In memoriam, oeuvres d'Antoni Tàpies : crème catalane

Antoni Tàpies, Sans titre (1972). De la série... (Photo: fournie par le Musée des beaux-arts de Montréal)

Agrandir

Antoni Tàpies, Sans titre (1972). De la série «Suite Catalana», aquatinte.

Photo: fournie par le Musée des beaux-arts de Montréal

Partager

Décédé en février, Antoni Tàpies est le moins connu des artistes visuels espagnols qui ont marqué le XXe siècle. Le compatriote de Picasso, Dalí et Miró, qui a frayé avec le dadaïsme et l'arte povera, a pourtant un style fascinant que le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) a choisi d'illustrer avec 33 estampes et un dessin acquis récemment, la crème de la crème de sa production sur papier.

Le Centre des arts graphiques du MBAM possède près d'une centaine d'oeuvres d'Antoni Tàpies. Il en a sélectionné une trentaine datant de 1959 à 1998 pour l'exposition In memoriam. La plupart des oeuvres ont été données au musée par Yvon Tardif, un médecin de Québec passionné par le travail de l'artiste autodidacte depuis son premier achat d'un Tàpies, à Mexico, en 1980.

«C'est un artiste qui correspondait à ma pensée que je qualifierais de post-existentialiste, dit le Dr Tardif. Tàpies est un philosophe qui a une dimension spirituelle. Il a montré que notre intelligence peut transcender la matière.»

Nationaliste catalan influencé par les surréalistes, Tàpies parlait de ses oeuvres comme étant des «champs de batailles où les blessures se multiplient à l'infini». C'est ce qui résume le mieux sa démarche picturale aux envolées lyriques, surtout dans les dernières années. Sur ses estampes, son geste a du graffiti dans l'âme avec ces lettres et ces mots mystérieux parties intégrantes de l'oeuvre.

La visite de l'exposition permet d'apprécier les différentes techniques utilisées et associées par Tàpies pour donner des formes ou des cicatrices à ses estampes: le gaufrage, le flocage, le découpage, le pliage, la déchirure, le débordement du cadre ou le collage.

Sur l'estampe Variations sur un thème musical 12, de 1987, on distingue ainsi des notes de musique gravées par gaufrage du papier. «C'était un iconoclaste qui a transgressé toutes les règles de la gravure, observe Anne Grace, conservatrice de l'art moderne au MBAM. Il a essayé de repenser cette matière, comme il l'a fait pour la peinture avec ses reliefs. Il aimait la collaboration entre l'artiste et le graveur dans le but de créer l'oeuvre ensemble.»

Utilisant un vocabulaire abstrait, le plus souvent sombre et exprimé avec véhémence, Tàpies se révèle rarement. C'est le cas toutefois avec les deux seules estampes colorées exposées au musée, des oeuvres évoquant son attachement pour sa chère Catalogne.

Sans titre, série «Suite Catalana» et Suite catalane V, toutes deux de 1972, sont des estampes réalisées avec le jaune et le rouge du drapeau catalan. Elles évoquent la violence et le sang que la dictature franquiste a répandus dans la région pendant 36 ans. Avec l'empreinte des pieds de Tàpies et ce coeur qui semble emprisonné ou teinté du noir de l'anarchie, on retrouve son dadaïsme provocateur, éveillant d'éternelles interrogations avec ses signes, croix, T ou x, véritables leitmotiv symboliques.

Le Dr Tardif estime d'ailleurs que ces signes ne sont pas la critique d'un intégrisme catholique espagnol mais un + qui correspondrait à la «maîtrise de la pensée sur la matière». Tàpies, qui suscitait autant l'enthousiasme que le dédain, n'en avait cure. Il ne souhaitait pas être décrypté. «Il mettait son empreinte sans qu'elle soit élucidée», dit Anne Grace.

L'exposition comprend aussi le livre d'artiste no 180 de sa série Derrière le miroir, éditée par la galerie Maeght de Paris, un don du galeriste Pierre-François Ouellette. Ce livre datant de 1969 est sans texte. Il ne comprend qu'une ligne rouge sang le lacérant de part en part au milieu des pages, comme le franquisme a lacéré l'Espagne de 1936 à la mort de Franco, en 1975.

________________________________________________________________________

In memoriam, 34 oeuvres d'Antoni Tàpies, au Musée des beaux-arts jusqu'au 9 décembre

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer