Un tableau du Caravage pourrait sortir de l'oubli

Découvert par hasard dans un grenier d'une maison du sud-ouest de la France à... (CAPTURE D'ÉCRAN)

Agrandir

CAPTURE D'ÉCRAN

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Franck Iovene, Jean-François Guyot
Agence France-Presse
Paris

Découvert par hasard dans un grenier d'une maison du sud-ouest de la France à la faveur d'une fuite d'eau, un tableau pourrait s'avérer un authentique Caravage, qui plus est une oeuvre majeure du maître italien du 17e siècle.

Selon deux experts européens, ce tableau, de facture très sûre et dans un état remarquable, est une oeuvre «authentique» du peintre (1571-1610), une conviction tempérée par d'autres spécialistes de l'histoire de l'art.

«Il y a deux ans, j'ai été appelé au téléphone à mon étude pour voir un tableau imposant découvert par hasard dans un grenier. Le tableau avait été sorti d'une soupente» pour maîtriser une fuite d'eau dans une propriété près de Toulouse, raconte Marc Labarbe, commissaire-priseur dans cette ville.

«J'ai remarqué d'abord qu'il était abîmé sur le côté droit par une précédente fuite d'eau. Il y avait beaucoup de poussière. J'ai demandé un morceau de coton légèrement humidifié et je l'ai passé sur le visage de la servante que je devinais sous la saleté», poursuit-il.

Peu à peu, Marc Labarbe découvre alors la scène: Judith et Holopherne et la mise à mort par décapitation du général Nabuchodonosor, un épisode biblique très populaire à l'époque du Caravage.

«L'oeuvre est restée cachée peut-être pour sa composition particulièrement violente, pas évidente pour un salon ou une chambre», avance Me Labarbe.

La maison est occupée par la même famille depuis le milieu du 19e siècle. Les propriétaires actuels ignorent tout de ce tableau «qui a pu être rapporté d'Espagne par un ancêtre officier de l'armée napoléonienne mais aussi être déposé dans ce grenier bien avant».

Le commissaire-priseur s'empresse ensuite de contacter un ami expert, Éric Turquin, et lui adresse des photos du tableau qui sera estimé à 120 millions d'euros. Des acheteurs français seraient déjà sur les rangs.

«Une merveille»

«Il m'a rappelé très vite me disant: «Tu as trouvé un beau tableau, c'est une merveille!»», se souvient-t-il.

Restait à authentifier l'oeuvre, ressemblant étrangement à une toile sur le même thème, connue comme étant une copie d'un tableau perdu du Caravage et aujourd'hui exposée en Italie.

Expert mondialement reconnu du maître italien dont il a organisé plusieurs rétrospectives, Nicola Spinosa reconnaît formellement le tableau.

«Oui, je dis que c'est un Caravage authentique parce que j'ai vu le tableau à plusieurs reprises», a-t-il déclaré à l'AFP.

«Il est d'une qualité exceptionnelle et correspond à la plus grande période du peintre, autour de 1605, moment où il parvient le mieux à traduire en peinture le drame des hommes. Il le fait avec ce Judith et Holopherne comme il l'a fait aussi avec La mort de la vierge, qui est au Louvre, ou Les sept oeuvres de miséricorde, qui sont à Naples», précise Nicola Spinosa.

Selon l'expert, qui dit l'avoir vu à trois reprises l'an passé, la tableau est passé entre les mains de plusieurs autres spécialistes, dont Keith Christiansen, président du département des peintures européennes au Metropolitan. Et tous sont affirmatifs: il s'agit bien d'un original.

Une conviction toutefois tempérée par d'autres connaisseurs de l'oeuvre du peintre, dont certains attribuent le tableau à Louis Finson, peintre flamand (1580-1617), contemporain du Caravage.

L'identification d'un tableau du Caravage est d'autant plus difficile que le peintre ne signait pas ses oeuvres et qu'il a été souvent copié.

Face au risque de voir un authentique Caravage quitter la France, le ministère de la Culture a refusé le certificat d'exportation dans l'attente de son expertise officielle.

Pour le ministère, qui l'a fait examiner par le musée parisien du Louvre pendant trois semaines, la toile méritait d'être «retenue sur le territoire comme un jalon très important du caravagisme, dont le parcours et l'attribution restent encore à approfondir».

Ce n'est pas la première fois qu'une oeuvre importante est découverte par hasard. En 2013, un tableau ignoré du maître néerlandais Van Gogh dormait depuis des années dans le grenier d'un collectionneur, convaincu qu'il s'agissait d'un faux.

«Tous les antiquaires, brocanteurs et commissaire priseurs le savent: il y a encore beaucoup de trésors cachés», affirme Éric Turquin.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer