Ragnar Kjartansson: boîte à musique

L'artiste visuel islandais Ragnar Kjartansson présente, jusqu'au 22 mai, The... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

L'artiste visuel islandais Ragnar Kjartansson présente, jusqu'au 22 mai, The Visitors au Musée d'art contemporain de Montréal.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mario Cloutier

Le Musée d'art contemporain ne présente que trois pièces de l'artiste visuel islandais Ragnar Kjartansson, mais l'une d'elles, The Visitors, est une oeuvre magistrale, un moment fort dans la saison montréalaise.

Ragnar Kjartansson occupe trois salles du MAC en ce moment avec ses oeuvres World Light, A Lot of Sorrow et The Visitors.

Tirée du roman éponyme de l'écrivain islandais Halldór Laxness, World Light présente quatre écrans sur lesquels des acteurs jouent des scènes du livre dans des décors en carton-pâte. 

On est en plein tournage de film, donc devant de nombreuses reprises simultanées dont il est difficile de déceler le sens. Cette introduction à la psyché islandaise tangue malhabilement entre ironie et drame.

La pièce A Lot of Sorrow est un tour de force: un enregistrement de six heures d'une seule chanson, Sorrow du groupe The National. Si on aime le groupe américain, on se laisse prendre facilement par cette ode répétitive à la mélancolie.

Rien ne force le visiteur à visionner tout le film, mais la beauté de cette expérience en continu nous permet d'approcher de l'effet de transe au rythme de musiciens appliqués, voire perfectionnistes.

The Visitors

La durée est aussi au centre de la pièce de résistance de l'exposition, The Visitors, présentée sur neuf grands écrans dans une même salle.

Derrière le concept amusant de filmer et de montrer chaque instrumentiste en train d'interpréter la même chanson en boucle se cache toute la pertinence d'un Ragnar Kjartansson chantant dans son bain un texte sur la vulnérabilité écrit par son ex-femme.

La musique spatialisée prend vie peu à peu. La cacophonie laisse la place à un chant à l'unisson et devient un hymne à l'amitié, aux intérieurs chaleureux, aux rituels et à l'art rassembleur.

En se promenant dans cette installation ou cette sculpture musicale, le visiteur aura l'impression de partager les émotions transmises par les musiciens, de vibrer au diapason d'une performance unique et réconfortante, d'être au creux d'une boîte à musique faite de velours et de tendresse.

_______________________________________________________________________________

L'exposition Ragnar Kjartansson se déroule au MAC jusqu'au 22 mai. Ce soir, le musée présente au Théâtre Maisonneuve l'opéra pictural de l'artiste, Les sonorités explosives de la divinité.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer