Arc-en-ciel historique à Saint-Laurent!

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Musée des maîtres et artisans du Québec présente une activité qui devrait plaire aux enfants et à ceux qui veulent ressentir les effets de la réalité virtuelle tout en découvrant l'histoire de l'arrondissement de Saint-Laurent. Tournée avec des enfants d'origines diverses, la vidéo Saint-Laurent en 7 temps est présentée gratuitement jusqu'au 31 décembre, dans le cadre du 375e anniversaire de Montréal.

Souligner les 375 ans de la métropole, c'est bien. Le faire en impliquant des enfants pour raconter l'histoire de leur arrondissement et, de surcroît, en faisant appel à la réalité virtuelle, c'est encore mieux! 

Le Musée des maîtres et artisans du Québec, dirigé par Pierre Wilson, l'a réalisé en mariant histoire, identité et réalité multiculturelle de façon remarquable et en impliquant de façon très large la communauté locale. 

«À Saint-Laurent vivent des gens originaires du monde entier et, souvent, l'histoire de leur lieu d'adoption ne trouve pas de réponse, dit Pierre Wilson. On a donc choisi de raconter cette histoire avec des moments forts depuis la fondation.» 

La création s'appelle Saint-Laurent en 7 temps. Elle a été financée grâce à la programmation officielle du 375e anniversaire de Montréal et tournée par la firme montréalaise Beam Me Up, spécialisée en réalité virtuelle et augmentée.

L'histoire de l'arrondissement y est présentée en sept parties correspondant aux temps forts du passé local.

Image du tournage de la vidéo Saint-Laurent en 7 temps.... (Photo Robin Cerutti, fournie par le MMAQ) - image 2.0

Agrandir

Image du tournage de la vidéo Saint-Laurent en 7 temps.

Photo Robin Cerutti, fournie par le MMAQ

La vidéo d'un quart d'heure - que l'on regarde avec un casque Oculus Rift sur les yeux - est une sorte de spectacle historique joué par des élèves de 5e et de 6e année de la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys, un arc-en-ciel de jeunes qui fait plaisir à voir. Des jeunes déguisés avec des costumes d'époque et des accessoires créés par des élèves de l'école secondaire de Saint-Laurent pendant leurs cours d'arts plastiques. 

«Raconter l'histoire avec des enfants a été très demandant, dit Yan Cyr, président-fondateur de Beam Me Up. Le scénario a été le plus gros du travail, mais tourner en 360 degrés n'est pas facile, car l'équipe de tournage doit se cacher, ce qui a entraîné une grosse gestion.» 

Dans la vidéo tournée par les réalisateurs William Mazzoleni et Robin Cerruti, la narration est lue par une femme originaire de Roumanie, Aurelia Badulescu, qui a appris le français à son arrivée au Québec et qui donne, avec son accent chatoyant, encore plus de couleur au film.

De 1700 à aujourd'hui

Saint-Laurent en 7 temps débute avec la signature du traité de la Grande Paix de Montréal, en 1701, entre les colons français et 39 nations amérindiennes. Un concordat à l'initiative du chef wendat Kondiaronk, qui mourut pendant les négociations et obtint des funérailles officielles que les enfants ont jouées en participant à une marche funèbre.

Les actrices de la vidéo Saint-Laurent en 7 temps, des... (Photo Robin Cerutti, fournie par le MMAQ) - image 3.0

Agrandir

Les actrices de la vidéo Saint-Laurent en 7 temps, des élèves de la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys, à Saint-Laurent

Photo Robin Cerutti, fournie par le MMAQ

Dans un autre tableau vivant, les jeunes incarnent les 50 premiers colons qui s'installèrent sur la côte Saint-Laurent et y développèrent l'agriculture, vêtus de leurs tabliers blancs, ce qui donna aux habitants de Saint-Laurent le surnom de «Dos blancs». On apprend d'ailleurs que la dernière ferme de Saint-Laurent a fermé ses portes en 1992. 

Saint-Laurent en 7 temps aborde aussi les thèmes de l'enseignement et du rayonnement culturel, industriel et commercial de Saint-Laurent qui en fait un des secteurs les plus dynamiques du point de vue économique au Québec. 

Avec des images, des animations et des photos d'archives, la vidéo évoque aussi le transport, l'apparition du train, de l'autoroute Métropolitaine, de l'aéroport. 

Le film fournit des anecdotes intéressantes comme le démontage et le déménagement, en 1931, de l'église presbytérienne St. Paul, pierre par pierre, depuis le site de la gare ferroviaire de Montréal jusqu'aux terrains du Collège de Saint-Laurent. 

Les visiteurs peuvent profiter de leur passage au Musée des maîtres et artisans du Québec pour découvrir et admirer quelque 300 objets réalisés dans la province au cours des siècles derniers. Et faire de cette visite un exercice significatif de mémoire autant qu'une expérience de la technologie actuelle et du tissu social montréalais en 2017.

________________________________________________________________________________

Au Musée des maîtres et artisans du Québec, 615, avenue Sainte-Croix, Saint-Laurent, Montréal (métro Du Collège), jusqu'au 31 décembre.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer