Les employés de la National Gallery en grève illimitée

Après plusieurs arrêts de travail cette année, quelques centaines d'employés de... (PHOTO AP)

Agrandir

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Londres

Après plusieurs arrêts de travail cette année, quelques centaines d'employés de la prestigieuse National Gallery de Londres ont entamé mardi une grève illimitée pour protester contre un plan de privatisation du musée.

Les membres du syndicat PCS avaient déjà fait grève en février et en avril pour dénoncer la privatisation des services aux visiteurs du musée.

Le nouveau directeur du musée, Gabriele Finaldi, ancien adjoint au Prado de Madrid, a annoncé fin juillet la signature d'un contrat de cinq ans avec la compagnie privée Securitas. Celle-ci va désormais s'occuper de l'accueil des visiteurs et de la sécurité des oeuvres exposées. Environ 300 postes sont concernés.

Alors que le musée insiste sur le fait qu'aucun emploi n'est menacé, le leader du syndicat PCS, Mark Serwotka estime que cette privatisation risque de «nuire à la réputation mondiale de la National Gallery».

Le syndicat PCS a reçu le soutien de Jeremy Corbyn, candidat le plus à gauche à la tête du parti travailliste, qui a dénoncé «l'intransigeance» de la direction du musée et appelé à revenir sur le plan de privatisation.

Ouverte 361 jours par an sur Trafalgar Square, au coeur de la capitale britannique, la National Gallery expose une vaste collection de peintures allant du XIIIe au XIXe siècle et accueille plus de six millions de visiteurs par an.

Le musée reste ouvert pendant la grève mais certaines salles sont fermées et un grand nombre d'ateliers éducatifs sont annulés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer