.

Logiquement, l'exposition débute par quelques explications sur la naissance des Compagnons de Saint-Sulpice, consécutive à l'essor du protestantisme en Europe, qui faisait des ravages au sein de l'Église catholique au début du XVIIe siècle.

Portrait posthume de Jean-Jacques Olier (1608-1657), fondateur de la... (Image fournie par le Séminaire de Saint-Sulpice à Montréal) - image 2.0

Agrandir

Portrait posthume de Jean-Jacques Olier (1608-1657), fondateur de la Compagnie de Saint-Sulpice. Univers culturel de Saint-Sulpice.

Image fournie par le Séminaire de Saint-Sulpice à Montréal

Jean-Jacques Olier

C'est le prêtre et mystique français Jean-Jacques Olier (1608-1657) qui a fondé, à Paris, la compagnie des prêtres de Saint-Sulpice en formant, en 1641, une communauté de clercs dans la paroisse parisienne de Saint-Sulpice, où il était curé. Avec avoir rencontré Jérôme Le Royer de La Dauversière, qui voulait créer dans l'île de Montréal une ville apostolique, Olier a participé à la fondation d'une société dévote appelée «Société de Notre-Dame de Montréal pour la conversion des sauvages de la Nouvelle-France».

«La volonté de Jérôme Le Royer de La Dauversière s'enracinait dans l'expérience mystique de la foi chrétienne», explique Jacques D'Arcy, 28e supérieur provincial de la Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice - Province du Canada.

L'exposition déploie des documents relatifs au projet missionnaire. Ces artéfacts sont émouvants puisqu'ils sont à l'origine de la création de la métropole. Jean-Jacques Olier n'était pas de la première mission sulpicienne au Canada, puisqu'il est mort le lundi de Pâques 1657, peu avant le départ des premiers prêtres sulpiciens pour la Nouvelle-France.

Seigneurs de l'île pendant deux siècles

La Société de Notre-Dame a géré Ville-Marie de 1657 à 1663, année où les Sulpiciens prennent le relais et deviennent les seigneurs de l'île de Montréal, jusqu'à l'abolition du régime seigneurial en 1854. L'exposition raconte ainsi l'évolution des Sulpiciens au cours du temps en parallèle avec celle de la petite colonie.

Le vieux Séminaire de Saint-Sulpice attenant à la... (Photo fournie par le Séminaire de Saint-Sulpice à Montréal) - image 3.0

Agrandir

Le vieux Séminaire de Saint-Sulpice attenant à la basilique Notre-Dame est la résidence des Sulpiciens depuis 1685.

Photo fournie par le Séminaire de Saint-Sulpice à Montréal

Les missionnaires embellissent les quartiers et profitent de la paix iroquoise de 1667 pour développer leur apostolat. Ancêtre de la basilique Notre-Dame, l'église Notre-Dame de Montréal est ouverte en 1678 sur la place d'Armes, même si la construction de style baroque ne sera véritablement achevée qu'en 1683. On peut voir sur un panneau les plans architecturaux de l'église.

L'exposition contient aussi des ciboires, des timbales, des ouvrages de l'époque sur les cérémonies liturgiques, des peintures, des plans de la ville et des objets témoins du développement local des Sulpiciens. On estime que 650 Sulpiciens ont foulé les pavés de Ville-Marie depuis 1657. Ils y ont laissé un patrimoine important préservé avec soin.

Les Sulpiciens ont aussi essaimé un peu partout dans le monde, en Asie, en Afrique et en Amérique du Sud, fondant des missions locales. Aujourd'hui, huit séminaires sont dirigés par des Sulpiciens au Canada, en plus de l'Institut de théologie de Montréal. Le Séminaire sulpicien du Vieux-Montréal est le plus ancien édifice de la métropole à avoir toujours la même fonction...

______________________________________________________________________________

De l'idéal mystique à l'entreprise seigneuriale: les Messieurs de Saint-Sulpice à Montréal, au Séminaire de Saint-Sulpice (116, rue Notre-Dame Ouest, Montréal), jusqu'au 27 août. Visites guidées du mardi au samedi, à 13 h et à 15 h. Il faut réserver à visites@ucss.ca ou au 514 849-6561, poste 737.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer