Under Pressure: fêter ses 20 ans dans la rue

L'objectif d'Under Pressure est depuis 20 ans de... (PHOTO GUZZO-DESFORGES, FOURNIE PAR UNDER PRESSURE)

Agrandir

L'objectif d'Under Pressure est depuis 20 ans de développer l'implication de la communauté locale, plutôt que de chercher à en faire un événement international.

PHOTO GUZZO-DESFORGES, FOURNIE PAR UNDER PRESSURE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Plus ancien festival d'art urbain en Amérique du Nord, Under Pressure présentera sa 20e édition du 5 au 9 août dans le centre-ville de Montréal. Une édition spéciale marquée par la création de murales, bien sûr, mais aussi par des compétitions de planche à roulettes et de danse urbaine, de l'animation musicale, des expositions et des activités pour les enfants.

Quand les graffiteurs Seaz et Flow ont fondé Under Pressure, en 1996, ils ne se doutaient pas qu'ils venaient de créer ce qui deviendrait le plus ancien festival de culture urbaine en Amérique du Nord. Sterling Downey (Seaz) avait 22 ans.

«Avec Flow, on faisait des graffitis sans permission et des murales pour le privé, dit-il. On a voulu organiser quelque chose sur un terrain vague, au coin de la rue Henri-Julien et de l'avenue du Mont-Royal, pour démystifier le street art. On avait invité nos amis de Québec, d'Ottawa, de Toronto et bien sûr de Montréal pour faire une démonstration. On a eu 500 personnes.»

Trois ans plus tard, le festival en accueillait 5000. Ce qui devait être un événement sans lendemain a perduré, pris de l'ampleur et a même fait un petit, MURAL, qui, lui, grandit encore plus vite. Sterling Downey estime qu'Under Pressure a toujours sa raison d'être aujourd'hui. «Il est encore nécessaire de démystifier l'art de rue», dit-il.

Pendant une dizaine d'années, Under Pressure a publié une revue pour faire connaître l'art urbain d'ici et d'ailleurs. Mais son objectif a toujours été d'impliquer d'abord et avant tout la communauté, plutôt que de chercher à créer un événement international, comme MURAL.

«MURAL est un produit dérivé d'Under Pressure, dit Sterling Downey. [Ses animateurs] sont arrivés dans la période de commercialisation de l'art urbain. Chacun a son propre esprit, son propre mandat. Mais vont-ils durer 20 ans? Ça ne veut pas dire que MURAL n'est pas bien. Tous leurs artistes sont passés par le graffiti. MURAL répond à l'évolution de l'art urbain.»

Célébrer les artistes montréalais

Malgré l'énorme succès que connaît MURAL sur la scène internationale, Sterling Downey et son équipe veulent poursuivre le développement d'Under Pressure sur la scène locale. «On a eu moins de visibilité médiatique, mais notre but est de faciliter l'émergence d'artistes d'ici», dit-il, déplorant que les oeuvres d'un peintre et graffiteur comme Zilon ne figurent pas encore dans les collections permanentes du Musée des beaux-arts de Montréal ou du Musée d'art contemporain de Montréal.

«Si Zilon avait été à New York à l'époque de Basquiat, de Warhol et de Haring, il serait bien plus connu. Mais il a préféré rester ici. Alors, ce 20e Under Pressure, c'est d'abord pour célébrer des artistes montréalais», souligne Sterling Downey.

Sterling Downey est d'ailleurs particulièrement fier qu'Under Pressure ait accueilli le DJ montréalais A-Trak au tout début de sa carrière. Cet artiste est devenu plusieurs fois champion du monde de mixage et a par la suite travaillé avec Kanye West.

Le week-end prochain, la rue Sainte-Catherine Est sera fermée entre les rues Berger et Sainte-Élisabeth. Plusieurs centaines d'artistes prendront part aux festivités, dont 300 danseurs. Des murales seront peintes sur une douzaine de murs du quartier par une cinquantaine de magiciens de la canette.

_______________________________________________________________________________

En divers lieux du 5 au 9 août. Info: www.underpressure.ca

ARTS VISUELS

Une exposition, Art Attack, sera présentée à la galerie Fresh Paint (221, rue Sainte-Catherine Est) dès vendredi, ainsi qu'une rétrospective des artistes qui ont marqué Under Pressure depuis 1996. L'espace 256 de la galerie (256, rue Sainte-Catherine Est) proposera aussi dès vendredi l'expo Odyssée Tour du collectif français Art By Friends. Des oeuvres réalisées notamment sur des planches à roulettes. Par ailleurs, l'événement Beaux Dégâts se déroulera aux Foufounes, de 20h à 1h le 5 août. Douze équipes d'artistes improviseront des murales sur des thèmes précis. Le public votera pour sa murale préférée. L'animation sera assurée par Construct, Killa Jewel et Professor Groove.

MUSIQUE

La musique n'est pas en reste à Under Pressure avec du hip-hop et de la musique house, techno et électronique sur trois scènes différentes. Plusieurs dizaines de DJ et de MC se relaieront sur la scène principale. Il y aura plusieurs improvisations de scratch et de turntablism sur une scène installée en face de la galerie Fresh Paint, près de la rue Sainte-Élisabeth.

DANSE

Une compétition de danse urbaine réunira 300 danseurs, dont des groupes locaux de break dance comme Flow Rock et Tactical Crew et des danseurs du Japon, de Chine, du Maroc et des États-Unis. Ce volet du festival se déroulera dès mercredi (en soirée) avec cinq événements présentant 15 disciplines de danse urbaine, notamment du house, du Bboying, du popping, du locking, du toprock et du Bgirl. La finale sera présentée le dimanche. Une compétition destinée aux enfants aura également lieu.

PLANCHE À ROULETTES

Une scène de skateboard, près du bar des Foufounes électriques, présentera de l'animation musicale pour accompagner des démonstrations de planche à roulettes, le samedi après-midi. Les enfants seront bienvenus de 12h à 16h, lors d'un «camp de jour skateboard». Des moniteurs seront présents pour leur donner quelques techniques de base. Les protections nécessaires et les planches leur seront prêtées, au besoin. Puis, le dimanche, de 13h à 18h, une compétition mettra aux prises les meilleurs planchistes de Montréal.

CLÔTURE

Le spectacle de clôture d'Under Pressure aura lieu aux Foufounes électriques, le dimanche dès 20h. Parmi les artistes et DJ attendus: le pape de la culture hip-hop Kool Herc, Bobbito Garcia (alias DJ Cucumber Slice, de New York), le Californien Qbert, le rappeur new-yorkais Lord Finesse, le rappeur de Detroit Illa J et toute une série de DJ et de rappeurs locaux tels que Brace, Killa Jewel, Manzo et Daybi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer