This Is Not A Toy: dans les jouets de Pharrell Williams

The Beatles Kubrick Set de Medicom Toy fait... (Photo: fournie par Design Exchange)

Agrandir

The Beatles Kubrick Set de Medicom Toy fait partie de la collection personnelle de Pharrell Williams.

Photo: fournie par Design Exchange

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

À Toronto, le musée Design Exchange crée l'événement avec une exposition d'un genre nouveau, entièrement consacrée aux jouets conceptuels nés de la rencontre entre culture manga, street art et graffitis. Avec comme commissaire invité nul autre que Pharrell Williams, This Is Not A Toy ouvre des perspectives sur ces jouets-objets et leurs liens avec le monde de la mode, de la musique et des arts visuels.

Ludique, This Is Not A Toy l'est certainement. L'univers des créateurs exposés (qu'il s'agisse de KAWS, Takashi Murakami, Coarse, Kidrobot ou du fabricant MediCom Toy) est une explosion de palettes de couleurs, de formes rondes et de clins d'oeil ludiques.

On peut penser au célèbre ours de Be@rbrick de MediCom Toy, rhabillé par Chanel - veston, lunettes de soleil et barrette sur ses oreilles rondes - et présenté au musée dans sa version de près d'un demi-mètre.

Du bonbon pour les yeux, mais pas seulement.

À la façon du pop-art, ces figurines empruntent leur apparence à la culture de masse pour mieux en détourner le nom ou le message. Par son nom même, l'exposition renvoie d'ailleurs à la célèbre toile de Magritte, La trahison des images («Ceci n'est pas une pipe»).

Ces jouets appartiennent à de petits et grands collectionneurs, amateurs et connaisseurs du genre. Parmi eux, la journaliste de mode Jeanne Beker (à qui appartient le Be@rbrick Chanel), le collectionneur de Toronto Chris Tsang, mais aussi et surtout le musicien, producteur et «tastemaker» Pharrell Williams.

Les Daft Punk Be@rbricks de Medicom fait également... (Photo: fournie par Design Exchange) - image 2.0

Agrandir

Les Daft Punk Be@rbricks de Medicom fait également partie de la collection personnelle de Pharrell Williams.

Photo: fournie par Design Exchange

«J'aurai bientôt 41 ans, mais je vois toujours le monde comme si j'en avais 20», a dit Pharell Williams au Globe and Mail.

Williams a accepté sans hésiter l'invitation du Design Exchange d'agir comme commissaire de l'exposition et lui a prêté ses propres toiles (un Bob l'éponge et des Schtroumpfs revus et corrigés par KAWS) et ses figurines Medicom (Les Daft Punk, notamment).

Son intérêt pour cette forme d'expression artistique, ludique et rebelle n'a rien de récent. En 2008-2009, il a notamment créé The Simple Things avec Takashi Murakami - une bouche géante dans laquelle sont placés les objets de la vie courante de Williams: ketchup Heinz, canette de Pepsi, cupcake ou pot de moutarde, le tout recouvert d'or.

Ce n'est pas la seule incursion de l'artiste plasticien Murakami dans la pop culture américaine puisqu'il a réalisé, en 2007, le clip Good Morning de Kanye West en plus de signer l'habillage de son album Graduation.

Accueillie par une presse enthousiaste, portée par un nom majeur de la pop culture, This Is Not A Toy est clairement un grand coup pour la nouvelle présidente du Design Exchange, Shauna Levy, arrivée en poste il y a tout juste un an.

__________________________________________________________________________________Jusqu'au 19 mai au Design Exchange de Toronto.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • La touche magique de Pharrell Williams

    Musique

    La touche magique de Pharrell Williams

    Tout ce que touche Pharrell Williams semble se transformer en or ces jours-ci. Ses participations vocales aux chansons de Daft Punk et de Robin... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer