Fragile, le David de Michel-Ange ne risque pas de tomber

Le David de Michel-Ange, à Florence... (Photo: archives AFP)

Agrandir

Le David de Michel-Ange, à Florence

Photo: archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
Rome

Le célèbre David de Michel-Ange, exposé à la Galerie de l'Accademia de Florence, souffre bien de micro-fractures aux jambes, mais le risque qu'il tombe est minime, a affirmé mardi à l'AFP un porte-parole des musées florentins.

«Même si un tremblement de terre de 5 ou 5,5 sur l'échelle de Richter survient, Florence restera debout. Et le David sera, je vous assure, le dernier à tomber», a affirmé Marco Ferri.

Selon une étude publiée la semaine dernière par le Conseil national de la Recherche (CNR), de «nombreuses analyses sur la stabilité» de la statue ont mis à jour l'existence d'une «série de micro-fractures dans la partie inférieure des deux jambes», qui avaient déjà été signalées à la 2e moitié du XIXe siècle.

«Visibles au niveau de la cheville gauche et du tronc droit, elles menacent la stabilité» du David, ajoute le CNR, qui conseille d'approfondir les analyses faites afin de «sauvegarder ce chef d'oeuvre».

Selon M. Ferri, «ces résultats ne sont que la copie d'une recherche publiée il y a 6 ou 7 ans. Il n'y a rien de dramatique à en sortir».

Pour le CNR, ces fissures sont dues «principalement à l'inclinaison de la statue» réalisée en marbre de Carrare entre 1501 et 1504.

Or, la statue visible à l'Accademia a été, de 1504 à 1873, exposée à l'air libre, face au Palazzo Vecchio sur un piédestal qui n'était pas droit, rappellent les chercheurs.

Cette petite inclinaison même inférieure à cinq degrés, «est probablement liée au sol (de la Piazza della Signoria, ndlr) non droit, ce qui a eu comme conséquence une petite rotation du piédestal sur lequel reposait la statue».

Interrogé sur d'éventuelles mesures qui pourraient être prises pour éviter la chute de la statue, Marco Ferri a répondu qu'elle «ne sera pas déplacée ni posée sur un piédestal pneumatique».

«Déjà parce que ce n'est pas simple de déplacer un colosse de la sorte. Et puis parce qu'on a déjà pris des précautions, comme celle de contrôler les vibrations présentes aux alentours», a encore expliqué M. Ferri.

Ainsi, la décision du musée de limiter le nombre de visiteurs dans la salle où se trouve le David a déjà permis de diminuer ces vibrations.

Une copie de la célèbre statue a pris la place de l'originale sur la piazza della Signoria. Plus de cinq millions de touristes ont visité les divers musées de Florence en 2013.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer