Michel Goulet: l'apothéose française

Les chaises-poèmes du jardin du Palais-Royal ont été... (PHOTO FOURNIE PAR L'ARTISTE)

Agrandir

Les chaises-poèmes du jardin du Palais-Royal ont été placées près des rangées de tilleuls taillés en marquise et des parterres de fleurs. Mais les visiteurs pourront les déplacer à leur guise.

PHOTO FOURNIE PAR L'ARTISTE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Depuis 25 ans, le sculpteur montréalais Michel Goulet essaime ses oeuvres d'art public, notamment ses fameuses chaises, au Canada, aux États-Unis, en Belgique et en France. Demain, il connaîtra une véritable consécration avec l'installation de 20 de ses «chaises-poèmes» dans le très prisé jardin du Palais-Royal, à Paris.

Tout près du musée du Louvre, de la Comédie-Française et du fameux restaurant Le Grand Véfour, le jardin du Palais-Royal est un des endroits favoris des Parisiens et des touristes, qui se promènent à l'ombre de ses quatre rangées de tilleuls taillés en marquise ou près des parterres de fleurs (ces jours-ci, des jonquilles).

Demain, non loin des colonnes de Daniel Buren, l'artiste québécois Michel Goulet sera célébré avec l'installation pérenne de 20 autres de ses chaises-poèmes. Les confidents sera inaugurée par nulle autre que la ministre française de la Culture et de la Communication, Audrey Azoulay, accompagnée de représentants du Québec.

Le projet des Confidents est une initiative de François Massut. Ce diffuseur de poésie français, bien connu des poètes québécois, s'est déjà associé à Michel Goulet en 2011 lorsque ce dernier a réalisé 18 chaises-poèmes permanentes à Charleville-Mézières, la ville natale d'Arthur Rimbaud, en hommage au poète français.

«J'avais dit à François [Massut] que j'aimerais bien graver des poèmes dans les chaises d'un jardin parisien, car ces chaises que l'on peut déplacer dans les jardins me rappelaient ma jeunesse», explique Michel Goulet, joint au téléphone dans la capitale française.

«François a alors rencontré la délégation du Québec à Paris et l'administration des jardins du Palais-Royal. Ils ont tout de suite embarqué dans ce projet qui est financé par le public, côté français et côté québécois, mais aussi par le privé. J'en ai financé une partie, tout comme [le galeriste] Simon Blais», poursuit l'artiste.

Des chaises presque centenaires

Les confidents, ce sont 10 sortes de causeuses créées en soudant deux chaises placées en vis-à-vis. Ces paires de chaises sont disséminées un peu partout dans le jardin parisien.

Les chaises utilisées pour créer ces causeuses sont des chaises originales du jardin. Datant de 1921, elles ont été récupérées et restaurées.

Michel Goulet a découpé dans le dossier métallique de chaque chaise des extraits de poèmes de 20 poètes et écrivains illustres, dont Charles Baudelaire, Paul Verlaine, Federico García Lorca, Paul Éluard, Emily Dickinson, Anne Hébert, Victor Hugo, Pier Paolo Pasolini, Gaston Miron ou encore Jean Cocteau. «On a choisi 10 poètes francophones et 10 non francophones», précise Michel Goulet. 

Entre les chaises soudées, il a placé une petite sculpture de bronze. «Les 10 sculptures sont des petits objets de la vie quotidienne tels un morceau de pain, une paire de jumelles, une pomme, un harmonica ou un petit sac en papier brun», dit-il.

Le projet des Confidents est une initiative de... (PHOTO FOURNIE PAR L'ARTISTE) - image 2.0

Agrandir

Le projet des Confidents est une initiative de François Massut, un diffuseur de poésie français bien connu des poètes québécois. Il s'est déjà associé à Michel Goulet en 2011 lorsque l'artiste a créé 18 sculptures permanentes à Charleville-Mézières, la ville natale d'Arthur Rimbaud, en hommage au poète français.

PHOTO FOURNIE PAR L'ARTISTE

Des chaises «parlantes»

Chaque petit bronze repose sur une tablette qui comprend un capteur solaire pour faire fonctionner un boîtier électronique qui permettra aux visiteurs d'entendre la lecture de poèmes tout en étant assis sur leur chaise.

Il s'agira notamment d'écrits de poètes vivants lisant eux-mêmes leurs poèmes, tels qu'Yves Bonnefoy, Jean-Paul Daoust, Denise Desautels, John Giorno, Brion Gysin ou Andrée Chedid. «Tous les six mois, il y aura des poètes nouveaux», dit Michel Goulet.

Les causeuses ne sont pas fixées au sol. Elles pourront être déplacées. «Et les gens ne se gênent pas pour le faire! dit l'artiste de 71 ans en riant. Toutes celles qu'on avait placées hier à des endroits précis avec l'administration du jardin ont été déplacées ailleurs! Mais c'est la tradition à Paris de déplacer ces chaises au gré de la volonté des visiteurs.»

Michel Goulet est ravi de voir son travail ainsi exposé en permanence dans ce réputé jardin.

«Je n'en reviens pas à quel point ce projet a enthousiasmé tout le monde. Je vais être pérenne dans un jardin à Paris! Quand même! C'est incroyable.»

Quand il retrouvera son atelier la semaine prochaine, Michel Goulet reprendra son ouvrage pour répondre à ses commandes d'oeuvres d'art public. La ville belge de Namur, où il a déjà installé sept chaises-poèmes en 2014, lui en a commandé 12 autres pour l'automne prochain. Il travaille aussi sur l'oeuvre d'art qui sera placée au sein du complexe culturel et sportif de la Place Bell, à Laval.

«Et pour d'autres commandes à Saint-Lambert et dans des arénas. Moi qui n'ai jamais fait de sport, je fais des centres sportifs!», rigole Michel Goulet enchanté, comblé, célébré et toujours aussi occupé...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer