• Accueil > 
  • Arts 
  • > Opéra Another Brick in the Wall: un Roger Waters plus serein 

Opéra Another Brick in the Wall: un Roger Waters plus serein

Roger Waters en concert au festival de musique... (photo Carlos Gonzalez, archives the new york times)

Agrandir

Roger Waters en concert au festival de musique Desert Trip, le 9 octobre dernier, en Californie

photo Carlos Gonzalez, archives the new york times

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Roger Waters n'y croyait pas. Pourtant, l'Opéra de Montréal l'a convaincu qu'il pouvait faire de The Wall une véritable oeuvre opératique, pertinente et de qualité.

Quand Pierre Dufour est entré à l'Opéra de Montréal il y a une quinzaine d'années, il caressait déjà le projet de transposer The Wall à l'opéra. Roger Waters a finalement donné son aval à cette folle aventure il y a trois ans.

Toutefois, l'ex-directeur général de la compagnie montréalaise - qui se consacre désormais au développement international d'Another Brick in the Wall - ignorait que son choix comme metteur en scène, Dominic Champagne, avait déjà discuté avec Waters en 2005 de la possibilité que le Cirque du Soleil monte un spectacle à partir de The Wall.

« Je travaillais sur LOVE, des Beatles, et Waters était venu frapper à la porte du Cirque, se souvient Champagne. On avait eu quelques séances de travail ici à Montréal, j'étais allé chez lui à New York et on avait eu quelques échanges, Gilles Ste-Croix, Waters et moi. Il n'y avait rien de concret et ça n'a mené à rien de concret. 

«Le Waters que j'ai rencontré à l'époque, c'était le control freak. Moi, je ne savais pas comment je pouvais être moi-même sans me faire avaler par ce monde-là. Mais en même temps, t'as bien envie d'y aller, comme j'avais envie d'aller faire des cues à Abbey Road avec George Martin. »

C'est un Roger Waters beaucoup plus serein que Champagne a retrouvé il y a quelques années. Probablement, croit-il, parce qu'il a fait sa propre tournée The Wall Live, qui a connu un succès phénoménal de 2010 à 2013.

« Il y a 12 ans, je lui avais dit devant sa blonde que ce qu'il voulait vraiment faire, c'était remonter sur scène et faire son show The Wall. Il disait : "Non, je ne pense pas" », raconte Champagne.

FUIR LES COMPROMIS

Quand il a reçu dans son appartement new-yorkais la délégation de l'Opéra de Montréal, venue lui proposer de monter The Wall, M. Waters a reconnu M. Champagne et s'est même souvenu qu'il avait consulté L'enfer de Dante dans sa bibliothèque. Mais il n'était pas du tout convaincu de la pertinence de transposer The Wall à l'opéra, craignant qu'on lui propose une oeuvre de compromis, à mi-chemin entre le rock et l'opéra.

« Ça, c'était hors de question pour moi aussi, lance le compositeur Julien Bilodeau. On était d'accord là-dessus sans le savoir. »

Or, les deux enregistrements que Waters a entendus ce jour-là étaient bel et bien de l'opéra. Ça l'a convaincu que son bébé serait en bonnes mains. Depuis, l'équipe d'Another Brick in the Wall met systématiquement son librettiste-vedette au parfum de tous les aspects de la production.

Roger Waters est un homme occupé qui termine la production d'un nouvel album et amorcera à la fin mai sa tournée Us + Them, qui s'arrêtera à Montréal et à Québec en octobre. Il n'est pas impossible qu'il débarque à Montréal pour assister aux dernières répétitions d'Another Brick in the Wall, mais on s'attend surtout à ce qu'il soit à Wilfrid-Pelletier le soir du 11 mars.

À la salle Wilfrid-Pelletier, du 11 au 27 mars




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer