Patrick DeCoste et Keita Morimoto: deux natures, une même quête

Les peintres torontois Keita Morimoto et Patrick DeCoste... (Photo: Édouard Plante-Fréchette, La Presse)

Agrandir

Les peintres torontois Keita Morimoto et Patrick DeCoste exposent pour la première fois à Montréal, à la galerie Youn.

Photo: Édouard Plante-Fréchette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La galerie Youn présente jusqu'au 9 novembre les deux premières expositions à Montréal des artistes torontois Keita Morimoto et Patrick DeCoste. Deux expos d'art figuratif qui se rejoignent sur le thème de la quête de l'humain, son identité, ses rapports avec la nature et ses pairs. Deux artistes au style à la fois contemporain et classique.

Avec Patrick DeCoste, artiste métis néo-écossais vivant dans la Ville Reine, on pénètre dans un univers autochtone traduit à l'acrylique avec des oeuvres sur bois ou peaux d'animaux au style Renaissance.

Sa première exposition au bord du Saint-Laurent s'intitule Volcans de Montréal et traite de l'histoire de la métropole, notamment quand elle s'appelait Hochelaga. L'artiste a notamment imaginé l'éruption du mont Royal et évoqué l'incendie du pavillon américain d'Expo 67.

Évocatrices et toutes en légèreté, ses toiles monochromes The Archer et The Watcher nous plongent, avec des tons argileux, dans une nature sauvage et reposante où deux hommes semblent vivre en harmonie avec les lieux. À l'instar de Patrick DeCoste quand il s'en va peindre dans la solitude d'une berge ou d'une orée de la baie Georgienne, à deux heures du bruyant site de l'ex-fort Rouillé.

Avec ses toiles Cartier visits Hochelaga et Kluskap & Neptune, on entre dans l'imagerie traditionnelle et l'histoire canadienne, mais avec un discours original. Dans la première, l'artiste mélange l'histoire de la Nouvelle-France (l'arrivée de Jacques Cartier à Hochelaga en octobre 1535), Expo 67, le sigle d'Hydro-Québec et celui du CN, une toile de cirque qui naît des flots du Saint-Laurent, le tout dans une petite fresque à caractère surréaliste. L'histoire, les légendes et la réalité pour évoquer la condition de l'autochtone moderne, être multiple s'il en est. Alors un métis...

Patrick DeCoste ajoute parfois une pointe d'humour dans son travail. Sa toile Kluskap & Neptune nous montre le dieu des mers tombé de sa barque et tiré des flots par le dieu micmac. Cette oeuvre est venue à l'esprit de l'artiste à la suite de sa lecture du Théâtre de Neptune, la pièce de théâtre du courtisan français Marc Lescarbot (1570-1641), sans doute la première à être jouée en Amérique du Nord, en 1606, par des colons et des Amérindiens micmacs, à Port-Royal. Pour compléter l'aspect comique de l'oeuvre, Patrick DeCoste s'est représenté en Kluskap et c'est son «boyfriend» qui personnifie Neptune.

Avec Self portrait Atlas, une peinture réalisée sur une peau de castor, il a créé une carte de l'Est canadien où le musée d'Orsay, le Louvre et le Guggenheim sont situés à quelques encablures d'Halifax! De l'humour et un sens de la mémoire chez cet artiste talentueux qui regrette presque de ne pas s'être installé à Montréal, comme son frère.

Influence de Rembrandt

Si Patrick DeCoste s'inspire des grands maîtres, le Torontois d'origine japonaise Keita Morimoto avoue aussi avoir été «bouleversé» par Rembrandt et ça se sent dans sa façon de peindre ses visages et ses chairs.

Il présente, avec son exposition Oasis, de petites oeuvres (de 4 pouces x 6 à 24 pouces x 36) avec des personnages dans leur plus simple appareil, des oeuvres qui jouent sur l'ombre et la lumière, avec des contrastes de couleurs prononcés, comme pour Christina, ou des effets de reliefs et d'éclairage artificiel (Oasis V).

Ses tableaux créés en studio l'été dernier sont surtout des portraits issus de photographies qu'il est allé prendre de nuit sur une plage naturiste près de Toronto. Les personnages nus ont parfois l'air d'animaux effarouchés par une lumière éblouissante.

Une femme se baigne. Un homme, dessiné de dos, marche dans la forêt (Oasis IV). Deux jeunes, un homme et une femme (Caught 1), semblent écouter, fascinés, éclairés par la lumière d'un feu.

La nature et son attrait pour une jeunesse fugueuse en quête de liberté font partie intégrante de cette série d'oeuvres qui suit celle que l'artiste de 24 ans avait intitulée In The Wild. Moins forte et dense que la production de Patrick DeCoste, celle de Morimoto laisse augurer de belles choses quand sa nature aura trouvé sa quête.

______________________________________________________________________________

À la galerie Youn (5226, boulevard Saint-Laurent), jusqu'au 9 novembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer