OEil pour oeil: Sophie Thibault, derrière l'objectif

« La photo est pour moi une échappatoire, une... (PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE)

Agrandir

« La photo est pour moi une échappatoire, une bulle », confie Sophie Thibault. OEil pour oeil est sa deuxième exposition « officielle ».

PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sophie Thibault et Diane Dufresne. Avouons que ce n'est pas une association qui va de soi. L'une est chef d'antenne à TVA et nous présente les nouvelles tous les soirs. L'autre est une artiste multidisciplinaire excentrique qui oeuvre loin du monde brutal et terre à terre de l'actualité. Les deux femmes sont pourtant amies depuis trois ans. Une amitié qui débouche ces jours-ci sur l'exposition de photos OEil pour oeil, présentée jusqu'au 2 octobre au Centre d'art Diane-Dufresne, à Repentigny.

Sophie Thibault a photographié Diane Dufresne dans le... (PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Sophie Thibault a photographié Diane Dufresne dans le décor de l'exposition DDXL, qui a été présentée au Centre d'art Diane-Dufresne, à Repentigny, du 2 novembre 2015 au 21 février 2016.

PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE

Comment les deux femmes se sont-elles connues ? « Un jour, j'ai osé faire une approche pour une vidéo d'anniversaire, raconte Sophie Thibault en entrevue. Je me suis dit : "Elle va dire non, c'est sûr." Mais Richard [Langevin, son conjoint] m'a rappelée pour me dire : "Elle vous connaît, elle vous aime, elle accepte avec plaisir." »

Depuis ce jour, les deux femmes entretiennent une relation surtout épistolaire et se voient à l'occasion. « Diane est très recluse, souligne Sophie Thibault. Elle est bien dans sa campagne, mais je l'ai emmenée manger au restaurant quelques fois. »

Celle qui soulignera l'an prochain ses 15 années à la barre du TVA Nouvelles de 22 h aime l'humour fou et le côté déjanté de son amie.

« On partage la même sensibilité et certaines angoisses par rapport à la vie, à la mort, au temps qui passe. »

- Sophie Thibault

« J'étais maîtresse de cérémonie au vernissage de DDXL  [l'exposition de Diane Dufresne et Richard Langevin qui a inauguré le centre d'art en novembre dernier], poursuit Sophie Thibault. Quand est venue l'idée d'une suite photographique pour un éventuel catalogue de cette exposition, Diane m'a dit : "J'aimerais que tu le fasses." Elle aime pousser les gens et je pense qu'elle a eu envie de me pousser dans ce projet pour m'encourager en photo. »

LA NATURE, UN BAUME

Quand on entre dans le salon des gens tous les soirs pour leur annoncer de mauvaises nouvelles, le besoin d'évasion finit par se faire sentir. « La photo est pour moi une échappatoire, une bulle », explique celle qui a marqué l'histoire en devenant la première présentatrice de nouvelles de fin de soirée en Amérique du Nord, en 2002.

« J'ai toujours été intéressée par la photo, dit-elle. J'avais fait une session de photo à l'université, mais je suis restée avec l'impression que c'était compliqué. Puis, il y a environ cinq ans, j'ai reçu un appareil numérique en cadeau. Je n'ai pas eu le choix de lire le mode d'emploi et de m'y remettre. »

Sophie Thibault, qui signe une chronique sur la photo dans le magazine La Semaine, a un faible pour tout ce qui touche la nature, en particulier les oiseaux.

« Dès que j'ai du temps, je le passe dans les parcs-nature à Montréal, assure-t-elle. Je croque de jeunes chevreuils, des grenouilles, tout ce qui vit. J'ai fait aussi quelques portraits. »

OEil pour oeil est la deuxième exposition « officielle » de Sophie Thibault. La première a eu lieu l'été dernier à la galerie Iris, à Baie-Saint-Paul, en compagnie du peintre Besner, qu'elle adore.

La chef d'antenne fera également paraître un livre de photos aux Éditions de l'Homme en novembre. La photo, une deuxième carrière ? « Je prépare ma préretraite », répond-elle en riant.

« Je crois qu'il y a une artiste frustrée en moi. J'adore mon métier, je suis faite pour ça, mais il y a tout un autre côté qui veut s'exprimer. »

- Sophie Thibault

Celle qui doit parfois présenter des images dérangeantes ou choquantes à ses téléspectateurs dit chercher un certain réconfort dans les images qu'elle fabrique elle-même.

« Je suis à la recherche d'une certaine beauté, de l'émotion, de l'harmonie, dit-elle. Je veux quitter la zone des nouvelles et aller là où je jouis d'une liberté de création et d'expression. »

En juin dernier, Sophie Thibault était en safari en Tanzanie, un voyage qui l'a profondément bouleversée. Elle en est revenue avec 8000 photos ! 

Devinez quel sera le thème de sa prochaine expo...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer