Une sculpture de fesses en lice pour le Turner Prize

Cette année, c'est le travail d'Anthea Hamilton qui... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Cette année, c'est le travail d'Anthea Hamilton qui devrait faire l'objet d'un vif débat, dont sa sculpture haute de près de cinq mètres représentant une paire de fesses.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
James Pheby
Agence France-Presse
Londres

Une sculpture crue représentant une paire de fesses géantes et un train miniature qui balade les visiteurs dans une exposition: les finalistes du Turner Prize s'exposent à Londres en attendant l'annonce du lauréat de ce prestigieux prix d'art contemporain en décembre.

Les quatre artistes ont chacun pris possession d'une des salles du musée Tate Britain, qui seront ouvertes au public de mardi jusqu'au 2 janvier.

Le Turner Prize, créé en 1984, est réservé aux artistes de moins de 50 ans qui résident, travaillent ou sont nés au Royaume-Uni. Réputé pour son anticonformisme - et familier des controverses -, il compte parmi ses anciens lauréats des iconoclastes comme Damien Hirst et Anish Kapoor.

Cette année, c'est le travail d'Anthea Hamilton qui devrait faire l'objet d'un vif débat. Parmi les oeuvres de la Londonienne, une sculpture haute de près de cinq mètres représentant une paire de fesses - écartées par deux mains empoignant chacune des fesses -, ainsi que des ceintures de chasteté suspendues à des chaînes.

«La recherche est au coeur de son oeuvre», explique à l'AFP Linsey Young, commissaire d'exposition à la Tate Britain. «Elle se sert de ses recherches, par exemple sur la musique disco et le lichen, comme d'un filtre pour regarder le monde».

Une autre Londonienne, Helen Marten, expose quant à elle des sculptures réalisées avec des matériaux peu communs, tels de la peau de poisson et des cubes de craie d'ordinaire utilisés au billard.

«C'est une artiste qui commence par une phase d'écriture, avant de créer d'incroyables assemblages», souligne Linsey Young. «Elle veut placer le spectateur dans la posture d'un archéologue, qu'il imagine le travail réalisé pour aboutir à ces objets».

L'oeuvre la plus saisissante de Josephine Pryde est... (Photo Reuters) - image 2.0

Agrandir

L'oeuvre la plus saisissante de Josephine Pryde est un train miniature recouvert de graffitis réalisés par des artistes des villes où il a été exposé.

Photo Reuters

Polémique

La troisième finaliste, Josephine Pryde, combine photographie et sculpture. Elle se sert pour cela de matériaux du quotidien, comme un plan de travail en bois blanchi par le soleil à Londres, Athènes et Berlin.

Son oeuvre la plus saisissante est un train miniature recouvert de graffitis réalisés par des artistes des villes où il a été exposé.

«Elle aime exposer et analyser la manière dont les musées et les gens interagissent avec l'art», raconte Linsey Young.

Le spectateur découvrira également le travail de Michael Dean, originaire de Newcastle, qui utilise notamment de l'acier, de la tôle et du sable.

«Michael Dean est un sculpteur qui, lui aussi, commence par l'écriture», note Linsey Young. «Il écrit des poèmes et des textes et réalise des polices de caractères qu'il transforme ensuite en sculptures».

Au coeur de la salle qui lui est consacrée, son oeuvre la plus ouvertement politique: un îlot fait de pièces d'un penny représentant 20 463 livres, une somme égale au seuil de pauvreté défini par le gouvernement britannique pour une famille de deux adultes et deux enfants.

Le Turner Prize, du nom du peintre William Turner, sera décerné le 5 décembre. Pour Linsey Young, les jurés - des experts issus du milieu des arts - ne recherchent pas la polémique à tout prix.

«Nous ne faisons pas en sorte d'être dans la provocation, assure-t-elle. «Mais oui, parfois, il y a un cul géant au milieu d'une pièce».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer