Leonard Cohen à l'honneur au MAC

Avec l'exposition Leonard Cohen - Une brèche en toute chose/A Crack... (Photo Pascal Ratthé, archives Le Soleil)

Agrandir

Avec l'exposition Leonard Cohen - Une brèche en toute chose/A Crack in Everything, le MAC veut offrir ainsi aux visiteurs une expérience dynamique, participative, globale et immersive autour du célèbre artiste montréalais.

Photo Pascal Ratthé, archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Musée d'art contemporain de Montréal avait de quoi célébrer jeudi après-midi. Après avoir reçu le 31e Grand Prix du Conseil des arts, ex aequo avec Les 7 doigts de la main, le MAC a en effet annoncé qu'il présenterait à l'automne 2017 une exposition d'envergure en hommage à Leonard Cohen dans le cadre du 375e anniversaire de la ville de Montréal.

Samuel Tétreault, fondateur de la troupe Les 7... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Samuel Tétreault, fondateur de la troupe Les 7 doigts de la main, et John Zeppetelli, directeur général et conservateur en chef du Musée d’art contemporain de Montréal, ont partagé ex aequo le 31e Grand Prix du Conseil des arts.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

« Quel artiste est à la fois typiquement montréalais et planétaire ? La personne qui vient tout de suite à l'esprit, c'est Leonard Cohen », nous lance d'emblée le commissaire de l'exposition, John Zeppetelli.

Intitulée Leonard Cohen - Une brèche en toute chose/A Crack in Everything (en référence aux paroles d'Anthem, la chanson mythique de Cohen), cette exposition plutôt atypique pour le MAC amènera John Zeppetelli et son équipe à travailler avec des artistes de divers horizons (chorégraphes, performeurs, artistes visuels, auteurs) pour offrir ainsi aux visiteurs une expérience dynamique, participative, globale et immersive.

« Il ne s'agit pas d'exposer des oeuvres d'art de Leonard Cohen, mais d'aller chercher son influence, son héritage chez des créateurs qui s'inspirent de ses magnifiques paroles, de sa pensée ou de sa musique », précise M. Zeppetelli.

« On a pris contact avec plusieurs artistes. Tous sont enthousiasmés par l'idée, car ils admirent Cohen, mais il va falloir produire des oeuvres et les accompagner. »

- John Zeppetelli, directeur du MAC

Parmi les créateurs ayant confirmé leur participation, on retrouve l'Américaine Jenny Holzer et la Sud-Africaine Candice Breitz. « Candice a fait un magnifique projet en art visuel il y a quelques années sur John Lennon qui s'appelait Working Class Hero. Elle avait alors identifié les plus grands fans de Lennon en Angleterre pour son travail », explique le commissaire de l'exposition à propos de cette artiste qui amorcera sa création à Montréal la semaine prochaine.

L'exposition, actuellement en pleine évolution, devrait compter pas moins d'une vingtaine d'artistes.

« La plupart vont produire des oeuvres inédites pour le musée, mais on pense aussi à des artistes qui vont s'intégrer tout à fait dans le parcours de l'exposition pour illustrer une facette de Leonard Cohen », confie John Zeppetelli qui recherche également des artistes montréalais pour rendre hommage à Leonard Cohen.

Pourra-t-on aussi admirer certains dessins du poète ?

« Cohen est si humble et spirituel qu'il ne pourrait jamais participer à sa propre glorification dans une exposition du genre. Il est néanmoins enthousiasmé, flatté et touché par l'idée. Il nous donne d'ailleurs accès à toutes ses archives pour célébrer ses paroles, son esprit et sa littérature », conclut-il.

GRAND PRIX 

Le Musée d'art contemporain partage donc le 31e Grand Prix du Conseil des arts de Montréal avec la troupe circassienne Les 7 doigts de la main. Les deux organisations se partageront la bourse de 30 000 $. 

Ce prix vient souligner la qualité du travail de la nouvelle direction du musée assumée par John Zeppetelli et plus particulièrement la tenue de l'exposition sur David Altmejd qui attiré des foules records au MAC l'an dernier. 

« C'est une belle reconnaissance pour l'une des premières choses que j'ai programmées au MAC avec Josée Bélisle, a noté le directeur. On travaille fort pour rendre le MAC plus accueillant et accessible, un endroit qui reste rigoureux, mais où l'on peut avoir du plaisir. » 

Le plaisir et la passion, voilà ce qui guide également la compagnie de cirque Les 7 doigts de la main depuis 14 ans. Les colauréats du Grand Prix du CAM ont connu une autre grande année en 2015 avec la présentation de leur spectacle de cirque/danse Triptyque, en plus d'avoir remporté un prestigieux Drama Desk Award à New York. 

« C'est un honneur presque intimidant de recevoir ce prix devant toute la communauté artistique de Montréal, a souligné le cofondateur des 7 doigts, Samuel Tétreault. Ça vient saluer notre travail, nos prises de risque et notre engagement. »

Ce Grand Prix ex aequo représente une première dans l'histoire du CAM qui célèbre ses 60 ans cette année. La cérémonie de remise a pris place devant une foule record de 823 personnes hier au Palais des congrès.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer