Inferno: L'âge de la machine

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mario Cloutier

Le festival Elektra et la Biennale internationale d'art numérique (BIAN) laissent toute la place à la machine cette année.

Sur une musique électronique, les mouvements des 24 exosquelettes robotisés... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Sur une musique électronique, les mouvements des 24 exosquelettes robotisés sont contrôlés par les artistes, qui peuvent ainsi offrir un spectacle différent chaque fois. 

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

L'enfer, c'est eux autres. Bill Vorn et Louis-Philippe Demers sont des docteurs Frankenstein de l'art robotique. Ils ne créent pas de monstre, mais les robots de leur pièce de performance robotique Inferno portent virtuellement ce péril en eux. Et si la machine perdait la tête... 

Imaginez. Vous entrez dans une salle à l'éclairage tamisé où 24 exosquelettes robotisés semblent flotter dans l'espace en attente de participants. Parce que ce sont les spectateurs qui porteront l'appareil et donneront le spectacle. Bill Vorn et Louis-Philippe Demers sont à la console numérique pour diriger les robots, pour vous diriger.

« Inferno s'inspire de l'idée de boucle infinie ou d'un mécanisme perpétuel. La machine en est l'archétype. C'est l'enfer au sens de mécanisme punitif et de soumission », explique Louis-Philippe Demers.

Une musique électronique rythme la performance. Chaque participant est libre de bouger les jambes et les pieds, mais tout le haut du corps est sous l'emprise de la machine.

«Pour le public, cela donne un spectacle changeant. Il y a une partie qui émane de la machine, mais quelque chose sort aussi des gens. Quand on l'a fait à Rome, les participants se sont tous installés face au public comme s'ils donnaient un spectacle.

»

Louis-Philippe Demers

Les deux créateurs n'en sont pas à leurs premiers robots. 

« Notre approche est différente cette fois-ci, relate Bill Vorn. Quand on travaille sur une installation, même si la distance est plus grande que lors d'une performance entre l'homme et la machine, l'intention est de les fusionner. Avec Inferno, on rapproche l'expérience le plus près de l'humain. »

Apprendre

Ils ont présenté ce spectacle ailleurs avant de s'amener à Montréal. Premier constat : ils apprennent autant que les spectateurs dans cette danse avec la machine.

« Le paradoxe qu'on a observé, c'est que ce n'est pas trop l'enfer. Ça devient très ludique. Les gens aiment ça. Ils se font contrôler et ils se laissent aller », dit Louis-Philippe Demers. 

«Nous, on s'intéresse beaucoup plus aux gens qu'aux machines. La machine, c'est notre médium. Mais faire vivre une expérience aux spectateurs, c'est ce qui nous intéresse.»

Bill Vorn

Et les participants réagissent très différemment les uns des autres à cette « manipulation » robotisée.

« L'idéal est de se laisser aller, résume Louis-Philippe Demers. Si on n'embarque pas dans la musique, c'est plus difficile. Certains nous ont parlé de transe. Pour d'autres, ça ressemble à un work-out au gymnase. C'est la fête la plupart du temps. »

Soumission

La performance suggère tout de même l'idée d'une soumission à la machine, qui hante la science-fiction depuis toujours.

« La réflexion du spectateur ne s'opère pas sur le coup, croit Bill Vorn. Ce sont les sens qui sont stimulés. Après, par contre, ils y réfléchissent. Ça dépend de l'idée qu'ils avaient en arrivant. »

Le travail sur Inferno a commencé il y a quatre ans et se faisait à temps perdu. Bill Vorn enseigne à l'Université Concordia, mais Louis-Philippe Demers, de son côté, est professeur à Singapour. 

Il faut dire que la machine des subventions gouvernementales en art numérique n'est pas toujours adaptée à la discipline. 

« C'est un long processus. On a dû faire appel à la coproduction, mais on est habitués, disent-ils. Nous sommes des patenteux parce qu'on fait presque tout nous-mêmes. »

À Arsenal les 3 juin (20 h et 23 h) et 4 juin (23 h). Le festival Elektra se déroule du 1er au 5 juin et la Biennale internationale d'art numérique, du 3 juin au 3 juillet.

Aussi à Elektra/BIAN

OO ou Ocular Oscillation

En ouverture du festival Elektra, les Québécois Jean-Sébastien Baillat, Patrick Trudeau et Alain Thibault (directeur d'Elektra) présentent une oeuvre immersive et perceptive audiovisuelle conçue spécifiquement pour être projetée dans un dôme. N'ajustez pas votre appareil oculaire !

À la SAT le 1er juin, 21 h

Bleu Remix

L'artiste suisse Yann Marussich crée aux confins de la science-fiction et de l'horreur. Dans une cage en verre, l'artiste est assis. Il sue et pleure en bleu. Troublant.

À Arsenal le 3 juin, 19 h 15

Moving Objects

La Biennale d'art numérique présente l'exposition Automata, avec plusieurs artistes de la Suisse. Cette oeuvre monumentale et élégante est de PE Lang. Sons et papiers en murale majeure.

À Arsenal du 3 juin au 3 juillet

Serial Mutations (Modulus)

Avec cette projection, l'artiste visuel montréalais Matthew Biederman poursuit son étude de l'écran comme espace et comme surface. Fascinant jeu de couleurs et de perspectives.

À Arsenal du 3 juin au 3 juillet

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer