Le portrait le plus connu de Bach retourne en Allemagne

Le portrait le plus connu de Jean-Sébastien Bach va retourner en Allemagne afin... (Photo: AP)

Agrandir

Photo: AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
New York

Le portrait le plus connu de Jean-Sébastien Bach va retourner en Allemagne afin d'y être exposé au public pour la première fois depuis des siècles, après que son propriétaire américain l'a légué aux archives du compositeur.

Le portrait, signé E.G. Haussmann, montre le compositeur déjà assez âgé, portant une perruque et tenant en main une partition. Cette image, considérée comme la plus fidèle du musicien, est souvent reproduite comme illustration dans ses biographies.

Le philanthrope William Scheide, qui a fait fortune étant jeune dans le pétrole, a ensuite passé de nombreuses années de sa vie à étudier la musique et à collectionner les livres anciens. Il est décédé l'année passée à l'âge de 100 ans et a laissé la peinture, datant de 1748 et estimée à 2,5 millions $, aux archives de Bach à Leipzig.

Le fonds d'archives, dans la ville où le musicien a passé la majeure partie de sa carrière, présentera le tableau au public pour la première fois depuis le XVIIIe siècle, lors d'un festival dédié à Bach en juin.

Lors d'une cérémonie mercredi, le président des archives, le chef d'orchestre britannique John Eliot Gardiner, était venu accompagné de son choeur de Monteverdi pour chanter devant le portrait dans la demeure de M. Scheide, au New Jersey, en présence de sa veuve Judith.

Le portrait était propriété de la famille Jenke, des juifs qui ont fui l'Allemagne au début de l'ère nazie. La famille Gardiner avait été chargée de conserver le tableau dans sa maison du Dorset, loin de Londres et des bombardements allemands.

«J'ai littéralement grandi sous le regard de Bach», a indiqué John Eliot Gardiner dans un communiqué. Ce dernier a noté que Bach avait justement posé à Leipzig pour ce portrait, la boucle est donc bouclée, a-t-il estimé.

William Scheide avait acquis le tableau lors d'une vente aux enchères en 1952.

En février, l'Université Princeton, où M. Scheide avait été étudiant, avait annoncé que ce dernier avait légué l'intégralité de sa collection de livres anciens et de manuscrits, dont la valeur dépasse 300 millions d'euros.

La collection comprend notamment les six premières éditions imprimées de la Bible, et une copie originale de la Déclaration d'indépendance américaine. Toutes ces oeuvres étaient conservées à Princeton du vivant de M. Scheide.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer