Fonderie Darling: des rites et des plantes

L'artiste Ulla von Brandenburg assise sur un des... (Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse)

Agrandir

L'artiste Ulla von Brandenburg assise sur un des éléments de son exposition, It Has a Golden Orange Sun and an Elderly Blue Moon, présentée à la Fonderie Darling.

Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La grande salle de la Fonderie Darling accueille cet été une oeuvre fort intéressante et plus que nécessaire de l'Allemande Ulla von Brandenburg. L'artiste multidisciplinaire qui réside à Paris a créé une installation intitulée It Has a Golden Orange Sun and an Elderly Blue Moon. Il s'agit d'une oeuvre de très grand format sur les rituels (pas nécessairement religieux) et les rencontres humaines.

Pour l'illustrer, une scénographie impressionnante a été réalisée dans l'immense pièce de la Fonderie Darling avec deux grandes estrades en bois placées en parallèle et pourvues d'escaliers. Le public peut ainsi grimper sur ces plates-formes et s'asseoir en face d'un écran où Ulla von Brandenburg projette un film.

Vue de l’exposition It Has a Golden Orange Sun... (Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse) - image 2.0

Agrandir

Vue de l’exposition It Has a Golden Orange Sun and an Elderly Blue Moon

Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse

Les couleurs du monde

Les visiteurs de la galerie deviennent à la fois spectateurs et acteurs de l'oeuvre. Assis dans des escaliers, ils regardent le film où des danseurs... sont à fois spectateurs d'actions et acteurs d'un spectacle. La couleur est omniprésente dans le film de 23 minutes, une permanence caractéristique du travail de l'artiste. Pourtant, tous les films d'Ulla von Brandenburg ont jusqu'à présent été en noir et blanc. Mais là, le tissu - symbole de rencontre, de construction, de protection - induit le thème de la diversité culturelle et donc des couleurs de la vie.

Du tissu jaune orangé, rouge, bleu ou noir danse devant la caméra, se mêle et laisse entrevoir une salle où trois danseuses et quatre danseurs montent eux aussi des escaliers, à leur rythme.

«Je voulais inclure de la danse contemporaine dans ce projet, mais que ce soit aussi abstrait tout en exprimant quelque chose avec le corps», dit Ulla von Brandenburg, qui fait partie des quatre artistes nommés cette année pour le célèbre prix français Marcel-Duchamp.

Expression corporelle, recherche d'équilibre, maîtrise de l'espace, la danse est solitaire ou collective à travers les images d'Ulla von Brandenburg. 

On saisit une trame, une histoire dans laquelle il est question de procession, d'un rituel de groupe, de confiance, de transformation, d'entraide, d'hommage et de respect.

Esthétiquement réussi, rempli de silences, de couleurs douces et d'une lumière feutrée, le film est un message d'empathie et d'humanisme qu'Ulla von Brandenburg transmet avec beauté et à-propos. Bravo! L'installation est présentée simultanément par la Fonderie Darling et par la galerie The Power Plant, à Toronto. La version torontoise diffère légèrement de la montréalaise. Nous en reparlerons...

L’artiste visuelle Catherine Lescarbeau s’est intéressée au rôle... (Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse) - image 3.0

Agrandir

L’artiste visuelle Catherine Lescarbeau s’est intéressée au rôle des plantes d’ornementation dans les institutions pour son exposition Le département des plantes.

Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse

Le Département des plantes de Catherine Lescarbeau

Quand on pénètre dans la petite salle de la Fonderie, le propos est différent. Dans un commissariat de Marie-Hélène Leblanc, directrice de la galerie de l'Université du Québec en Outaouais (UQO), Catherine Lescarbeau propose un déploiement éminemment conceptuel. L'artiste s'intéresse au croisement entre art conceptuel et critique institutionnelle.

Pour son Département des plantes, elle est partie d'une réflexion autour de nos relations avec les plantes dans un contexte de travail, du rôle qu'elles ont dans les espaces professionnels. Ces plantes sont-elles des oeuvres d'art? Leur présence dans un espace clos - alors qu'elles sont une expression de la nature, environnement par définition extérieur - est-elle une aberration? Quelle est la limite esthétique d'une institution? Etc.

Pour étayer son propos, l'artiste a pris connaissance des plantes disposées dans les salles lors de l'exposition N.E. Thing Co. Environment, au Musée des beaux-arts du Canada en... 1969. Elle a ensuite fait l'inventaire botanique de toutes les espèces végétales de l'Université du Québec en Outaouais avant de faire celui des plantes d'ornementation de la Fonderie Darling!

La procédure peut paraître dérisoire, mais elle constitue la base d'une narration. «Je construis une fiction autour d'un projet d'archives, dit-elle. L'approche est postconceptuelle. Je joue sur ça et sur la question de savoir ce qu'est un artiste qui fait une recherche. La plante est ici une interface.»

Les plantes exposées sont identifiées grâce à des fiches taxonomiques qui deviennent les cartels de cette expo qui s'adresse plus aux exercices de l'esprit qu'aux plaisirs des yeux.

À la Fonderie Darling (rue Ottawa, Montréal), jusqu'au 21 août

___________________________________________

Autres expositions à voir

ANDRÉ DUBOIS

Puisant l'essentiel de ses matériaux dans des objets du quotidien tels que des emballages ou des magazines, l'artiste montréalais André Dubois présente ses nouvelles oeuvres à la frontière du sculptural, du pictural, du collage et de l'installation au Centre culturel de Verdun jusqu'au 15 juillet.

Découpage sauvage, d'André Dubois, au Centre culturel de Verdun (5955, rue Bannantyne, Verdun), jusqu'au 15 juillet.

---

CAROLINE MONNET

Le centre d'artistes autogéré de Gatineau AXENÉO7 propose, jusqu'au 3 août, l'expo Dans l'ombre de l'évidence, de nouvelles oeuvres de l'artiste Caroline Monnet organisées en une installation tripartite qui évoque le destin des peuples autochtones. Une conférence de l'artiste accompagnée de la projection de courts métrages sera présentée au centre le vendredi 15 juillet, à 19h.

Dans l'ombre de l'évidence, de Caroline Monnet, au centre AXENÉO7 (80, rue Hanson, Gatineau), jusqu'au 3 août.

---

LUMENS

Réalisée par la commissaire Ève De Garie-Lamanque et présentée au Musée régional de Rimouski et dans deux espaces satellites, l'exposition LUMENS est une exploration du thème de la lumière en tant que matériau artistique. Elle regroupe les oeuvres de 11 artistes situés au Canada, aux États-Unis et en Grande-Bretagne, notamment Yann Pocreau, Pierre Dorion, David K. Ross, Kelly Richardson, James Nizam, Serge Tousignant et Sophie Bélair Clément.

LUMENS, au Musée régional de Rimouski (35, rue Saint-Germain O., Rimouski), jusqu'au 25 septembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer