D'un oeil différent: l'expo des gens égaux

Paolo Jean... (Photo: Olivier Pontbriand, La Presse)

Agrandir

Paolo Jean

Photo: Olivier Pontbriand, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'exposition D'un oeil différent est présentée pour la 10e fois cet hiver à l'Écomusée du fier monde, à Montréal. Plus d'une centaine d'artistes, dont certains avec une déficience intellectuelle, présentent leurs oeuvres au grand public.

Paolo Jean, le comique

Ne vous y méprenez pas, Paolo sait pertinemment que les vêtements qu'il porte sont bien trop grands pour lui.

C'est que le jeune homme dans la vingtaine a accepté de relever un défi supplémentaire en cette première soirée d'exposition.

Il joue le rôle d'un personnage dans une petite pièce de théâtre pour amuser la foule.

Gilles Grégoire... (Photo: Olivier Pontbriand, La Presse) - image 2.0

Agrandir

Gilles Grégoire

Photo: Olivier Pontbriand, La Presse

Gilles Grégoire, le fier

Gilles Grégoire a 67 ans et fait de la peinture depuis longtemps. Il est même très connu dans le quartier, notamment au restaurant Dame Tartine, où l'on expose ses oeuvres. «J'en ai vendu plusieurs», nous dit-il fièrement.

Geneviève Guilbault, présidente du conseil d'administration de l'événement D'un oeil différent, renchérit.

«La beauté de cette expo, c'est qu'on réunit des artistes qui n'ont pas de déficience avec des artistes qui en ont. Et vous voyez, dans l'appréciation de l'art, on ne fait pas la différence», dit-elle.

Lucy Element... (Photo: Olivier Pontbriand, La Presse) - image 3.0

Agrandir

Lucy Element

Photo: Olivier Pontbriand, La Presse

Lucy Element, l'expressive

«C'est beau, les couleurs, n'est-ce pas?» Lucy Element, 55 ans, peint avec un groupe de personnes ayant une déficience intellectuelle dans un atelier de Verdun.

Elle se passionne pour les couleurs, et elle l'exprime clairement. Elle tient à nous montrer pourquoi elle a fait tel ou tel coup de pinceau.

Devant son tableau, plusieurs autres artistes s'arrêtent. Ils prennent le temps de regarder son oeuvre. Lucy est fière.

James Pierre... (Photo: Olivier Pontbriand, La Presse) - image 4.0

Agrandir

James Pierre

Photo: Olivier Pontbriand, La Presse

James Pierre, l'homme libre

Quand on demande à James Pierre, 44 ans, comment il se sent lorsqu'il peint, sa réponse est sans équivoque: «Je me sens libre», dit-il.

Ce qu'il préfère, c'est les paysages. Ce soir, il porte fièrement le noeud papillon et une fleur bleue au cou, ce qui signifie qu'il est un artiste de l'exposition.

Sylvie Perreault... (Photo: Olivier Pontbriand, La Presse) - image 5.0

Agrandir

Sylvie Perreault

Photo: Olivier Pontbriand, La Presse

Sylvie Perreault, l'observatrice

Sylvie Perreault ne présente pas cette année de peinture à l'exposition D'un oeil différent, mais elle regarde tout ce qui s'est fait.

Un doute plane toutefois sur la pérennité de l'événement, qui célèbre cette année son dixième anniversaire.

Les organismes communautaires qui financent l'événement auraient de la difficulté à trouver des fonds, selon ce qu'on rapporte.

______________________________________________________________________________

D'un oeil différent est présentée à l'Écomusée du fier monde jusqu'au 15 mars. L'entrée est gratuite.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer