Une page d'histoire du design

Partenaires en design présente des documents d'archives, une... (PHOTO DENIS FARLEY, FOURNIE PAR LE MBAM)

Agrandir

Partenaires en design présente des documents d'archives, une maquette de l'école du Bauhaus, 70 objets de design et une reconstitution des appartements d'Alfred H. Barr (ci-dessus) et de Philip Johnson au moyen d'objets leur ayant appartenu.

PHOTO DENIS FARLEY, FOURNIE PAR LE MBAM

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'amitié et la passion de l'art peuvent changer bien des choses. Celles qui ont uni Alfred H. Barr (1902-1981) et Philip Johnson (1906-2005) dans les années 30 ont eu des conséquences jusque dans nos cuisines et nos chambres à coucher. Et en ont encore aujourd'hui !

Quand on visite Partenaires en design, présentée au Carré d'art contemporain du MBAM, on réalise combien l'esthétique d'objets de notre quotidien découle du mouvement Bauhaus développé en Allemagne dans les années 20 et propulsé en Amérique... à cause de l'arrivée d'Hitler au pouvoir. 

Avec ses lignes droites et pures et son usage de matériaux usinés, le design moderne doit en effet beaucoup aux recherches menées dès 1919 à Weimar, en Allemagne, par quelques précurseurs qui eurent l'idée de combiner arts industriels et beaux-arts. 

Des ateliers de l'école du Bauhaus a ainsi émergé une philosophie de l'objet carrément révolutionnaire, mise en avant par des avant-gardistes tels que Vassily Kandinsky et Walter Gropius.

ÉMIGRATION BÉNÉFIQUE

Si le Bauhaus a été fermé par la vulgarité nazie en 1933, son influence a perduré, en partie grâce à l'émigration aux États-Unis de plusieurs architectes et artistes qui en partageaient les idéaux, notamment Ludwig Mies van der Rohe, Josef Albers, Marcel Breuer, László Moholy-Nagy et Herbert Bayer. 

Premier directeur du Museum of Modern Art (MoMA) (fondé à New York en 1929), Alfred H. Barr s'associa à son ami Philip Johnson, premier conservateur du département d'architecture du même musée, pour faire connaître ces génies du Bauhaus et leurs innovations.

Ils étaient tous les deux dans la vingtaine. Le premier avait étudié l'histoire de l'art à Princeton, le second, la philosophie à Harvard. Tous deux aimaient l'architecture et le design et considéraient l'art selon un large spectre qui englobait autant les beaux-arts classiques que l'architecture, le cinéma, le design ou la photographie. Ils créèrent ainsi ensemble des expositions modernistes telles que Modern Architecture : International Exhibition (1932) ou Machine Art (1934).

APPARTEMENTS RECONSTITUÉS

Barr et Johnson mirent même en pratique leur amour du design moderne en transformant leurs appartements respectifs (situés dans le même immeuble !) en lieux d'expérimentation moderniste. Organisée par le Programme Liliane et David M. Stewart pour le design moderne et le MBAM, l'exposition Partenaires en design présente d'ailleurs des documents d'archives, une maquette de l'école du Bauhaus, 70 objets de design, mais aussi une reconstitution de leurs appartements au moyen de photos, de films et d'objets leur ayant appartenu.

L'exposition signée David A. Hanks comprend des présentations audiovisuelles du réalisateur Philippe Baylaucq. Par exemple, la vidéo Modernistes à l'étranger diffuse des images d'archives de 1927 à 1933 selon un procédé stéréoscopique qui donne une impression de 3D sans qu'on utilise de lunettes spéciales pour la regarder. Il faut toutefois se placer à trois mètres de l'écran et trouver le bon angle si l'on veut profiter de l'effet désiré et ne pas avoir mal aux yeux...

DES AIRS DE DÉJÀ-VU

Quand on contemple le bureau en pin et contreplaqué créé en 1938 par Marcel Breuer (sa première commande après son arrivée en sol américain), on reconnaît certains bureaux de notre enfance. Même impression de déjà-vu avec des lampes en acier chromé, des cafetières en pyrex, des chaises et des tables en acier tubulaire, un service de porcelaine émaillée ou un plat en plexiglas.

Grande amie de Liliane M. Stewart, l'architecte montréalaise Phyllis Lambert évoque - dans la publication qui accompagne cette exposition - combien ce partenariat entre Barr et Johnson aura finalement été déterminant pour le design contemporain, pour l'architecture et même pour la façon dont on conçoit aujourd'hui l'art dans les musées, les écoles et les universités.

« Ces années ont [...] marqué un point tournant dans l'introduction de la modernité et la mise en valeur du design en Amérique du Nord », écrit la fondatrice et directrice du Centre canadien d'architecture. Il était effectivement nécessaire que cette réalité historique soit illustrée et on le doit à madame Liliane M. Stewart : Partenaires en design aura été son dernier projet d'exposition avant son décès en 2014.

Au MBAM jusqu'au 21 août

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer