Esquisse de l'identité canadienne

Chargée du projet Canada's Self Portrait, Rebecca Jones... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE)

Agrandir

Chargée du projet Canada's Self Portrait, Rebecca Jones pose avec l'artiste Aquil Virani devant l'oeuvre Warmth, que ce dernier a réalisée pour exprimer la compassion des Canadiens envers leurs compatriotes les moins bien nantis.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Aquil Virani est on ne peut plus canadien. Venu au monde à Vancouver d'un père musulman originaire de l'Inde et d'une mère bouddhiste née en France, l'artiste de 24 ans vit à Montréal depuis ses études en philosophie et marketing à l'Université McGill.

L’œuvre principale de Canada’s Self Portrait comprend 18... (photo Patrick SANFAÇON La Presse) - image 1.0

Agrandir

L’œuvre principale de Canada’s Self Portrait comprend 18 panneaux de bois de bouleau de 10’’ x 10’’ sur lesquels (à l’exception d’un seul) l’artiste Aquil Virani a reproduit les dessins que quelque 800 Canadiens ont créés pour symboliser leur pays.

photo Patrick SANFAÇON La Presse

Fondamentalement artiste depuis son plus jeune âge, designer pour l'entreprise L'Oréal pour faire fructifier son talent et conférencier aux États-Unis de temps en temps, Aquil Virani est animé d'un irrépressible désir de communiquer avec les autres.

L'an dernier, il a traversé le Canada de Terre-Neuve à Victoria dans le but de s'imprégner de tous les aspects de l'identité canadienne. Avec Rebecca Jones, sa partenaire dans ce projet, il a récolté dans chaque province et chaque territoire les perceptions qu'ont les Canadiens de leur pays. Âgées de 3 à 86 ans, les personnes qu'ils ont rencontrées ont exprimé leur conception du Canada à travers des mots et des dessins.

MOSAÏQUE DE DESSINS

Avec ces mots et ces dessins, Aquil Virani a élaboré une installation artistique et sociale d'une grande richesse qui a nécessité 200 heures de travail. Il a redessiné au stylo à bille noir sur 17 petits panneaux en bois de bouleau tous les dessins que des Canadiens lui ont confiés.

On retrouve ainsi un amalgame de symboles, allant du castor à l'orignal en passant par le Canadien de Montréal, le bonhomme de neige, le flocon, les patins à glace, la feuille d'érable, les Rocheuses ou le Kraft Dinner ! L'artiste a ajouté quelques éléments personnels - par exemple une colombe de la paix - et a laissé percevoir au centre de l'oeuvre le visage d'une personne sans sexe ni âge représentant la diversité du Canada.

À ces 17 panneaux s'ajoute un 18e présenté sans aucun dessin. Il évoque le Canada silencieux, celui qui ne s'est pas exprimé, et le Canada à venir, encore non défini.

« C'était important que toutes les voix canadiennes se retrouvent dans l'oeuvre, dit Aquil Virani. Que ces voix soient positives ou négatives, de gauche ou de droite, conservatrices ou libérales. Mais aussi que l'on exprime celles qui n'ont pas été entendues. » 

ACCUEIL TIÈDE À QUÉBEC

Aquil Virani et Rebecca Jones disent avoir généralement reçu un bon accueil lors de leur traversée du Canada. « Avec nos t-shirts Canada's Self Portrait, on avait l'air officiel et parfois des gens pensaient qu'on allait leur demander de l'argent !, dit Rebecca Jones, qui a travaillé pour l'organisme Ensemble pour le respect de la diversité. Honnêtement, on n'a eu des problèmes qu'à Québec où l'accueil a été plus tempéré, surtout chez les gens plus âgés. Certains disaient être québécois et ne voulaient pas parler du Canada. Cela ne nous a pas empêchés d'inclure des fleurs de lys dans l'oeuvre et des allusions au nationalisme québécois. À Montréal, on a eu moins de problèmes. »

L'installation comprend une cinquantaine des formulaires que les personnes devaient remplir. Les documents parlent de liberté, d'égalité, de fraternité et du pouvoir qu'ont les Canadiens d'exprimer leur personnalité tout en respectant les différences. 

« Les immigrants plus récents parlent de la sécurité qu'ils trouvent au Canada. Les Canadiens nés ici, nous tenons peut-être ça pour acquis », estime Aquil Virani.

L'artiste a aussi réalisé plusieurs peintures dans le cadre de ce projet. Avec ses couleurs éclatantes, Warmth exprime la compassion des Canadiens envers leurs compatriotes qui souffrent. Triptyque tout aussi coloré, Nature rappelle la magnificence des grands espaces du Canada.

Aquil Virani présente aussi quelques photos de son périple pancanadien, un documentaire d'une quinzaine de minutes sur le projet ainsi que des sérigraphies sur le thème du potentiel du Canada - un mot souvent mentionné dans les formulaires -, sur la montagne albertaine Three Sisters et sur la feuille d'érable.

« Avec ce projet, j'ai voulu explorer l'identité authentique des Canadiens, dit l'artiste. Pas celle des entreprises ou des gens connus, celle des gens simples de partout au pays. Ce ne sont que les opinions d'un peu plus de 800 personnes, donc cela ne reflète pas tout à fait la réalité, mais cela donne une bonne idée de l'identité canadienne. »

À la Galerie Mile-End (5345, avenue du Parc), aujourd'hui, de 10 h à 20 h, et demain, de 10 h à 16 h.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer